Communales 2018: le constat de la COFFIG sur le vote du 4 février

0

Les 13 Cases de veille de la Coalition des Femmes et Filles de Guinée (COFFIG) ont tenu une première déclaration sur le déroulement des élections communales et communautaires 2018, a-t-on constaté.

La COFFIG, par la voix de sa présidente Dr Makalé Traoré, a d’abord salué les efforts consentis par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) dans le cadre de la préparation de ces élections. Toute chose qui justifie le calme ayant caractérisé ces élections du dimanche.

Par ailleurs, elle est revenue sur les irrégularités constatées par l’ensemble des observatrices déployées, au nombre de 700 sur toute l’étendue du territoire national. La COFFIG a signalé des retards, soit 61,5 pour cent dans l’ouverture des bureaux de vote. «Ce retard a provoqué des incidents par endroits. La situation a été désamorcée assez vite grâce à la remontée des alertes et à l’amélioration progressive de la situation », a-t-elle déclaré.

Il a été constaté par la COFFIG également, l’indisponibilité du matériel électoral a beaucoup d’endroits. « On a pu noter à l’ouverture, le manque d’isoloir dans 49,1 pour cent des bureaux de votes visités, dû principalement aux difficultés de montage des isoloirs », a souligné Dr Makalé Traoré.

Le constat majeur durant la matinée du jour du scrutin, c’est le manque d’affluence et une présence faible des délégués de partis politiques dans les bureaux de vote. «Malgré que les électeurs aient été démobilisés le matin par rapport au soir, on constate qu’il y avait dans l’ensemble très peu d’engouement et une absence des partis politiques dans les bureaux de vote. Par contre, les délégués des candidats indépendants y étaient à tous les niveaux », a-t-on appris.