Communales 2018 : la Guinée retient son souffle, sept morts en trois jours

07 février 2018 21:21:44
0

Sept morts, des blessés et des maisons incendiées ont été enregistrés lors des violences, qui ont éclaté un peu partout en Guinée, au lendemain des élections locales.

Ces heurts ont d’abord commencé au lendemain du scrutin du dimanche 4 février à Kindia.

Là, les forces de l’ordre ont dispersé des militants de l’opposition guinéenne massés devant la commission de centralisation des votes de Linsan, tuant du coup un jeune.

Le lendemain, soit le mardi, des heurts ont également éclaté à Kalinko, sous-préfecture de Dinguiraye. Selon le ministre de l’administration du territoire, Boureima Condé, cinq gosses ont péri dans les flammes et des cases incendiées à Kalinko.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un jeune étudiant aurait tué à la Carrière cité à Ratoma.

Enfin, lors d’un point de presse, qu’il a animé, ce mercredi à Conakry, le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo, a confirmé la mort de ce jeune tué à la Carrière.

Les prochains jours s’annoncent inquiétants en Guinée puisque l’opposition guinéenne appellent à se mobiliser pour réclamer le triomphe de la vérité des urnes.