Communales 2018 : Kindia vibre aux couleurs de l’Union des Forces Républicaines de Sidya Touré

0

Après la forte mobilisation de Matoto, c’est Kindia, la ville des agrumes qui a vibré au rythme de l’Union des Forces Républicaines (UFR) mercredi 30 janvier, à l’occasion d’un meeting géant  présidé par Sidya Touré, président dudit parti.

C’est d’abord la commune rurale de Mambia qui a donné le ton. Là, la population est massivement sortie pour accueillir la délégation de l’UFR et lui exprimer son soutien total jusqu’à l’élection présidentielle de 2020.

 A Kindia, c’est dans une ambiance des grands jours que Sidya Touré et sa suite ont été accueillis par des milliers de personnes, de l’entrée de la ville à la place des martyrs où s’est tenu le meeting, sous l’œil vigilant des forces de l’ordre.
S’exprimant en premier lieu, Yaya Kéita, le candidat de l’UFR, a fait savoir que ces élections constituent un tournant décisif pour le développement socio-économique de la commune de Kindia qui jadis, a connu de grands progrès dans le cadre de la décentralisation et du développement local.

Il estime que la liste de l’UFR a l’espoir que les Kaniakas feront le bon choix en votant massivement en sa faveur. Yaya Kéita a rappelé le programme du parti qui a pris en compte toutes les préoccupations majeures des populations à la base, notamment : l’éducation, la santé, l’agriculture, l’environnement et les infrastructures, entre autres.
Au terme de son discours, Yaya Kéita a invité la population de Kindia à œuvrer efficacement pour une victoire écrasante de la liste de l’UFR le 4 février prochain.

A son tour, le président de l’UFR a expliqué qu’il est important de voter pour Yaya Kéita et pour la liste dont ce dernier est tête de liste parce qu’il s’agit, a-t-il indiqué, de préparer l’avenir non seulement de Kindia, mais du pays. « La jeunesse doit s’impliquer à fond pour ces élections. Si vous prenez ces élections au sérieux, vous allez gagner et c’est ce qui va faire votre avenir », a martelé Sidya Touré.
Et de conclure : « Je suis venu vous dire que 2020, c’est maintenant. Battez-vous pour que vos candidats soient installés. Mais tout comme par le vote. Il faut surveiller les bureaux de vote, il faut surveiller la centralisation, si vous voulez gagner ».