Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Cellou Dalein prévient : « il y a des choses qu’on ne peut pas accepter »

Sommé de quitter son domicile privé de Dixinn port mis en examen dans le cadre la vente d’Air Guinée par la CRIEF, Cellou Dalein Diallo crie au harcèlement judiciaire. Lors de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) ce samedi 19 février 2022, Cellou est revenu sur la récupération des domaines légalement acquis par des investisseurs étrangers par les autorités actuelles du pays.

« Il y a des investisseurs privés qui sont venus obtenir des conventions avec l’État guinéen, ceux qui dirigeaient le pays, et c’étaient des élus. Ils ont investi leur argent, leur épargne. Ils ont construit des buildings, des usines sur la base des documents légaux au regard de notre loi. Lorsque vous dites que vous confisquez les actifs de ces gens, vous confisquez les entreprises, les buildings, les maisons, ça va contribuer à ternir l’image de notre pays. Aujourd’hui les pays se livrent à une compétition pour attirer les investissements directs étrangers. Pour cela il faut de la confiance. Mais si chaque régime qui arrive remet en cause tous les contrats et toutes les conventions qui avaient été signés par son prédécesseur, qu’est-ce qui va garantir que demain un autre ne viendra pas mettre tout en cause? Cette instabilité n’est pas de nature à encourager les investisseurs. Il faut qu’on respecte les procédures légales. Toute convention peut être renégociée. S’il se trouve que la Guinée est lésée, mais on invite les partenaires de la Guinée pour renégocier certaines parties. Mais on ne peut pas saisir leurs actifs, parce que c’est leur propriété privée au regard de la loi. Et ils avaient la licence, l’autorisation, le bail emphytéotique pour construire un immeuble. Ils ont investi leur argent. L’État de droit accorde une importance capitale au respect de la propriété privée. Ce n’est pas l’éthique ou la morale qui règle les problèmes du monde, ce sont les lois. Chacun peut avoir sa morale et son éthique, mais ce que la loi a interdit si vous le faites, vous avez transgressé, violé la loi. Vous devez répondre. Donc il faut faire preuve d’un plus de sérénité. Il faut arrêter de remettre en cause les décrets pris par le Président Ahmed Sékou Touré, père de l’indépendance, Lansana Conté, le père de la démocratie et des libertés individuelles. Ils ont pris des décrets, on peut mettre fin à ce genre de choses, on peut changer la loi. Mais pour changer la loi il faut aussi une Assemblée nationale légitime et légale lorsqu’elle sera là. Parce que c’est seule une Assemblée légitime qui peut voter des lois qui s’imposent à tous les citoyens. En période d’exception, c’est généralement le consensus qui aide à passer cette période difficile. Donc il ne faut pas spolier les gens sans respecter les procédures légales. Seule la justice a compétence d’exproprier. On ne peut pas décider d’envoyer des militaires pour occuper un bien privé appartenant à quelqu’un qui a investi sur la base des documents qu’il a obtenus avec ceux qui gouvernaient légalement le pays », a expliqué Cellou Dalein Diallo, précisant qu’il a largement expliqué les cas de son domicile de Dixinn et Air Guinée.

Plus loin, il invite ses militants à la vigilance et à la mobilisation : « Je vais vous exhorter aussi à la vigilance et à la mobilisation.  On ne sait pas ce qui va se passer. Nous sommes partisans de la paix, mais des gens qui ne veulent pas de la paix, parce que je vous ai dit que ce n’est pas en rappelant les avantages de la paix, les vertus de la paix qu’on procède à la paix. C’est par la justice, le respect des droits des autres. Il y a des choses qu’on peut accepter et des choses qu’on ne peut pas. Nous avons suffisamment donné la preuve de notre attachement à la paix. En 2020 nous avons gagné les élections, on s’est battus on n’a pas obtenu notre victoire, les militaires sont venus renverser Alpha Condé. Dès  que cet acte a été posé, nous avons renoncé à notre victoire. Maintenant si on dit qu’on ne doit pas participer aux élections, ça c’est autre chose. Si 2010, 2020 on a accepté, ils demandent encore ceci et cela, il faut en ce moment que nous réagissions. »

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :