Cellou Dalein dans la famille du jeune Isamel : « une impunité totale est accordée aux criminels»

22 septembre 2017 17:17:04
1

Cellou Dalein Diallo a conduit ce vendredi 22 septembre une délégation de l’opposition, composée de Makanéra Kaké, Papa Koly Kourouma, Jean-Marc Telliano et des responsables de l’UFDG dans la famille d’Ismael Bah. Ce jeune qui a été tué par balle le jour de la marche le 20 septembre dernier.

Après la prière du vendredi dans la mosquée Kabalaya de Hamdallaye où des prières ont été faites pour la paix en Guinée, mais aussi pour le repose de l’âme d’Ismael Bah, Cellou Dalein Diallo et ses pairs de l’opposition se sont rendus dans la famille mortuaire, située  non loin, juste en face de la mosquée mais à l’autre rive de la route.

Le chef de file de l’opposition s’est dit très choqué de ce nouveau meurtre : « je suis, bien entendu, ému, choqué de voir qu’on ne puisse pas renoncer à faire usage des armes à feu dans le maintien d’ordre. Imaginez, 80 de nos compatriotes ont arrachés à l’affection de leur famille. C’est triste ! »

Cellou Dalein affirme que des bavures peuvent se produire dans de pareilles situations, mais il soutient qu’en Guinée, ce ne sont pas de bavures, mais des ‘’assassinats’’ qui sont perpétrés contre ses militants : « partout dans le monde, on enregistre des bavures. Mais ici, ce n’est pas des bavures dès lors qu’aucune enquête n’est diligentée pour savoir qui est l’auteur du crime commis. Une impunité totale accordée aux criminels qui profitent des manifestations pour ôter la vie à des Guinéens. Donc, je suis triste de constater que l’on continue d’augmenter des victimes, des répressions des forces de l’ordre qui sont chargées d’assurer la sécurité des Guinéens. C’est vraiment déplorable.»

La justice a annoncé l’ouverture des enquêtes. Mais le président de l’UFDG n’est pas sûr que ces enquêtes puissent aboutir : « je doute fort qu’il y ait des suites. »

La manifestation du 20 septembre a été organisée pour exiger l’application de l’accord politique du 12 octobre 2016, dont un des points concerne l’identification des responsables des crimes commis lors des manifestations passées: « une des décisions contenues dans l’accord du 12 octobre 2016, c’est de diligenter des enquêtes pour identifier les auteurs et les commanditaires de ces crimes et les déférer devant les tribunaux. Mais ça aussi, on refuse d’appliquer. Donc l’application de l’accord, c’est la lutte contre l’impunité, la lutte contre le refus de respecter la Constitution et les lois électorales. »

Le chef de file de l’opposition promet d’appuyer la famille des deux victimes pour porter plainte au niveau des tribunaux : « on va constituer le dossier. Les autopsies sont en train d’être faites. Et bien sûr la famille, avec l’appui de l’opposition républicaine, va porter plainte contre X comme on l’avait fait pour le cas de Zakariaou, même s’il n’y a jamais eu de suite. »

Une marche pacifique était prévue pour le mercredi 27 septembre. Mais suite aux deux meurtres lors de la dernière marche, tout pourrait changer. « Nous allons nous retrouver parce qu’on a déjà deux corps et beaucoup de blessés par balle, d’autres sont dans un état grave», ajoute Cellou Dalein Diallo.