Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Cellou Dalein : « Alpha Condé veut démolir notre parti, nous ne l’accepterons pas… »

Amputé de nombreux de ses cadres, qui sont en prison depuis début novembre 2020, Cellou Dalein ne semble pourtant pas vaincu. Ce 25 février, il a reçu à son domicile à Dixinn, les différentes fédérations de son parti. Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a d’abord remercié ces cadres de son parti pour leur constance et soutien, avant de les motiver à rester sur cette ligne et à davantage lutter pour la préservation des valeurs pour lesquelles ils se battent plusieurs années.

« Notre combat sera victorieux, je vous l’assure. C’est une question de temps. Ne vous découragez pas. Nous incarnons les aspirations du peuple malgré les adversités », a déclaré Cellou Dalein Diallo, avant de demander aux responsables de son parti, mais aussi aux militants, de ne pas s’arrêter à mi-chemin : « Nous devons continuer notre travail pour redonner espoir aux Guinéens, pour améliorer leurs conditions de vie, pour qu’ils puissent bénéficier de la mise en valeur des énormes richesses économiques que la providence a données à notre pays. Je suis fier de constater que vous êtes déterminés pour ce combat. Soyez sûrs que la victoire sera de notre côté.»

L’UFDG étant souvent taxée de parti violent, Cellou Dalein soutient que son parti a toujours montré son attachement à la paix, tout en rappelant que la paix exige de l’application d’une vraie justice équitable à tous : « Nous sommes toujours attachés à la paix, mais nous allons exiger le respect de nos droits. Les gens parlent de la paix. J’ai toujours dit qu’on n’obtient pas la paix en rappelant ses vertus et ses avantages. On obtient la paix par la justice et le respect des droits des autres. Vous connaissez mon conflit avec Alpha Condé c’est qu’il ne respecte jamais la loi, il ne respecte jamais ses engagements et il manque du respect à notre peuple. »

Parlant du manque respect au peuple par Alpha Condé, Cellou Dalein rappelle les propos tenus par le chef de l’Etat le 24 février, des propos qu’il considère comme une injure grave à l’endroit des Guinéens : « Hier (mercredi 24 février 2021, ndlr) il dit que les Guinéens n’ont pas honte, ils ont peur. C’est une insulte grave à notre peuple. Et que c’est comme c’est la tortue, il faut mettre le feu derrière. C’est une injure grave. On a toujours dit qu’il n’avait pas d’égard pour le peuple de Guinée. Il n’a que du mépris pour notre peuple. Il faut que les Guinéens tirent les conséquences. Les Guinéens sont réputés être attachés à leur dignité. Lorsqu’on les traite de tortue, en disant qu’ils n’ont pas honte, qu’ils n’ont que peur, il n’y a pas d’injure plus grave. Parce que les Guinéens sont des hommes et des femmes dignes et fiers. Ce n’est pas parce qu’il corrompt et intimide certains qui accourent à la soupe qu’il va dire que tous les Guinéens sont des tortues.»

Revenant sur le cas de détention de hauts cadres de son parti, Cellou Dalein affirme que le pouvoir veut démolir son parti, mais rassure que cela n’arrivera pas : « Le parti se bat pour unir et servir les Guinéens, pour faire respecter les droits de tous les citoyens, pour qu’il y ait une démocratie apaisée dans notre pays. Aujourd’hui on nous accable. Alpha Condé est en train d’attribuer des infractions à nos détenus et au parti parce qu’il s’est rendu compte que nous représentons une force politique, une force électorale. Ils étaient surpris de notre capacité d’organisation, de notre victoire électorale dès le premier tour de la présidentielle du 18 octobre. Alpha lui-même, les candidats à sa succession, se sont donné la main pour démolir l’UFDG. Nous ne l’accepterons pas. Nous défendrons notre parti parce que nous sommes convaincus que nous incarnons les aspirations de notre peuple. »

Depuis le 20 octobre 2020, le siège de l’UFDG et les bureaux de son président sont fermés par le pouvoir. Le délibéré en référé du jugement pour la réouverture de ces locaux par la Cour d’appel de Conakry est attendu le 4 mars prochain. En première instance, le parti avait été débouté.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...