Bras de fer SLECG-Etat : Les menaces du ministre Ibrahima Kalil Konaté à Kissidougou

0

Comme on le sait, Aboubacar Soumah, le secrétaire général adjoint du syndicat libres des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) et son secrétaire administratif Portos Diallo ont été sanctionnés par le gouvernement avec suspension de salaire. Mais les deux contestent cette décision administrative qu’ils qualifient « d’illégale et d’arbitraire » avant de promettre de rencontrer leur base pour prendre une décision.

Par ailleurs, en marge de sa tournée en Guinée Forestière à l’allure d’une campagne électorale, le ministre de l’éducation nationale, Ibrahima Kalil Konaté a proféré des menaces à l’égard des enseignants qui sont favorables à Aboubacar Soumah et Cie, à Kissidougou ce mercredi 24 janvier 2018. 

« Madame la DPE (directrice préfectorale de l’éducation), je ne fais pas de menaces. Mais quiconque va tenter de se mêler d’une grève sauvage, qui n’est pas reconnue par le SLEEG, ni par le FSPE au niveau de l’éducation, vous me remontez les noms… », a-t-il affirmé.

S’adressant aux enseignants, il a ajouté : « Si tu veux 8 millions, c’est parce que tu a deux millions. On va te retirer les deux millions pour que tu sois sur le carreau. Je ne blague pas. N’hésitez pas Madame la DPE. Remontez-moi l’information, je bloquerai carrément les salaires des intéressés. Le moment que les autres se battent pour 8 millions, toi tu te bats pour avoir les deux millions. La pagaille est terminée…»

Faut-il noter qu’Aboubacar Soumah et ses camarades, protestant pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants avaient réussi à paralyser les cours pendant au moins un mois. Il a fallu l’intervention des religieux pour lever le mot d’ordre de grève. Mais le gouvernement n’a jamais respecté son engagement par rapport à cette suspension de la grève.