Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Basket-Elim/Coupe du monde 2023 : que retenir de la participation du Syli à la fenêtre d’Abidjan ?

A Abidjan, le Syli basketball a terminé dimanche la quatrième fenêtre des éliminatoires de la Coupe du monde Indonesie-Japon-Phillipines 2023 avec une victoire sur l’Ouganda. Le bilan de l’équipe entraîné par Zljko Zecevic est d’une victoire et deux défaites. Au vu des circonstances de la mobilisation de l’équipe et de la qualité des adversaires du groupe E, on est loin d’une contre performance, même si on ne peut plus espérer pour le Mondial.

Une équipe pénalisée par les absents et le manque de préparation

Sur 23 joueurs convoqués, seuls 12 ont répondu à l’appel. Pour diverses raisons, Cédric Mansarde, Vidson Condé, Ibrahima Diallo, Mohamed Queta –  pour ne citer que ceux-là –, ne sont pas à Abidjan. Les uns, pour blessure ou raison familiale; les autres à cause de leurs clubs qui ne les ont pas libérés.

L’équipe a aussi souffert du manque de préparation. Là où les adversaires ont passé des semaines voire un mois de préparation, le Syli n’a eu que quelques jours pour affûter ses armes. Les deux premiers matchs perdus contre Cabo Verde (48-65) et le Nigeria (89-70) ont donc servi de matchs de préparation pour le pays. Contre l’Angola, on a donc vu de nombreux joueurs guinéens très en jambe.

La Guinée, l’exception qui confirme la règle

On ne pourrait cependant se plaindre du contenu proposé par les 12 jeunes qui ont répondu à l’appel pour cette quatrième fenêtre. Face à des équipes composées de joueurs de NBA et/ou de l’Euroligue, le Syli, quoique diminué, a été loin d’être ridicule. Mais comme le dit le proverbe : la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a. La faiblesse de l’équipe à Abidjan, c’est sa maladresse (l’un des maux chroniques du basketball guinéen).  Pour illustrer les défaites contre Cabo Verde et le Nigeria, le coach du Syli, le serbe :  » me demander pourquoi la Guinée n’a pas gagné, c’est comme demander à Souaré (Antonio) pourquoi Horoya n’a pas gagné contre le PSG (…) Est-ce que vous savez qu’un de mes joueurs vient de la quatrième division française « .

Dans le monde du basketball, la Guinée est ce qu’on peut appeler une exception qui confirme la règleLa question, c’est comment un pays qui n’a presque pas de palais de sport est-il parvenu à se hisser parmi les meilleures nations africaines de basketball ? La réponse serait peut-être le bon management offert par la Fédération Guinéenne de Basketball au cours des cinq dernières années. En tout cas, on ne peut pas parler de la politique sportive menée par l’État guinéen. Dans ce pays dit de football, les basketteurs souffrent du manque d’infrastructures, du manque de techniciens (et du découragement du peu qui existe), du non-paiement des primes des joueurs, un championnat arrêté sur décision politique… Hors, en dépit de tout, la Guinée va jouer en février 2023 la cinquième fenêtre des éliminatoires pour la Coupe du monde. S’il n’y a aucun espoir pour le Mondial, le Syli peut toutefois améliorer son classement FIBA et s’éviter les tours préliminaires des prochaines qualifications aux compétitions internationales.

L’autre illustration du miracle guinéen est que le pays a eu un représentant à la dernière BAL (Basketball Africa League). Là où des pays comme  la Côte d’Ivoire n’ont eu aucun représentant. Aussi, les jeunes se qualifient à tous les tournois de leurs catégories…

Dans la poule des géants

Venue du Groupe C où il y avait la Côte d’Ivoire, l’Angola et la Centrafrique, la Guinée a été reversée dans le groupe E à l’issue de la troisième fenêtre. A cette phase des éliminatoires, on ne pouvait donc s’attendre qu’à des gros morceaux. Au Palais des Sports de Treichville (Abidjan), le Groupe E était composé de trois anciens champions d’Afrique, Côte d’Ivoire, Nigeria et Angola, auxquels s’ajoutait une équipe capverdienne très en forme. La Guinée et l’Ouganda se présentaient donc comme des petits poucets face aux géants. Et, le Syli a dû rencontrer deux d’entre eux (le Nigeria et Cabo Verde).

Pourquoi c’est fini pour le mondial ?

Dans ce groupe E, la Côte d’Ivoire qui enchaîne les victoires depuis novembre 2021, a obtenu son ticket pour le Mondial. L’Angola, avec trois victoires en trois matchs ce weekend, est en pole position pour récupérer le dernier ticket du groupe. Dans le groupe F, le Soudan du Sud n’est désormais qu’à une victoire pour se qualifier. Derrière, l’Egypte et le Sénégal se bousculent pour la deuxième qualificative au mondial. Si l’un le prend, l’autre tentera d’arracher la seule place du meilleur troisième des deux groupes. Une place convoitée également par Cabo Verde et le Nigeria qui vendront chèrement leur peau pour l’avoir. Dans cette situation, même si la Guinée arrivait à remporter tous ces trois matchs, il n’y a presque pas de chance qu’elle prenne cette première place.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...