Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Artisanat/Labé : Un chaudronnier colmate des motos pour les personnes à mobilité réduite

C’est un ouf de soulagement pour les handicapés physiques de Labé  qui avaient tous les problèmes du monde pour se déplacer avec leurs vélos qui nécessitent très souvent l’assistance d’une à deux personnes pour circuler avec toutes les peines. Constatant ce calvaire et face à la rareté des motos à trois roues, Souleymane Camara, maître chaudronnier à voulu prêter main forte à ces personnes à mobilité réduite, a appris Guineenews.

Interrogé par notre rédaction, ce chaudronnier explique : « Vous savez, ce sont des vélos qu’ils (les personnes à mobilité réduite) utilisent pour se déplacer. Si je prends l’exemple sur le premier Handicapé qui m’a inspiré, il passait tous les jours devant mon atelier avec au moins deux de ses enfants en train de tirer son vélo en direction de la ville. Donc, ces enfants n’arrivaient à rien faire avant de déposer leur Papa au marché. Je me suis dit que ces enfants devraient être à l’école au lieu de transporter leur papa en longueur de journée car ils risquent de perdre et c’est leur avenir qui est en jeu. Donc, c’est de là que j’ai décidé de faire une moto à trois roues qui va remplacer le vélo pour ce handicapé afin qu’il se déplace seul ».

De passage devant son atelier, maître Souleymane Camara a proposé à son tout premier client qui, chaque jour, faisait de kilomètres à vélo pour rallier la ville, de tenter l’expérience. Pour se faire, il lui a demandé une moto et le matériel qui va avec. « Quand on m’envoie la moto, j’exige au client de trouver une troisième roues et son garde-boue. Le reste du matériel qui entre dans le colmatage se trouve à mon niveau et il s’agit du cadre, de l’axe, des deux leviers (vitesse et frein), pour ne citer que ceux-ci. Donc, je transforme la moto de deux roues en une moto de trois roues bien équilibrée. Mais je vous dis, çà devient une moto bien solide car j’ai fait une moto pour un handicapé de Dianyabhé qui va avec dans tous les marchés hebdomadaires de la périphérie. En plus il transporte à bord toute sa famille dessus » soutient maître Souleymane Camara.

Conscient que la majorité des handicapés ont des problèmes de membres inférieurs, maître Camara à tout mis en place pour faciliter le pilotage de la moto par ce genre de personnes. « Au fait, je colmate le système. Pour ce qui est du frein, j’installe un levier qui vient jusqu’au guidon, je fais la même chose aussi pour le levier de vitesse de sorte que tu peux manoeuvrer le tout avec les mains comme pour la plupart d’entre eux, ce sont les membres inférieurs qui ont des problèmes alors que le reste est normal », précise-t-il.

En près de 20 ans de rafistollage des motos au service des handicapés, Souleymane Camara améliore son système d’année en année. « Depuis très longtemps j’ai commencé à faire ce genre de moto parce que c’est en 2003 que j’ai fait la première moto pour le monsieur de Kourawil (quartier Madina). Il l’utilise toujours sans problème. Je ne pourrais pas déterminer le nombre de motos que j’ai rafistolées ici mais depuis 2003 je suis en train de le faire. Une moto me prend 3 à 5 jours ; mais j’ai fait des dizaines et des dizaines de motos pour les handicapés et ils en tirent vraiment profit« , estime-t il.

« Les handicapés sont très contents de l’initiative.  Ils me félicitent en longueur de journée parce qu’il y a même eu un cadre de la justice à Labé ici qui a suivi un handicapé jusque dans mon atelier avant de commander le même modèle pour son enfant handicapé qui vit à Boké. Depuis, ce dernier est aussi autonome car avant il fallait le déposer à l’école et depuis, il est tranquille », ajoute le chaudronnier.

Justement, la joie est immense chez les bénéficiaires qui semblent avoir recouvré leur « indépendance ». « Maître Camara nous a beaucoup facilité les choses car on traînait en longueur de journée sur des petites distances. Par contre, de nos jours on voyage tranquillement avec ces motos et ça nous permet même de travailler comme les autres personnes normales. Il nous a permis de vaincre ce handicap qui poussait la plupart d’entre nous à opter pour la mendicité alors qu’ils pouvaient faire bien de choses » a laissé entendre Mamadou Sow, handicapé rencontré à bord de sa moto sortie du génie créateur de maître Camara.

A en croire plus d’une personne, des gens se permettent d’exporter en dehors du pays les motos colmatées par maître Camara. « Effectivement, mes motos vont maintenant au-delà du pays. J’ai une fois fait une moto pour un monsieur de Mosquée. Celui-ci l’a publiée sur les réseaux sociaux et depuis il y a eu des réactions de part et d’autre et les gens ont commencé à commander tout en nous demandant de pérenniser la chose. J’ai au moins fait deux motos qui sont partise vers la sierra leone », déclare-t-il.

Malgré cette ingéniosité qui mériterait une forte attention des autorités à tous les niveaux, maître Souleymane Camara semble être ignoré même par la fédération locale des artisans. Qu’à cela ne tienne, il suit son bonhomme de chemin qui heureusement assure sa survie et celle de sa famille.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...