Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Après son retour au pays, Thîa’nguel prêt à retirer sa plainte contre la Guinée à la CJ de la CEDEAO

Après cinq ans d’exil forcé, Souleymane Thiâ’nguel Bah est enfin de retour en Guinée. L’ancien chargé de communication de l’UFDG n’est pas très bavard pour l’instant. Contacté par téléphone, l’homme de culture a affirmé vouloir retirer sa plainte contre la Guinée devant la Cour de justice de la Cedeao.

Les raisons sont simples. “A partir du moment où l’Etat guinéen avait dit qu’il n’est pas concerné par cette affaire, il avait toute la latitude à rentrer en Guinée. Apparemment, c’est récemment qu’Alpha Condé a su les détails de l’affaire. Ainsi, il aurait donné des instructions pour que Thiâ’nguel puisse rentrer dans son pays en toute sécurité. Il n’avait pas besoin de prendre un décret parce qu’on a dit à la Cour de Justice de la CEDEAO que le Thiâ’nguel qui est condamné n’est pas Souleymane Bah”, affirme une source proche de l’intéressé.

La même source rapporte que Thiâ’nguel “avait dit à l’époque de cet appel à contribution pour son avocat qu’il avait fait, que cette affaire est d’abord personnelle, non celle de l’UFDG”.

Dans nos échanges, notre source confie que l’ancien chargé de communication de l’UFDG “s’est apparemment battu de son côté, avec l’aide de certains de ses amis au tour d’Alpha Condé pour réparer cette injustice. Aujourd’hui, c’est chose faite. Il est chez lui, en toute sécurité, en toute sérénité”.

À lire aussi

A la question de savoir si son retour reste dans le cadre d’une négociation qui va aboutir à son entrée au gouvernement, notre source répond par la négative. C’est faux, affirme-t-elle. Et d’expliquer que « cette question n’aurait jamais été abordée au cours des discussions qui ont permis son retour« .

Avant “d’espérer que les militants et responsables de l’UFDG ne le jetteront pas en pâtures [car] sa loyauté n’a jamais fait défaut”.

Notre interlocuteur  estime enfin que la “place de Thiâ’nguel n’est pas en exil, mais en Guinée pour servir le pays”. Mais “cinq années, c’est très long, pour lui et pour sa famille, pour un crime qu’il n’a pas commis. Son père est mort et il n’a pas pu venir l’enterrer. Aujourd’hui, toute sa famille a encore plus besoin de lui”.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...