Agriculture : Les acteurs de la filière du néré et ses produits dérivés en conclave, à Kankan

0

Les acteurs de la filière graine de néré et ses sous-produits dans la savane guinéenne se sont concertés le vendredi 26 janvier 2018 à Kankan. Il s’agissait pour la centaine de participants en majorité des femmes productrices et vendeuses du soumbara des préfectures de Kankan, Mandiana et de Kouroussa d’échanger pour une meilleure organisation de la filière néré et ses produits dérivés dont le soumbara.

L’objectif selon Issa Diakité de la Confédération Nationale des Organisations Paysannes de Guinée (CNOPG), initiatrice de cette conclave en partenariat avec les Britanniques d’United Purpose, c’est d’amener l’ensemble des acteurs de la filière graine de néré élargie aux autres produits forestiers non ligneux, à s’organiser pour un marché inclusif et durable.

Ceci, afin de mieux vendre le label ‘’made in Guinea’’ hors des frontières du pays nous dit-on.

C’est pourquoi en plus des explications du mode opératoire des moulins de fabrications locales par les artisans locaux, la rencontre a été un cadre d’échanges d’expériences entre femmes leaders de différents groupements évoluant dans ladite filière.

Ainsi, Moussoken Sangaré, Adama Keita, Koudanin Diakité toutes productrices et vendeuses du soumbara respectivement venues de Kotero (Kankan), de Kanifara (Kouroussa) et de Mandiana se sont félicitées de cette initiative. « Cette première rencontre des acteurs de la chaine de production et de commercialisation de la filière graine de néré et de ses sous-produits, présage de l’espoir quant à son développement en Guinée », ont elles espéré.

Car selon Mme Moussoken Sangaré qui a plusieurs fois voyagé au Mali et au Burkina Fasso, les acteurs guinéens de la filière graine de néré seraient assez en retard dans l’organisation et bénéficieraient moins de ces retombés par rapport aux autres pays de la sous région. « La quasi-totalité des produits locaux vendus sur les marchés occidentaux avec d’autres labels viennent de chez nous. Mais à cause du manque d’organisation et du professionnalisme requise dans le domaine, nous ne bénéficions pas d’assez de retombées financières de ces produits à l’exportation », a-t-elle regretté.

C’est justement pour corriger ces manquements et dans le but de redorer le label ‘’Made in Guinea’’ des produits forestiers non ligneux dont le néré et ses dérivés que les acteurs de la région de la savane guinéenne ont entrepris ces retrouvailles nous dit-on. Elle devrait à court terme contribuer à une meilleure redistribution de la chaine des valeurs aux acteurs de cette filière.