Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire détournement des fonds à la CNSS : voici des preuves qui déculpabilisent les accusés

L’affaire de « présumés détournements à la Caisse nationale de sécurité sociale » ressemble à une tempête dans un verre d’eau.  A en croire les documents consultés par notre rédaction, le Directeur de la Caisse nationale de la Sécurité sociale (Cnss) Bakary Sylla est loin de toute la campagne de dénigrement orchestrée contre lui et son agent comptable.

Dans son engagement à moraliser la gestion publique, le Comité national du rassemblement pour le développement (Cnrd) a initié plusieurs réformes visant à lutter contre la corruption et le détournement des deniers publics. Et il est important que cela soit su de tous tant au niveau national qu’international.

C’est ainsi à l’occasion du récent séjour en Guinée de Monsieur Jean-Michel Metthey de la Société Universal Communications et de son équipe, « pour s’imprégner de la réalité de la Guinée et réaliser une série de reportages présentant les atouts et les réformes engagées sous la transition », il a été demandé à la CNSS de payer un montant de 67 800 euros pour un publireportage dans le journal français Le Point. Lire le courrier du président du CNT adressé au Directeur général de la CNSS en date du 17 juin 2022

Selon le document à notre possession, « à l’instar d’autres entités, la CNSS a été sollicitée afin de s’associer à l’initiative de valorisation de l’image de la Guinée dans la presse française ». Puisque le Cnrd sous le leadership du Colonel Mamady Doumbouya est « engagé dans les réformes de sécurisation des recettes, de maîtrise des dépenses techniques en luttant, notamment contre la fraude endémique en son sein ».

De ce fait, note le document « il était logique pour l’institution -comme plusieurs autres d’ailleurs- d’expliquer à un grand nombre que les actions de redressement entamées par le régime de transition en Guinée constituent de véritables bases solides vers le développement du pays ».

C’est pourquoi le président du Conseil National de la Transition, Dr Dansa Kourouma, a adressé la facture ci-haut citée à la CNSS « correspondant à une face édito et un emplacement premium de 1/2 page payable à la Société Universal Communications, réalisatrice du publireportage, sur le compte bancaire de ladite structure domiciliée à Andorre correspondant à la prestation à réaliser ».

Pour la gouverne de l’opinion publique, la Principauté d’Andorre est un pays enclavé entre la France et l’Espagne qui applique les règles de l’Union européenne. Donc, « les tarifs pour ce type de communication se situent entre 60 000€ et 102 000€ selon les formats. La facture adressée à la CNSS est clairement conforme aux tarifs appliqués », précise-t-on du côté de l’institution.

Notre source ajoute au passage que « avant d’engager ce paiement, nos investigations ont montré que l’Union Européenne et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ne considèrent pas Andorre comme un paradis fiscal, mais comme un territoire proposant une fiscalité attrayante grâce à des impôts peu élevés au même titre que l’Irlande ou le Luxembourg ».

Contrairement donc aux accusations de détournement qui ont alimenté la presse locale ce 14 septembre après la publication d’une décision du ministre de la Justice, Charles Wright, il est clairement indiqué dans ce document consulté par Guineenews « selon les informations reçues de Universal Communications Country Reports, par mail ci-joint, la publication du reportage devrait se faire dans ces prochaines semaines et présentera les réformes ainsi que les actions engagées par les autorités de la transition.

L’opinion sera ainsi située sur les efforts effectués par l’ensemble des acteurs de la transition. En dépit de l’atteinte à sa réputation, le Directeur de la CNSS continue sur son élan de transformation vertueuse de l’institution de protection sociale avec la consolidation de ses réserves de plus de 190 milliards GNF en seulement 8 mois ».

Pour rappel, c’est le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Charles Wright qui a donné des « injonctions [au procureur général près la Cour d’Appel de Conakry] aux fins de poursuites judiciaires suite à la dénonciation des faits de détournement de deniers publics et de complicité contre Bakry Sylla, Directeur général de la CNSS et Assimiou Sall, ancien agent comptable ».

Ainsi, comme on le voit, les accusations contre les deux personnes citées ci-haut pourraient être improductives au regard des pièces fournies par les concernées.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...