Affaire 28 septembre: une commission rogatoire pour entendre le général Sékouba à Paris

10 août 2017 18:18:04
0

La commission rogatoire envoyée aux autorités judiciaires de la France par le pool de juges en charge de l’instruction du dossier 28 septembre, vise à recueillir les témoignages du général Sékouba Konaté, a appris Guineenews d’une source proche du dossier.

 La semaine dernière, en conférence de presse aux côtés du ministre de la Justice et d’autres parquetiers du pays, le Procureur de la République, Sidy Souleymane N’diaye a été vague sur cette commission rogatoire. Une semaine après, Me Foromo Frédéric Loua, président de l’ONG Mêmes Droits pour Tous —une  des ONG partenaires de la FIDH et constitue avec elle et comme les victimes, la partie civile— indique que cette commission rogatoire est allée recueillir les témoignages du général Sékouba Konaté.

Ministre de la Défense et deuxième Vice-président du CNDD à l’époque des massacres ayant provoqué la mort d’au moins 150 personnes au stade de Conakry (selon le rapport de la commission d’enquêtes de l’ONU), le général Sékouba Konaté s’est prononcé à plusieurs reprises sur ce dossier, parfois en désignant des commanditaires. En 2014, le général Konaté a dit avoir déposé une liste des commanditaires à la CPI (Ce qui reste à vérifier encore ).

 En mars dernier, répondant à une des sorties de l’ancien président de la Transition, le ministre de la justice a dit: « je demande à tous les gens qui ont des noms à dévoiler dans ce dossier, d’adresser leur liste au pool de magistrats au lieu de les donner à la presse.»

 Par ailleurs, lors d’une conférence de presse, le ministre de la Justice a promis que « toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans ce dossier seront entendues, dans un premier temps, comme des témoins. Ce sont les magistrats qui apprécieront le reste », a-t-il ajouté.

Depuis cette déclaration de Me Cheik Sako, plusieurs personnalités civiles et militaires ont été entendues dans ce dossier. Ce jeudi 10 août 2017, ce fût le tour de Tibou Kamara,  à l’époque ministre en charge de la Communication de Chef de la Junte, le Capitaine Dadis et du ministre de la Défense nationale, le général Sékouba Konaté.