Abidjan : embouteillage dans les airs, dans les rues, devant les hôtels pour… un Sommet

0

Abidjan, affiche plein, en prélude au 5e sommet Union Africaine (UA)- Union Européenne (UE). Au total, plus de 5 000 invités sont annoncés dont, au bas mot, une quarantaine de chefs d’État ou de gouvernements.

Cependant, rallier Abidjan, avant et pendant ce sommet, n’est pas du tout aisé. La preuve, plusieurs compagnies ont été contraintes de modifier leur plan d’atterrissage, à la dernière minute.

C’est le cas de la compagnie aérienne ivoirienne ayant transporté des passagers guinéens de Conakry à Abidjan. Décollage à l’aéroport de Conakry vers 16h. Temps de vol : 1h 40mn.

Au moment de l’atterrissage, le pilote est sommé de continuer à Accra. Raisons invoquées, des chefs de l’État étrangers occupent le tarmac de l’aéroport d’Abidjan depuis 15h. Et ils sont prioritaires. Aussitôt dit, le vol continue à Accra pour près de quarante minutes, le temps de prendre du kérosène et de revenir.

Retour de nouveau à Abidjan. Au moment de l’atterrissage, après 40mn de vol, pour la deuxième fois, le pilote est sommé de se balader dans l’air; le temps qu’un chef d’État étranger libère la piste. Dix minutes après, l’avion atterrit enfin. Mais contre toute attente, les passagers doivent prendre leur mal en patience. La raison, l’avion doit attendre le décollage d’une autre compagnie pour pouvoir s’immobiliser.

Et quand il s’immobilise dix minutes après, les passagers sont contraints de poireauter dans leur cabine, près d’une heure du temps, tout simplement parce que toutes les échelles sont occupées. Ils finissent par descendre.

A la descente des passagers, un nouvel obstacle. La cause ? La police d’immigration est débordée, alors que certains passagers d’autres vols protestent à cause de l’annonce de l’annulation précipitée de leur vol.

A la sortie de l’aéroport, ce qui frappe le visiteur, ce sont les embouteillages dans les gares et devant les hôtels. Partout, la ville affiche complet.

Pour faciliter la circulation routière dans la ville, le district de police de Marcory a pris d’importantes mesures particulières visant à libérer l’emprise du Boulevard Valerie Giscard d’Estaing (VGE), et ce, à compter du lundi 27 novembre 2017 jusqu’au vendredi 1er décembre 2017.

A cet effet, aucun stationnement ni encombrement de cette voie ne seront permis à qui que ce soit. Et tout contrevenant s’exposera à la mise en fourrière de son véhicule ou de ses marchandises.

Abdoulaye Bah, envoyé spécial de Guinéenews à Abidjan