Jacques Gbonimy (CENI) sur le scrutin du 4 février : « Nous avons eu des difficultés…»

05 février 2018 1:01:49
0

Au soir du scrutin de ce 4 février 2018, la CENI a expérimenté « la soirée électorale » à la Maison de la presse. Durant cette soirée, quelques membres de l’institution en charge de l’organisation des élections en Guinée sont revenus sur la préparation des élections et ont donné quelques explications sur le déroulement du scrutin, ainsi que sur la suite du processus.

Pour Jacques Gbonimy et Oumory Sanoh, respectivement chargé de la formation et de l’accréditation et trésorier de la CENI, le scrutin s’est globalement bien déroulé ce dimanche, en dépit des difficultés. Selon les deux membres de la CENI, ces difficultés ont été surtout d’ordre technique, mais aussi dans la gestion des magistrats chargés de trancher sur les contentieux électoraux. « Nous avons eu des difficultés liées aux montages des isoloirs, au manque d’encre et de correcteur dans certains bureaux, mais aussi des problèmes liés au vote par procuration ou par dérogation… A l’ouverture des bureaux de vote, certains magistrats n’étaient pas arrivés à leur lieu d’affection », a relevé Jacques Gbonimy.

Oumory Sanoh a indiqué que la CENI a tout de suite répondu à « ces petits problèmes ». Au-delà des difficultés techniques, plusieurs autres problèmes liés aux bureaux de vote ont été rapportés à la CENI. « Certains ont été vérifiés et corrigés alors que d’autres n’étaient pas constitués », a indiqué Sanoh.

Un peu plus tôt, au cours de cette journée électorale, la société civile avait accusé un ministre du gouvernement de tentative de fraude à Beyla. À ce sujet,Oumory Sanoh a indiqué que ce cas, s’il est vrai, n’a jamais été signalé à son institution.

Ce soir d’expérimentation de la soirée électorale, pas de chiffre sur le taux de participation, ni de résultats provisoires. Oumory Sanoh a fait savoir que conformément au souhait des partis politiques, la CENI a opté pour un calcul manuel des résultats. Ce qui rend certainement difficile les travaux de centralisation des résultats des élections comme celles locales. Pour les résultats provisoires, il faut donc attendre les heures voire les jours  à venir. Quant aux résultats définitifs, ils seront publiés par la CENI contrairement aux résultats définitifs de l’élection présidentielle et celles législatives qui sont publiés par la Cour constitutionnelle.