Des « experts » du foot se prononcent sur l’élimination prématurée du Syli au CHAN

0

Peut être, le parcours du Syli local au Championnat d’Afrique des nations (CHAN), est terminé. En deux sorties, l’équipe guinéenne a concédé deux défaites : l’une contre le Soudan et la seconde face au pays organisateur, le Maroc. La goûte d’eau qui a fait déborder le vase. Puisque l’entraineur Kanfory Lappé Bangoura est limogé.

Un acte qui ne surprend guère le journaliste sportif Mamadou Yaya Diallo de la RTG. Pour ce féru du cuir-rond, cette décision devrait intervenir depuis bien longtemps.

« Il fallait s’y attendre. Parce que c’est un entraineur qui est passé totalement à côté des objectifs à lui assignés. Son premier objectif était de qualifier le Syli national à la Coupe du monde Russie 2018. Mais dans une phase de qualification, Lappé a concédé 5 défaites contre une seule victoire », regrette notre confrère.

« Le deuxième objectif était de mettre en place une équipe compétitive du Syli. Là également, le coach Lappé n’a pas réussi », poursuit-il.

Se focalisant sur le CHAN qui se joue présentement au Maroc, Mamadou Yaya Bah critique la sélection du coach démis sur toute la ligne. Et pour asseoir son argumentaire sur une base, il envoie pour preuve la non-sélection des deux meilleurs buteurs du Championnat national qui n’ont pu faire l’expédition du Maroc.

« Lappé est allé avec des joueurs blessés pour la plupart. En plus, des joueurs qui ne jouent pas dans leurs clubs ici. Aboubacar Tall, qui a fait la bourde hier, ne joue pas dans son club. Vous avez le gardien Kanté qui ne joue pas dans son club. Vous avez Alsény Bangoura, Tommasi, qui ne joue pas non plus dans son club. Donc, comment voulez-vous qu’on soulève au soir d’une compétition une coupe quand on opère la compétition avec des joueurs qui ne jouent pas dans leurs clubs et qui manquent de temps de jeu ? Pour moi, Lappé Bangoura devait être limogé au lendemain du match contre la Tunisie », soutient-il.

Même son de cloche chez le consultant sportif Thierno Saidou Diakité de l’avis duquel d’ailleurs la préparation du Syli n’a pas été des plus idéales. Et le résultat que l’équipe vient d’enregistrer démontre clairement cette impréparation.

« Je me demande pourquoi après trois matches de test livrés au Maroc -où l’équipe était en regroupement-, l’entraineur Lappé n’ait pu composer une équipe performante pour pouvoir franchir le premier tour », s’indigne M. Diakité, tout en s’attaquant à la décision relative au limogeage de Kanfory Lappé Bangoura, notamment dans sa forme.

« Je pense qu’ils n’y ont pas mis la forme. Si ça n’en tenait qu’à moi, j’aurais suggéré que Lappé continue avec l’équipe, parce qu’il lui reste un seul match. Une fois à Conakry, tirer les grands enseignements. Et éventuellement procéder à la résiliation de son contrat après qu’il ait produit le rapport technique à la Direction technique de la Fédération », fait remarquer le banquier et analyste sportif.

Cette sortie manquée du Syli local indigne plus d’un. Car, en 2016, l’équipe s’est adjugé la quatrième place du CHAN, après avoir concédé une défaite face à la RD Congo dans la capitale rwandaise, Kigali.