Conakry, capitale mondiale du livre : Une ONG française offre 32000 livres à la Guinée

0

Une ONG vient de faire un don d’une importante quantité de livres à la Guinée. Ces documents, qui ont été présentés à la presse lundi 15 janvier 2017, sont composés de 27000 livres de Français, de Physique, de Mathématiques, de Géographie et de Sciences et de 5 autres milles documents, dont des dictionnaires.

La démarche s’inscrit dans le cadre de Conakry, capitale mondiale du livre. Sur les raisons qui ont prévalu à ce geste, le représentant de l’ONG donatrice en Guinée, Sékou Touré, indique que c’est pour aider le pays à encourager et à booster la scolarisation des jeunes, mais aussi à les inciter à la lecture.

« En faisant ce don, nous pensons que cela va permettre aux jeunes d’embrasser la lecture, parce que sans la lecture, on ne peut pas maitriser les sciences, on ne peut pas maitriser la technique et la technologie », justifie-t-il.

Le directeur communal de l’Education de Dixinn est un des heureux bénéficiaires du don. Visiblement très enchanté, Fodé Sylla rassure les généreux donateurs de la gestion judicieuse du don, après avoir énuméré les vertus de la lecture.

Représentant son ministre, le secrétaire général du ministère l’Education nationale et de l’alphabétisation a exprimé toute la satisfaction de son département à travers ce geste qui s’inscrit dit-il, dans la politique du département dirigé par Ibrahima Kalil Konaté.

« Nous sommes satisfaits que nous recevions des centaines de milliers de livres qui vont gratuitement à nos enfants, afin qu’ils puissent aller dans les bibliothèques de l’école lire et qu’ils puissent emprunter ces livres pour traiter leurs devoirs. Au-delà de cette satisfaction, nous remercions les donateurs et le Commissariat général de l’année du livre à Conakry pour ce qui a été engagé comme effort, en vue de doter nos établissements. Et nous savons que ce n’est qu’un début, parce qu’ils ont promis que tous les établissements de Guinée seront équipés de bibliothèques et fournis en livres. Et voilà qui vient compléter notre vision, parce que nous nous sommes dit qu’en Guinée, il manquait des bibliothèques, et s’il y en avait, elles étaient très peu fournies en documents », fait remarquer M. Casimir Diawara.