La journée de l’Italie célébrée dans Conakry, capitale mondiale du livre

0

Fidèle à son thème : ‘‘Le livre, facteur de rapprochement des peuples’’, le Commissariat général de Conakry, capitale mondiale du livre poursuit son trajet de célébration des fêtes des pays et autres organismes internationaux ayant leurs représentations en Guinée.

Ce weekend, c’était au tour de la République d’Italie d’être célébrée. L’événement, qui a eu pour cadre la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères, a mobilisé les représentants des missions diplomatiques et consulaires accrédités au pays, en présence de plusieurs invités de marque et des ressortissants du pays à l’honneur.

C’est l’observance des hymnes nationaux des deux pays que la rencontre a débuté. S’en est suivi le discours de bienvenue de Lamine Capi Kamara, président des écrivains de Guinée. Une journée exceptionnelle au cours de laquelle l’Italie a mis la barre très haute, notamment à travers la prestation artistique de ses artistes et la magnificence de sa littérature.

Selon le Commissaire général de Conakry, capitale mondiale du livre, nombreux autres pays restent encore à célébrer avant la fin du mandat le 22 avril prochain. « Mais ce que je voudrais dire aux Guinéens, le livre est réellement un facteur de rapprochement. En ce sens qu’il a permis à beaucoup de nations d’être unies à la Guinée durant cette année du livre. Et nous allons continuer, parce que le prochain défi que nous allons lancer au lendemain de Conakry, capitale mondiale du livre, c’est Conakry, capitale africaine du livre », a affiché Sansy Kaba Diakité.

Au cours de la cérémonie, un panel d’écrivains a tenu en haleine le public. Parmi eux, l’écrivain afro-italien, originaire du Sénégal, Pape Khouma, auteur de plusieurs ouvrages qui existent plutôt en italien et en anglais qu’en français. Dans ses écrits, dit-il, l’Afrique est bien représentée.

« Dans ces livres, j’aborde l’immigration clandestine avec ses dangers qui y sont liés, mais aussi les traditions et cultures africaines », confie Pape Khouma.

Au terme de la cérémonie, Sansy Kaba Diakité a déclaré que la Commissariat général qu’il a charge de diriger a travaillé avec la Francophonie, l’Union africaine et d’autres institutions pour lancer à Conakry le Grand festival du livre africain doté du Grand prix du livre africain.

« Parce que quand les gens vont à Ouagadougou, ils vont à la conquête des prix. Quand ils vont à Abidjan, c’est pour conquérir des prix. Quand ils vont à la Francophonie, ils cherchent des prix. A Conakry désormais, nous allons avoir le Grand prix du livre africain. C’est ça le défi de Conakry, capitale mondiale du livre. Nous sommes heureux de recevoir tous les peuples du monde et qu’à travers le livre, nous nous rapprochions, que nous fédérions, que nous dialoguions pour pouvoir lutter contre la discrimination et les barrières linguistiques et raciales », a-t-il indiqué.

A en croire le Commissaire général de Conakry, capitale mondiale du livre, un partenariat est déjà acquis pour permettre à ce que beaucoup de livres guinéens soient traduits en italien. Et à travers lequel la Guinée va reprendre beaucoup de classiques italiens en français en vue de permettre aux Guinéens d’accéder aux grands auteurs italiens. A ce niveau, Sany Kaba Diakité a rassuré que les maisons d’édition des deux pays sont déjà en fusion.