N’zérékoré : commerce et circulation perturbés suite à une manif des conducteurs de taxi-moto

12 août 2017 13:13:58
0

Les conducteurs de taxi-moto ont manifesté ce samedi 12 août 2017, à N’zérékoré pour exprimer leur ras-le-bol après l’assassinat d’un des leurs et pour dénoncer l’insécurité galopante dans la ville, a constaté sur place Guinéenews© à travers sa rédaction locale.

Les bandits ont encore fait parler d’eux à N’zérékoré. Dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 août 2017, c’est un jeune conducteur de taxi-moto qui a été tué par des inconnus qui ont par la suite emporté sa moto. Mamady Konaté alias ‘’Piwada’’, âgé d’une vingtaine d’années et étudiant à l’école de santé a trouvé la mort dans les environs de 00 heure, au quartier commercial, secteur 6 alors qu’il venait selon ses amis, de déposer un passager.

Dans la famille de la victime, c’est la douleur et la tristesse qui se lisaient sur les visages. Son tuteur, Kemo Mara qui est aussi le chef de quartier, a expliqué à Guinéenews© comment il a reçu l’information en ces termes : « Mamady est avec moi ici à N’zérékoré. Il a fait le BEPC (brevet d’études du premier cycle) deux fois ça n’a pas marché et finalement il est parti s’inscrire à l’école de santé. Comme ils sont en vacances, il a préféré prendre un taxi-moto pour pouvoir aider la famille et chercher ses fournitures. Hier matin, il est sorti et dans la soirée il était revenu et il m’a même offert un bonnet. Alors ce matin, nous sommes restés à la maison quand ses amis sont venus m’informer qu’ils ont retrouvé son corps dans le secteur 6, à côté de l’école Bailo Barry 3. Je ne sais même pas quoi dire ce matin ».

Apparemment choqués par cette autre attaque et assassinat d’un des leurs, les conducteurs de taxi-moto ont barricadé les routes en perturbant la circulation. La présence du président de la délégation spéciale sur les lieux, n’a pas rassuré les jeunes manifestants qui ont par ailleurs demandé aux commerçants de fermer les boutiques et magasins.

Face à l’ampleur de la situation, les forces de maintien d’ordre ont été déployées sur le terrain pour maîtriser la situation. Dans certains quartiers comme Nyen, où la tension était vive, l’on a assisté à une véritable intifada entre forces de sécurité et jeunes manifestants.

« Il n’y a pas d’autorité à N’zérékoré. Tous les jours on tue les conducteurs de taxi-moto comme des poussins et ces gens qui se disent autorités n’ont jamais osé agir. Chaque fois, elles nous disent qu’elles vont trouver solution mais rien. Nous sommes donc sortis pour dire que trop c’est trop et il faut qu’elles jouent leur rôle. On ne peut pas continuer à vivre dans une telle insécurité », nous dira un jeune conducteur.

Pour l’instant, aucun cas d’arrestation n’a été signalé et un calme précaire règne en ce moment dans la ville. Et quant aux autorités, elles ont préféré garder le silence.

Les conducteurs de taxi-moto sont régulièrement victimes de ces genres d’attaques dans la ville de N’zérékoré. Récemment, c’est un autre jeune qui a échappé de justesse à la mort au quartier Sokoura. Les enquêtes promises n’ont jamais abouti.

Nous y reviendrons