Transport : Un nouvel élément bloque la mise en circulation du train Conakry Express

1

Depuis le 1er octobre 2016, le train Conakry Express est sous cale. Pour exiger de l’Etat guinéen la signature de certains documents relatifs à l’exploitation du train, les Chinois ont décidé de ne plus le faire circuler. Les conséquences de cet arrêt ont été ressenties dans la circulation à Conakry, pénalisant de centaines de citoyens qui utilisaient jusque-là, ce train pour ce rendre au centre-ville.

Après plusieurs négociations entre la Guinée et la société China International Fund (CIF), le président Alpha Condé a publié le 13 juillet dernier un décret de réquisition dudit train.

« L’Etat guinéen décide de réquisitionner à compter de la date de signature du présent décret l’ensemble des locomotives, voitures-voyageurs et groupes électrogènes du train Conakry Express, objet du pacte d’actionnaires signé le 10 octobre 2009 avec les sociétés China International Fund et Sonagol », souligne l’article 1er dudit décret. Ce même décret charge la société nationale des chemins de fer de Guinée (SNCFG) l’administration et la gestion de tous les équipements et installations du train.

Alors qu’on s’apprêtait à mettre en circulation Conakry Express un problème s’est posé. La compagnie Rusal qui est propriétaire de la voie ferrée sur laquelle doit circuler le train a demandé à ce que l’Etat guinéen participe à la réparation et à l’entretien des rails.

« Ça fait un an que le train est arrêté, il fallait le remettre à point. C’est la semaine passée qu’on a terminé ça. On devait commencer aujourd’hui (lundi 7 août, ndlr) quand les Russes ont dit qu’il faut participer à l’entretien et à la réparation de la voie mais à posteriori. Tout ce temps, on a travaillé ils ne l’ont pas dit. C’est maintenant qu’ils soulèvent ça. C’est ce dont on est en train de débattre actuellement pour pouvoir recommencer. Le train est prêt. On est à la recherche d’une société d’assistance technique qui va venir se substituer aux Chinois qui étaient là », a expliqué à Guinéenews©, Me Badras Yora, directeur général de la Société nationale des chemins de fer de Guinée (SNCFG).

La reprise prochaine de la circulation du train Conakry Express va dépendre désormais des négociations entre le gouvernement guinéen et la compagnie Rusal.

« La reprise peut être faite rapidement ou ça peut prendre du temps. Tout dépend de la manière d’amorcer la chose et la compréhension de part et d’autre, surtout au niveau des Russes. Tout ce qu’ils ont dit là, on mettre ça en place, pour un avenir proche et continuer à travailler sans problème tout en discutant des modalités de ce qu’ils ont demandé. Mais s’ils disent qu’il faut ça avant de commencer ça peut prendre du temps », a fait remarquer le DG de la SNCF.