Neymar au PSG : Jeu politique ou surenchère ?

1

Ce n’est pas le sujet du jour mais Usen Bolt battu et détrôné à la réulière par Justin Gatlin, son rival le plus persévérent, est un évènement. L’hommr le plus rapide du monde, le plus adulé dans ce qu’iil fait,, comme les hommes politiques du continent, n’a pas su s’arrêter à temps. On retiendra que le roi de la vitesse a perdu sa couronne et l’invincinilité qu’il espérait pour l’éternité s’est envolée un samedi 5 août 2017 à Londres. Les tribulations et tourments de vouloir toujours tout gagner ne vont pas manquer de troubler ses nuits. C’était plus beau de savoir s’arrêter à temps ! Crédit photo : Le Parisien.

Venons en, au sujet du jour : Le baptême du feu d’un « vétéran » face aux « petits poucet » d’Amiens na pas eu lieu, la Liga espagnole a posé un lapin pour empêcher Neymar de commencer l’aventure. Les raisons et scénarios possibles, on se perdrait en conjectures. Posons cependant des Hypothèses interrogatives : Premièrement, la Liga a-t-elle mal gobé la pullule de ce transfert faramineux mais largement insuffisant, au vu de ce que ce transfert est en train de rapporter au PSG (10 millions de maillots à 140 euros/pièce vendus en deux jours), rien que ça d’abord, ce qui est une perte à évaluer dans les prochains jours pour Barcelone ? Deuxièmement, les Emirats sont en froid politiquement avec le Qatar dans la crise du Golfe, mais ils sont propriétaires ( ?) et sponsors, Fly Emirats, de Barcelone et du PSG qui, lui, appartient au Qatar. Les choses s’emmêlent, s’enchevêtrent et s’imbriquent.

Les Emirats arabes pourraient avoir mal pris d’être supplantés dans ce transfert par la Qatar et la Liga pourrait faire semblant de tergiverser en critiquant le fair-play financier pour retarder les formalités d’un transfert devenu inéluctable. On voit que jouer à ce jeu peut rapporter de gros et consistants suppléments. En effet, plus le suspens et les rebondissements sont entretenus autour de ce transfert, plus la polémique autour de Neymar fait renflouer les caisses du PSG. Ceux qui ne se sont pas encore intéressés à cet imbroglio vont se décider à venir grossir le rang des supporters et fans. Dire que rien la vente des maillots de Neymar pourrait rattraper le montant de la clause libératoire n’est pas hasardeux et exagéré, au vu de l’engouement en France, qu’en est-il en Chine, au Japon, en Inde et ailleurs ? Le PSG semble aussi se plaire à ce jeu d’autant que contre Amiens sans Neymar dans ses rangs n’a aucune influence négative, le PSG a gagné 2-0, dont un but de Pastore, le numéro 10 en titre. On était curieux de voir comment le coach du PSG, Una Nemri, allait repositionner son dispositif tactique, partie remise.

Enfin, la question supplémentaire qu’on pourrait se poser est de savoir si la Liga a des dividendes à toucher dans ce le retard de ce transfert rapporterait comme « nèm-nèm », à moins qu’elle n’ait tiré les marrons du feu en pinaillant pour rien.

Jeu politique ou surenchère, qu’en est-il dans la réalité de cette affaire ?