Veille de Tabaski à Kankan : les marchés bien que chers, refoulent du monde

30 août 2017 14:14:07
0

La commune urbaine de Kankan vit depuis quelques jours au rythme de la fête de tabaski ou fête des moutons, prévue  pour ce vendredi 1er septembre, selon le calendrier lunaire.

Outre les arrivées massives des ressortissants, les rues du centre-ville, les marchés et autres agences de transfert d’argent grouillent de monde.

Dans les marchés Dibida, Sogbè et Lofèba, les habits et chaussures sont, entre autres, les produits prisés. Ce qui donne sans doute des ailes aux commerçants  véreux qui vendent ainsi à prix d’or leurs articles.

Par exemple, aux marchés Sogbê et Dibida, les prix des habits prêt-à-porter et chaussures pour enfants et adolescents, ont volé. Ce qui fait à ce jour qu’un complet Jean pour enfant et adolescents, se négocie entre 90 000 et 110 000 GNF. Alors qu’un complet de jupe ou de robe pour les jeunes filles, varie entre 110 000 et 150 000 GNF voire plus.

Quant aux chaussures, les prix varient entre 25 000, 50 000 et 80 000 en fonction de l’âge des enfants.

Pour faire face à ces multiples dépenses liées aux préparatifs de la fête de tabaski, chacun y va de sa méthode. En tout cas avec un salaire insignifiant pour les fonctionnaires de l’administration publique guinéenne qui varie entre 1 050 000 GNF et 2 500 000 GNF, l’option favorite est le prêt.

« Avec une famille de sept enfants plus mes deux femmes, mon salaire reste insignifiant pour faire face aux dépenses de la fête. Ce qui m’oblige à m’endetter pour satisfaire les membres de ma famille », se lamente Ousmane Bérété, administrateur civil.

Avec cette situation dépensière, les enseignants qui se considèrent être les parents pauvres de la fonction publique guinéenne, auront fort à faire. Car ayant déjà perçu en juillet, leurs salaires de juillet et août.

C’est dans ce contexte assez difficile que s’annonce cette année encore la fête de tabaski à Kankan.