vendredi, 20 janvier 2017, 22:04 GMT

alpha-condeAlors qu'il était là pour la remise officielle des cyberespaces destinés aux écoles et universités du pays, le président Alpha Condé a été désagréablement surpris ce mercredi 11 janvier d’entendre les étudiants de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, crier à gorge déployée une de ses anciennes promesses de tablettes qu’il leur avait faite depuis fin 2015.

En effet, c’est  au cri d’une ritournelle de : « nos tablettes, nos tablettes !» que les étudiants ont accueilli au sein de la cité universitaire leur illustre hôte du jour, le président de la République Alpha Condé, visiblement rattrapé par une des promesses non encore tenues. Une réclamation sans doute bien comprise par le Chef de l'Etat. Puisqu'il a commencé son discours de circonstance par cette préoccupation bruyamment exprimée par les étudiants. «J'ai été accueilli par les étudiants qui me disaient : " président nos tablettes, président nos tablettes ".»

alpha-conde-1 Mais, la réponse du président à cette réclamation a été plutôt vague. « Vous savez, quand les gens ont soif et qu'il y a dix qui vont boire, tous les autres vont vouloir boire. C'est la situation dans laquelle nous sommes. Tout le monde veut avoir accès aux nouvelles technologies, c'est normal…», a-t-il brièvement noyé le sujet à travers une bonne dose d’humour quelque peu déroutant.

 

alphaLe président a-t-il oublié qu'il avait lancé en octobre 2015, à travers au ministère de l'Enseignement supérieur,  le projet « Sincery, un étudiant, une tablette » ? En tout cas, il n'en a pas évoqué. Et à la fin de la cérémonie, quand Alpha Condé sortait de l'université,  les étudiants l’a raccompagné sous le même refrain de revendication : « nos tablettes, nos tablettes ! »

 

 

mmenses colère et déception des étudiants après le départ du chef de l’Etat

«Dans son discours, il a dit tout sauf l'essentiel. Ce n'est pas à un tel discours  qu'on attendait. On voulait plutôt savoir ce qui a fait  que nous n'avons pas encore eu nos tablettes », s'indigne Mory Soumahoro, étudiant en pharmacie.

Entouré de plusieurs condisciples approbateurs, Soumahoro poursuit: « ce n'est pas mauvais d'ouvrir des cyberespaces, mais ce n'est pas cela la priorité. Aujourd'hui, tous les étudiants ont la capacité d'acheter des forfaits de connexion internet. La question est de savoir avec quoi ils vont se connecter… Si chaque étudiant a sa tablette, il peut l'utiliser quand et où il veut. La tablette est prioritaire au cyber. C'est pourquoi nous lui réclamons les tablettes.»

Ce projet ‘’Un étudiant, une tablette’’ vendu par Alpha Condé était-il une promesse électoraliste ? En tout cas plus d’un après, nombreux sont des étudiants aujourd’hui qui ont le sentiment d’avoir été  simple roulés dans la farine.

 

Tokpana Doré

Téléphone +224 657 372 416 Conakry, Guinée

Tokpana Doré