TPI de Dixinn: Marcus de Banlieuz’art à son accusatrice : « je me demande pourquoi elle fait tout ça…»

04 juillet 2017 16:16:30
0

Le célèbre artiste musicien du groupe Banlieuz’art, Marcus et sa présumée victime Fatoumata Diaraye Bah ont été de nouveau entendus lundi dans leur procès pendant devant le tribunal de première instance de Dixinn. Chacun est resté sur sa position, mais la jeune élève de 18 ans a contredit des déclarations qu’elle aurait tenues devant le juge d’instruction et à la police. En plus, le rapport d’une échographie subie en juillet 2016 semble ne pas lui être favorable.  Il en est de même du rapport médico-légal du médecin légiste, Pr Hassan Bah.

Devant le juge d’instruction, mademoiselle Bah aurait déclaré qu’elle porte plainte contre Marcus pour ‘’viol’’. Par contre, elle aurait dit qu’elle ne porte pas plainte contre le marabout Koulako Kourouma quoiqu’elle ait eu au moins un rapport sexuel avec lui. Selon les déclarations de mademoiselle Bah rapportées par le procès-verbal du juge d’instruction, son rapport avec le marabout était consentant. Mais la partie civile a nié toutes ces déclarations à la barre.

Fatoumata Diaraye Bah a réitéré qu’elle est tombée enceinte de Marcus après le présumé viol dont elle a été victime. Mais l’échographie réalisée en juillet 2016, soit six mois après sa rencontre avec l’artiste, indique qu’elle était en grossesse de trois mois. Là-dessus, le Procureur, la partie civile et même le juge ont estimé que l’écart était trop. « C’est vrai que les échographies ne donnent pas parfois exactement le mois exact, mais ça devrait soit un mois de plus ou un mois de moins »,  a estimé un avocat de la défense.

 Le rapport médico-légal fourni par le Dr Hassan Bah non plus ne mentionne aucun cas de grossesse. Ce qui étonne le Procureur et la défense.

 « Le tribunal est saisi pour viol et non pour grossesse », a répliqué David Béavogui, l’avocat de Fatoumata Diaraye Bah.

Dans le procès-verbal de la police, il ressort que Diaraye a dit qu’elle a été transportée dans un grand bâtiment par un diable. Et c’est dans ce bâtiment que Marcus l’a trouvé pour l’amener chez lui. Mademoiselle a encore réfuté cette autre affirmation. « Je ne suis pas une personne anormale pour dire cela », a réagi la demoiselle.

Vous avez écouté Fatoumata Diaraye Bah, qu’avez-vous à dire de ces déclarations ? A cette question du juge, Marcus s’est demandé pourquoi tout ça. « Je me demande pourquoi elle fait tout cela. Si c’est vrai qu’elle m’aime comme elle le dit, ce n’est pas de la sorte qu’elle devrait agir», a dit Marcus qui dit être en train de mener ses enquêtes en vue de connaître les motivations de Bah.

Pour sa part, le marabout Koulako Kourouma a déclaré que tout ce qui a été dit sur lui par la jeune dame est vrai. Depuis le début de ce procès, Fatoumata Diaraye Bah a toujours maintenu qu’elle n’a jamais couché avec Koulako. D’ailleurs, sa maman qui avait porté plainte contre le marabout, a finalement retiré sa plainte. «C’est ma maman qui pensait que c’est Koulako qui m’a violé. Je lui ai dit que ce n’est pas lui, mais elle ne me croyait pas…»,  a indiqué la jeune fille. Elle même accusé sa maman de l’avoir poussé à dire du n’importe quoi à la police. En dépit de cette explication de la partie civile, une nouvelle demande de liberté provisoire en faveur de Koulako a été rejetée…

 A suive lundi prochain les plaidoiries et réquisitoire.