Tougué: Fello Koundouwa, la sous-préfecture aux 4 marigots, qui n’est accessible que par la nage

21 septembre 2017 11:11:30
0

Située à 115 kilomètres de son chef-lieu, Fello Koundouwa est l’une des 9 sous-préfectures de Tougué et sans doute les dernières localités la plus enclavée et la plus abandonnée de la région administrative de Labé. Faisant frontière avec la République du Mali, Fello Koundouwa qui n’a rien et qui manque de tout, est abandonnée à son triste sort, a constaté votre quotidien électronique Guinéenews.

Pour la traversée des 115 kilomètres qui séparent cette sous-préfecture de sa capitale préfectorale, Tougué, le calvaire des usagers est indescriptible et digne d’un film de science-fiction.

Boubacar Sannoun Baldé, le sous-préfet de Fello Koundouwa décrit  des lieux: « de Tougué-centre au chef-lieu de la sous-préfecture, c’est 115 kilomètres. L’état de cette route est si mauvais qu’il se passe de tout commentaire. Présentement à partir de Gonkou, faute de ponts sur les 4 marigots, les gens obligés de nager pour t arriver. La fois dernière, j’étais obligé de payer 20 mille GNF pour la traversée. Ensuite arrivé aux deux derniers marigots qui sont les plus dangereux, j’ai été dû payer à nouveau 40 000 GNF pour passer.»

A cause de la distance entre les districts et leur enclavement, le sous-préfet affirme qu’il éprouve d’énormes difficultés dans sa mobilité dans le cadre de  sa mission régalienne. «Les moyens de déplacement n’existent même pas. Nous nous débrouillons pour faire nos missions. La mairie n’a aucun moins, les villages sont très distants du centre. Par exemple, le secteur le plus proche du centre, est à 12 kilomètres, le reste c’est des districts qui sont à 25 kilomètres voire plus. À mon arrivée, j’ai réuni les chauffeurs, qu’ils soient de Fello Koundouwa ou bien de l’autre côté de la frontière, au Malien, pour évoquer avec la situation de la dégradation des routes. Malheureusement, rien n’a encore changé», a-t-il déploré.

Du point de vue infrastructure, la sous-préfecture de Fello Koundouwa est composée de cinq bâtiments dont la plupart se trouvent dans un état vétuste, confie le locataire des lieux, le sous-préfet Boubacar Sannoun Baldé.

«Les infrastructures sont totalement insuffisantes et vétustes. Nous avons juste cinq bâtiments étatiques, à savoir le centre de santé, les bureaux, le logement du sous-préfet, un magasin construit par le PDSD, un autre petit bâtiment construit par le PDSD aussi qui sert de logement aux gardes forestiers et le bâtiment de la mairie. Ce sont les cinq bâtiments qui existent à Fello Koundouwa», nous a expliqué le sous-préfet.

Par contre, Boubacar Baldé avoue entretenir d’excellentes relations avec les élus de Fello Koundouwa, cette sous-préfecture oubliée de tous.