Télécoms: la communauté technicienne de Guinée à l’école des nouvelles technologies

31 octobre 2017 16:16:20
0

A l’initiative fournisseur d’accès Internet VDC Télécom, une quarantaine d’agents techniques du monde de la télécommunication suit un séminaire de formation depuis ce mardi 31 octobre 2017 à Conakry. Ladite formation est facilitée par Afrinic, un organe régional de distribution des adresses IP et d’Internet registre régional Internet de l’Afrique avec pour attribution, la gestion des ressources Internet.

Le directeur des Opérations de VDC Télécom motive le bien-fondé de cette initiative par la fait que l’on assiste désormais à une l’éclosion de l’Internet à travers le monde. «En collaboration avec Afrinic, nous avons décidé d’organiser cette formation à l’intention des formateurs dans tous les secteurs des télécommunications, qui, à leur tour, vont transmettre les enseignements reçus à d’autres techniciens guinéens afin que ces derniers puissent développer l’IPV6 », a justifié Fred Davilmar.

La formation de 4 jours se focalise autour des modules alléchants comme la Gestion des ressources Internet et l’IPV6 qui représente une expansion du système de numérotation. Brice Abba, formateur, résume le but recherché à travers ce séminaire à l’initiation de la communauté technicienne guinéenne à comment les ressources qu’elle utilise est-elle gérée, comment est-ce qu’Afrinic gère ces ressources pour l’Afrique.

Parti du constat selon lequel l’IPV4-qui représentait 32 bits- n’est plus en mesure de satisfaire aux besoins sans cesse croissants des utilisateurs de l’Internet, a été succédé en 1999 avec une capacité de 128 bits.

Autre objectif recherché, c’est de montrer aux ingénieurs guinéens ce qu’est donc ce nouveau protocole, comment est-ce qu’il faut l’implémenter, quelles sont les bonnes pratiques d’implémentation et ce à quoi s’attendre lorsqu’on l’implémente. Aussi, donner les connaissances nécessaires à la communauté technicienne de Guinée pour qu’elle puisse déployer le nouveau protocole qui est déjà déployé à 20% sur Internet, alors que la Guinée est largement en retard.