dimanche, 26 mars 2017, 05:27 GMT

mamadou-keita-boxeD’origine guinéenne et résident en Belgique, Mamoudou Kéïta est un boxeur professionnel qui a plusieurs fois remporté le titre de champion de boxe thaïlandaise. Dans la perspective de son combat prévu en mai 2017 à Conakry, notre compatriote a accordé un entretien exclusif à votre quotidien en ligne Guineenews. Lisez!   

 

 

 

Guinéenews: présentez-vous ?

 

Mamoudou Kéita: je suis né à Conakry le 26 février 1984 et j’ai a passé une partie de mon enfance dans la commune de Ratoma. A la fin des années “90”, j’ai émigré vers l’Europe, d’abord en France ensuite au Pays-Bas pendant un moment. Finalement, je me suis installé en Belgique.

 

C’est au Pays-Bas que j’ai découvert cette discipline dure et belle à la fois, la boxe thaï qui est aussi appelée le Muay Thaï. Je l’ai pratiquée avec beaucoup de plaisir et d’assiduité pour devenir un boxeur professionnel à partir de 2007.

 

mamadou-keita-boxe2Depuis le début de ma carrière professionnelle de boxeur, je me suis aussi engagé en tant que moniteur de sport (dans les écoles communales de Rotterdam et pour Wiltraco, organisateur d’événements sportifs) et comme professeur de techniques d’autodéfense (á l’académie de police de Dubaï). Je donne également, sur demande, des ateliers spécialisés dans le domaine des arts martiaux. Ces activités sont complétées par ma fonction chez Securitas comme agent de sécurité dans les institutions européennes à Bruxelles, Belgique. Je suis également développeur et copropriétaire de la marque d’articles de sports de combat « FANCA ».

 

Guinéenews: faire la boxe thaïlandaise est-ce un choix ou  le coup du destin?

Mamoudou Kéita: je n’accuserai pas trop le destin puisque depuis tout petit, ma maman voyageait souvent en Europe et j’étais avec elle. Une fois en Europe, j’ai fait la connaissance des asiatiques qui s’entraînaient souvent à faire les arts martiaux et je m’approchais d’eux pour qu’ils me donnent quelques cours. C’est de là que j’ai commencé à avoir de l‘amour pour cette discipline. Quand je me suis finalement installé en Europe, la première des choses que j’ai voulu faire, c’était d’être boxeur professionnel.


 

Guineenews: le combat en Guinée est prévu pour quand et pourquoi le choix de la Guinée pour l’abriter ?

Mamoudou Kéita: le combat est prévu pour le mois de mai prochain. Comme vous le savez, le rêve de chaque combattant sportif de haut niveau est de combattre dans son propre pays. Ainsi le public comportera sa famille, ses amis, ses connaissances et ses fans. Ce qui donne une sensation bien spéciale au boxeur et à son public.

Ceci n’est pas évident dans mon cas car, la boxe thaïe est un sport encore méconnu en Guinée, ma Patrie. Cela ne sera pas un simple combat pour moi. Aujourd’hui, nous avons le soutien du gouvernement guinéen à travers le ministère des Sports. La fédération belge de boxe thaïe effectuera le déplacement pour cet évènement et mon vœu est d’introduire cette discipline en Guinée afin que des milliers de jeunes puissent la pratiquer. Je veux créer une école de boxe thaïe en Guinée, former des jeunes guinéens et leur faire participer à des combats sur le plan international. Ceux-ci ouvriront également des horizons pour des journalistes, des techniciens sportifs et autres. J’espère que ce projet contribuera au développement socio-économique et sportif du pays.

 

Guinéenews: comment vos parents ont pris votre carrière dans cette discipline?

 

Mamoudou Kéita: au départ, ce n’était pas surtout de leur goût. Ce fut une vraie lutte entre ma famille et moi parce qu’il voyait le côté brutal de cette discipline. Mais au final, j’ai pu les convaincre de me laisser pratiquer ce sport que j’aime tant.

Guinéenews: parlez-nous de votre palmarès?

J’ai été champion de la Hollande en 2007puis en 2008, j’ai remporté le championnat du Benelux. En 2009, j’ai été champion d’Europe WTB et l’année qui a suivi (2010), j’ai été champion d’Europe MON. En 2015, j’ai fini vice-champion du monde.

 

Guinéenews: quel regard portez-vous sur l’évolution des sports de combat en Guinée?

Mamoudou Kéita: lors de ma dernière visite en Guinée, j’ai eu le temps de faire un tour au stade du 28 septembre. En voyant la logistique, les installations, j’ai compris que le sport guinéen se portait mal comparativement aux autres pays de la sous-région. Je crois que la Guinée est en retard dans ce domaine et sans oublier le football en passant par toutes les autres disciplines. Moi, je tiens vraiment à introduire cette discipline dans mon pays, créer une école de boxe, former des jeunes guinéens en partenariat avec la fédération belge de boxe.

 

Guinéenews: merci M. Kéita.

Mamoudou Kéïta: c’est à moi de vous remercier.

 

Cheick Alpha Ibrahima Camara

Correspondant à Kamsar, Basse Guinée. Téléphone : +224-669-153-059

Cheick Alpha Ibrahima Camara