SOGUIPAMI: Ahmed Kanté passe le témoin à son successeur qui fixe ses priorités (vidéo)

06 juillet 2017 15:15:06
0

Mamady Fofana a été investi mercredi 5 juillet dans ses nouvelles fonctions de Directeur Général de la Société Guinéenne de Patrimoines Miniers (SOGUIPAMI). C’est le ministre des Mines et de la Géologie et par ailleurs, président du Conseil d’Administration de ladite société, Abdoulaye Magassouba qui a présidé la cérémonie de passation, a-t-on constaté sur place.

Dans son intervention, le Directeur général sortant, Ahmed Kanté a rappelé à l’assistance que la SOGUIPAMI a été créée en 2011 par le chef de l’Etat Alpha Condé dans le but de gérer les actions et la participation de l’Etat dans les sociétés minières et les services liés à l’activité minière.

Si dans la gestion des participations de l’Etat, le résultat reste mitigé, Ahmed Kanté a indiqué que dans le cadre des infrastructures géologiques, de la promotion des infrastructures minières et de la recherche minière, la SOGUIPAMI a su développer un savoir-faire qui a attiré différents investisseurs (…).

 Selon M. Kanté, la signature de tous ces accords concoure au relèvement ultime du défi du chef de l’Etat et du gouvernement pour accroitre le nombre d’entreprises minières en phase de production dont le score de demi-siècle, c’est-à-dire, la première et de la deuxième République, est en moyenne une entreprise en phase de production chaque de dix ans.

En six ans et demi, Ahmed Kanté a souligné qu’ils sont à trois nouvelles mines dont une, chaque année avec des perspectives de trois autres nouvelles mines avant fin 2017 et pour une douzaine de mines avant fin 2020, soit trois fois plus en dix ans qu’en un demi-siècle (…), a-t-il rappelé.

Et d’enchainer: «la production dans les corridors attendra de 15, 9 millions de tonnes en 2017, avec un potentiel de 24,5 millions de tonnes en 2018 et 31, 5 millions de tonnes en 2020. Pour le corridor fluvial de Katougouma et d’Apilon où la SMB mène le leadership, le niveau de production sera de 30 millions de tonnes en 2017  avec un potentiel de 44 millions de tonnes en 2018 et de 47 millions de tonnes à partir de 2020. Le corridor maritime et ferroviaire de Débélé et de Fria, le niveau de production sera de 3 millions de tonnes en 2017 avec un potentiel de production stable en 2018 et de 9 millions de tonnes de production en 2020».

Dans le même sillage, l’ancien DG de la SOGUIPAMI a annoncé qu’en plus de la réouverture de l’usine Russal, une nouvelle raffinerie d’aluminium verra le jour avec date de première production située entre 2020 et 2022 (…). «A partir de janvier 2017, la SOGUIPAMI n’est plus censée d’émarger au budget de l’Etat…», s’en est-il réjoui.

 Prenant la parole, le nouveau Directeur Général de la SOGUIPAMI, Mamady Fofana a fait comprendre que l’un des défis majeurs est de transférer les ressources du sous-sol aux populations. Poursuivant, il a rappelé que dans un passé récent, la Guinée produisait difficilement quelques dizaines de millions de tonnes de bauxite par an. Et qu’en fin avril 2017, le pays est devenu le premier exportateur de bauxite en Chine en dépassant son concurrent direct qui est l’Australie.

 Dans le domaine minier, M. Fofana a souligné que la Guinée est devenue aujourd’hui un partenaire nécessaire, rassurant et fiable pour les opérations de mise en valeur des activités minières sur son sol.

 En ce qui concerne la société dont il est désormais le patron, Mamady Fofana  a déclaré que ladite société ne pèse plus sur le budget de l’Etat pour son fonctionnement, mais elle est devenue une nette contributrice au budget de l’Etat depuis qu’elle a commencé à payer ses impôts sur les revenus générés en 2016.

 «La SOGUIPAMI a vocation de jouer un grand rôle dans l’accélération des exploitations des mines et un facilitateur structurant dans les investissements des grandes infrastructures notamment les chemins de fer et ports. L’autre défi que la société devra relever, c’est la diversification de son portefeuille minier et de partenariat notamment dans l’or, le diamant et les métaux lourds», a-t-il expliqué.

 Pour sa part, le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba a fait remarquer que le chef de l’Etat a mis en place la SOGUIPAMI dans l’objectif d’en faire un acteur national et international pour mettre en œuvre la stratégie de développement commercial dans le secteur minier en République de Guinée.

 A en croire le président du CA de la SOGUIPAMI, ses premières années ont été des années d’apprentissage, de pause et des bases de viabilisation de ses activités. «Elle a fait des progrès notables, nous pouvons noter l’amélioration de la mise en place d’une gouvernance de plus en plus robuste, l’atteinte de son autonomie vis-à-vis du Budget National du Développement (BND) ainsi que la conclusion de partenariat avec des sociétés minières de classe mondiale et de diverses origines», a-t-il mentionné.

 Et de reconnaître qu’il y a eu des progrès notables mais aussi qu’il y a des défis importants qui restent. «Le principal défi est la consolidation et l’élargissement des acquis…», a-t-il insisté. Lire vidéo: