Siguiri : « Ce qui manquait à Cellou pour être président, ce sont nos bénédictions, et nous les donnons »

0

Pour sa deuxième journée de séjour à Siguiri, fief du parti au pouvoir, le leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a effectué des visites de courtoisie chez les personnalités politiques et religieuses de la ville, notamment chez le Sotikémo de la ville, puis chez les fondateurs de Siguiri et chez le préfet.

Dans sa tournée, le leader de l’UFDG était avec le parrain de la ville, le député Alpha Ousmane Diallo, puis du vice-président, Bano Sow, du député, Ben Youssouf Keita et de l’allié Alhousseiny Makanéra.

Première étape, chez Elhadj colonel Fodé Magassouba, le Sotikémo ou encore le patriarche de la ville. On y trouve les cinq familles représentatives de Siguiri, les Cissé, Keita, Magassouba et Traoré.

Dans son discours, le leader de l’UFDG a rappelé les réalisations qu’il a faites pour désenclaver Siguiri, quand il était ministre de la république sous Conté. Ce qui lui vaudra les critiques de ses adversaires. Mais pour lui, les projets, c’est en fonction de l’impact pour le pays, et non pour sa région.

Mais quand je me suis lancé en politique, dit-il, j’ai été victime d’une vaste campagne de calomnie. « Ils ont dit que si je suis élu, je n’aime pas les fils de Siguiri. On a tout raconté sur moi. Mais avec la patience, les mentalités commencent à changer puisque le monde que j’ai vu hier à Siguiri, c’est la réparation d’un tort. Si je suis élu président, je rassure que je serais le président de tous les guinéens ».

En réponse, le porte-parole du Sotikémo a indiqué que ce que l’hôte a fait pour Siguiri, quand il était ministre, si quelqu’un contredit ça, les faits sont là pour le prouver. « Parfois, il a fait mieux que certains ressortissants. Aujourd’hui, nous vous disons que le Mandé est dans vos mains. On nous avait tout dit hier, on avait tout entendu hier mais aujourd’hui, les mentalités changent », a-t-il dit.

De là, le chef de l’opposition guinéenne s’est également rendu à Dankakoro situé à 5 Km du centre-ville. C’est le village qui a donné naissance à la ville de Siguiri. Au cours des échanges, les héritiers du village ont laissé entendre qu’après Sékou Touré, l’hôte est le seul politique à venir les saluer. « Avant lui, personne n’y était venu. Ce qui vous manquait pour être élu, c’est notre bénédiction. Aujourd’hui, nous ferons les mêmes bénédictions que nous avions faites à Sékou Touré », ont-ils témoigné.

Avant d’aller à la rencontre des tenanciers des cafés de la ville, le leader de l’UFDG a effectué une visite de courtoisie chez le préfet, Ibrahima Kalil Keita, un « ami et frère », qu’il a connu il y a 40 ans.

Dans son discours, Cellou Dalein Diallo a témoigné que malgré les turbulences politiques sous Lansana Conté, il rencontrait souvent Ibrahima Kalil Keita, alors qu’ils étaient de bord politique différent.

Par ailleurs, il a déploré l’attitude des autorités, qui lui ont refusé les lieux publics au cours de sa tournée. Réponse du préfet, la gestion des lieux publics relève de la commune urbaine, a-t-il coupé court.

Plus loin, le préfet de Siguiri a souligné les avancées démocratiques sous la conduite du président Alpha Condé, notamment l’installation du statut de chef de file de l’opposition. « Quand un leader est à la tête d’un parti agréé, il est le chef de file de l’opposition guinéenne, il mérite double- respect ».

Tôt le matin, le leader de l’UFDG avait rencontré la famille du député RPG Arc-en-ciel, Sékouba Savané, puis chez la coordination des griots et le secrétaire général de la ligue islamique de Siguiri, Elhadj Sory Magassouba.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici