jeudi, 30 mars 2017, 02:46 GMT

Trois jours après le vol de son bébé à la maternité préfectorale de Siguiri,  Maningbè Kanté, originaire de Fatoya, a enfin accepté de délier la langue. Elle a fait hier ses premières déclarations à la presse locale, le visage voilé.

 

A en croire ses témoignages, le voleur a profité de son sommeil pour emporter son bébé. ‘’Dans la salle, j’étais avec ma sœur et ma mère. Avant de nous endormir, on a placé une chaise derrière la porte et moi j’étais  couchée avec mon bébé. C’est aux environs de 2 heures du matin que  j’ai constaté que mon bébé n’était plus à mes côtés. Aussitôt, j’ai sursauté et j’ai demandé à ma sœur et ainsi qu’à ma mère si elles n’ont pas le bébé, elles m’ont toutes répondue qu’elles ne l’ont. C’est ainsi que nous sommes sorties en criant pour alerter les sages-femmes et le personnel’’, a expliqué Maningbè Kanté.

Par ailleurs, selon certaines informations, la justice de paix de Siguiri se serait déjà saisie du dossier mais nos tentatives de joindre Abdoulaye Conté, le juge de paix, sont pour le moment vaines.

Il faut enfin souligner que la victime est une veuve et son bébé, qui a été volée dans la nuit du dimanche 12 à lundi 13 mars, est son neuvième geste.

 Affaire à suivre…

 

Mohamed Moro Sacko

Correspondant de Guineenews à Siguiri

Mohamed Moro Sacko