Sénégal : Yola ! Abdoulaye Wade est là

11 juillet 2017 11:11:57
0

Comme «Le Lion devenu vieux », de La Fontaine, qui recevait des coups de tous les animaux en geignant, sans plus, quand il vit l’âne accourant, il se releva et dit : Ah ! C’est trop, je voulais bien mourir, mais c’est mourir deux fois que souffrir tes atteintes ». Ce tableau illustre parfaitement la situation politique à Doumbelane.

Pour beaucoup d’observateurs de la scène politique sénégalaise, après la libération de Karim et de son exfiltration vers le Qatar sans que Macky Sall ne trouve à redire, le vieux Abdoulaye Wade allait prendre paisiblement sa retraite politique, que nenni, le revoilà à  Dakar avec intention affirmée de chasser Macky Sall du pouvoir.

Le vieux Lion, on le suppose, n’arrive pas à gober la mise au cachot de son chérubin, en plus, le maire de Dakar, candidat déclaré trop prématurément aux législatives, est en train de subir le même sort à la Bastille du Sénégal. Les supputations politiques partisanes ont amplifié les faits pour désigner Macky Sall comme celui qui use de la prison pour empêcher tous ceux qui lorgnent son fauteuil. Cela ne passe pas pour le vieux Lion. Le tempérament de Wade est bien connu, mais après avoir fumé 91 pipes, est devenu aphone et n’a plus les ressources de jeunesse. Le protocole de la réception de son retour ce dimanche 9 juillet a  été astreignant, c’est peu dire.

On se demande si la prochaine campagne ne sera pas de trop pour celui qui présume inconsidérément de ses capacités physiques et s’il pourra la conduire à son terme, à moins qu’il ne rassemble ses partisans pour que le jeune Karim puisse retourner au bercail et prendre la suite des opérations. Une opération de remise en selle ?

Si tel est l’objectif visé, qu’en diraient les partisans, eux qui avaient désavoué Karim lors de l’élection pour la mairie de Dakar, son fief ? Abdoulaye Wade, lui, ne veut pas vivre dans la défaite et mourir sans vengeance, mais l’enjeu est autre : s’il échoue une fois de plus, il entraînerait inéluctablement Karim  dans sa chute politique, mais s’il arrivait à rétablir la situation, qu’en ferait-il de Macky Sall, courte queue se paie avec courte queue ? Attendons de voir.

Mais autre chose, si un tel nombre de personnes est sortie pour accueillir Abdoulaye Wade, cela signifie que Macky Sall, en dépit de ce qu’il peut faire valoir comme bilan positif, fait regretter à ce nombre important de Sénégalais l’absence de Abdoulaye Wade.

Dans le camp du pouvoir, l’on serait tenté de faire comme si de rien n’est de l’arrivée de Wade, un non-évènement, mais en est-il ainsi, dans le fond ? On s’en douterait. En attendant, la marée gronde et comme le courant de plus en plus impétueux dérange, le silence de  l’Etat-major de Macky Sall ressemble à une frime qui fait penser à une panique, comment faire pour endiguer cette nouvelle marée, quand on sait que les remous du courant peuvent faire des suivistes.

Ça va barder dans les rues de Dakar, prochainement. La « provocation » de Abdoulaye Wade ira jusqu’au bout. Mais attention, mettre le vieux au gnouf pour le calmer, personne n’y pense vraiment, puisque s’il lui arrivait un petit mal de cheveux, ça va se savoir, pulvériser les manifestants de gaz lacrymogène pourrait provoquer…l’irréparable, l’encombrant trouble-fête ne le supporterait probablement pas. Le retour de ce Abdoulaye Wade est, on ne plus embarrassant pour le pouvoir sénégalais. La démocratie est exigence et être désigné comme sa vitrine l’est encore plus.

Le moins que l’on puisse dire, Macky Sall est dans un drap… Yola ! Abdoulaye Wade est bien là.  Que faire!,

Moïse Sidibé