SENACIP : les étudiants de N’zérékoré à l’école du savoir vivre ensemble

03 novembre 2017 9:09:59
0

Les activités de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP) lancée en toute pompe mercredi 1er novembre 2017, se poursuivent à travers le pays.

A N’zérékoré, dans la région forestière, cette deuxième journée a été marquée ce jeudi 02 novembre par une conférence-débat à l’université sous le thème : « le citoyen dans la construction de la nation. »

Devant les étudiants fortement mobilisés, N’Famara Camara, directeur national des Droits de l’Homme est revenu longuement sur les concepts : citoyen, nation, paix.

« Le message c’est de rappeler à chacun, sa responsabilité dans le processus que nous engageons. Un processus du vivre ensemble, d’avoir un destin et un avenir commun. Avec nos divergences, nous pouvons construire une nation unie telle que prescrit dans la constitution et faire tout pour que la Guinée devienne effectivement une dans nos attitudes et dans nos comportements. Donc les débats étaient axés sur ces valeurs que nous devons d’abord inculquer aux étudiants qui constituent un canal propice pour faire passer le message mais aussi à toute la population guinéenne pour qu’elle comprenne que ce sont ces valeurs qui nous permettront de construire cette nation dont nous rêvons », a expliqué M. Camara.

Au cours de cette conférence, la notion de nation a été longuement débattue entre les étudiants et le conférencier. En se basant sur la définition basique du mot, certains sont allés même à dire que la Guinée est tout sauf une nation. Sur la question, le directeur national des Droits de l’Homme précise :« c’est une interprétation de la nation. Aujourd’hui, la nation, dans son assertion française de Renan qui est considéré comme un spécialiste, c’est le vivre ensemble. C’est la définition de la nation qui est acceptée aujourd’hui (« une communauté de personnes ayant la volonté de vivre ensemble »). Alors, vous pouvez vivre ensemble en ayant des diversités de langue, de culture ou de religion mais en ayant quelque chose en commun. »

Dans son intervention, le recteur de l’université de N’zérékoré, Dr Ousmane Wora Diallo a indiqué que la SENACIP loin d’être des moments de réjouissance, doit servir à changer les comportements.

De son côté, Amara Kaba préfet par intérim a souligné la nécessité du vivre ensemble en Guinée et plus singulièrement dans la préfecture de N’zérékoré.  Selon lui, depuis plusieurs années, le guinéen a perdu les repères socioculturels. « La chose publique n’est plus respectée et nos valeurs traditionnelles et culturelles sont aussi abandonnées », déplore-t-il.

Il faut rappeler qu’une synergie des radios est prévue ce vendredi et la journée du samedi sera marquée par la décente des équipes de sensibilisation dans les quartiers.