Sécurité maritime: le CNSP doté d’équipements de patrouille

20 octobre 2017 17:17:47
0

Le ministre des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, Frédéric Loua a présidé jeudi 19 octobre, à Conakry, la remise d’équipements de sécurisation des missions et patrouille de surveillance des zones de pêches, au Centre National de Surveillance des Pêches  (CNSP).

Ces équipements estimés à 75 000 dollars ont a été offerts par la banque mondiale, à travers le Programme Régional des Pêches en Afrique de l’Ouest (PRAO). ‘’Ils ont été commandés à l’extérieur suite à un appel d’offres international suite aux défaillances constatées au niveau des zones de pêche. Le CNSP est reproché de ne pas faire des missions de surveillance. Ce n’est pas le cas, mais c’est parce qu’il n’avait pas d’équipements adéquats. Désormais, c’est chose faite. A travers le Projet PRAO, le centre est équipé. Et on ne  s’arrêtera pas à l’équipement, on a des programmes planifiés pour le renforcement des capacités du personnel du CNSP. On mise sur la relève’’, a expliqué Youssouf Camara, Coordinateur du PRAO-Guinée.

 Les équipements sont composés d’une vedette qui a été baptisé ‘’Soumba’’, des gilets de sauvetage, de radeaux de survie hauturière, de balises de détresse EPIRB Furuno Océan signal,  d’une caisse à outils, de GPS portables gamins GPSMAP 78S, d’un laptop approprié, d’un logiciel de gestion des moteurs Caterpillar, de flash Light,  des lampes longues portées et des lots de pièces de rechange, entre autres.

Dans son allocution, Frédéric Loua a rappelé que c’est avec l’implication personnelle du chef de l’Etat que la Guinée est sortie de la liste des pays non coopérants en matière de lutte contre la pêche INN. Après cette sortie, a ajouté le ministre, il est revenu au CNSP d’œuvrer pour que le pays ne se retrouve plus sur cette liste. Pour cela, Frédéric Loua a invité les responsables du CNSP à garantir une surveillance des pêches responsable, efficace et efficiente.

‘’Cela fait naturellement appel à des cadres compétents, honnêtes, des outils de travail appropriés et des moyens financiers adéquats’’, a souligné le ministre. Trois facteurs qui, selon Frédéric Loua, doivent permettre de relever le défi de la surveillance des eaux territoriales guinéennes.

Le ministre des Pêches se dit persuadé que les contraintes énumérées par le CNSP lors de leur première prise de contact, ne sont pas insurmontables, eu égard à l’attention du président de la République sur la pêche et les bonnes dispositions des partenaires techniques et financiers du secteur (Union Européenne, Banque Mondiale, JICA, FAO, etc.) à accompagner son département.

C’est pourquoi il a demandé aux utilisateurs des équipements d’en faire bon usage pour encourager ces partenaires. ‘’J’avais noté votre ardent désir, d’acquérir de nouvelles vedettes performantes et d’un patrouilleur de haute mer. J’en fais une préoccupation majeure. Et pour cela, je taperai à toutes les bonnes portes pour résoudre ces problèmes’’, a promis le ministre.

Il a ensuite lancé un appel aux populations de préserver l’environnement, car dit-il, les activités humaines, aussi bien sur terre que sur mer, constituent l’une des principales causes de dégradation du milieu marin et des ressources qu’il renferme. ‘’Nous devons tous comprendre que la mer n’est pas dépotoir. C’est pourquoi, par devoir de préserver notre patrimoine naturel maritime pour les générations présentes et futures, le changement de comportement est aujourd’hui nécessaire’’, a lancé Frédéric Loua avant d’exhorter la Direction du CNSP et ses services techniques à plus de dynamisme pour l’accomplissement à temps des taches qui leur sont dévolues dans le cadre du projet.