Saison pluvieuse: toutes les routes de la région de Labé devenues boueuses et impraticables

15 juillet 2017 11:11:51
0

C’est un secret de polichinelle que d’affirmer que les routes reliant les différentes préfectures de la région administrative de Labé sont devenues impraticables à cause de leur dégradation très avancée en cette saison des pluies. Une période à laquelle ces routes secondaires en latérite sont défoncées avec des boueux infranchissables pour les petites voitures, a constaté sur place Guinéenews.

Un véritable calvaire pour les usagers de ces axes routiers qui éprouvent très souvent d’énormes difficultés dans leur mobilité. Tanou Nadhel Diallo, le Secrétaire administratif du syndicat des transports et mécanique générale de la section CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée) de Labé apporte un témoigne des plus édifiants sur l’état de dégradation du réseau routier de la région de Labé.

«Dans la région de Labé, la dégradation des routes est aujourd’hui généralisée. Les 25 kilomètres non bitumés sur la route Labé-Koundara sont vraiment impraticables. Sur la route de Mali, ils avaient entamé les travaux mais vraiment, rien n’est encore achevé. C’est la même situation qui prévaut sur la route Labé-Tougué qui est également inachevée. Par contre, les routes de Koubia et Lélouma sont complètement défoncées. Par exemple, si ce n’est pas un camion ou des véhicules 4X4, vous ne pouvez pas vous rendre à Lélouma », a expliqué ce membre actif du syndicat des transports de Labé.

Habitué de l’axe Labé-Lélouma, Aliou Hamda, chauffeur, confirme les témoignages du notre premier interlocuteur. «On a de sérieuses difficultés sur la route de Lélouma de nos jours. À partir de Popodara où fini le bitume, la circulation devient presqu’impossible. Tu es obligé de rouler avec la première et la deuxième vitesse seulement pendant tout le trajet. D’habitude, on consommait 20 litres de gasoil par voyage mais actuellement, on utilisé 25 à 27 litres. Les frais du transport n’arrivent plus à couvrir les dépenses et les frais de réparation du véhicule qu’on effectue à chaque voyage », soutient ce chauffeur.

Même situation sur le tronçon Labé – Koubia qui paraît être le plus défoncé de la région. « La route de Koubia n’est vraiment pas praticable en ce moment ; elle est très dégradée. Voilà pourquoi les taxis ont tendance à bouder ce tronçon car si tu quittes Labé centres le matin c’est difficilement que tu arrive à destination avant la tombée de la nuit. L’impraticabilité de cette route est beaucoup ressentie au niveau de Horé Dalibét, Lombel et serré Kigna qui sont complètement défoncé » raconte maitre Thierno Sadou Bah chauffeur.

Saisi sur le cas spécifique de ces deux routes préfectorales que sont Labé-Koubia et Labé-Lelouma, Saïdou Pita Diallo, le directeur régional des travaux publics de Labé annonce l’avènement en 2018 d’un projet en faveur de ces tronçons. «Ces deux tronçons ont été programmés et nous nous sommes demandé à ce que ces deux routes soient vite prises en compte. On attend la réaction du département car, tout se fait au niveau des services centraux. Il se peut que ces deux routes soient prises en charge l’année prochaine », annonce-t-il.

Compte tenu de cette situation, les véhicules en partance pour ces villes se font de plus en plus rares à Labé. Tous préfèrent se débrouiller sur les petits tronçons en attendant la fin des grandes pluies.

Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org