Revue de presse : la rentrée judiciaire 2016, la défaite du Syli, la visite d’Ayrault, la COP 22, l’arrêt du train Express.

0

Les journaux de la place nous parlent de la rentrée judiciaire 2016, de la défaite du Syli national face à la RD Congo, la visite de Jean-Marc Ayrault, la tenue du forum international de mobilisation et d’utilisation des ressources intérieures, la participation de la Guinée à la COP 22, la date anniversaire de l’agression du 22 novembre 1970 ou encore l’arrêt du train ‘’Conakry-Express’’ qui soulageait les misères quotidiennes des populations en matière de transport.

Bonne lecture chers lecteurs !

‘’Jean-Marc Ayrault en Guinée : Paris et Conakry riment bien’’, titre le journal La Lance. Le 11 novembre, le chef de la diplomatie française était à Conakry, en visite de 24h. Une occasion pour lui, de commémorer l’armistice au cimetière de Boulbinet pour rendre hommage aux nombreux africains qui ont combattu aux côtés des français lors de la grande guerre. A 11h, il a été également reçu par le Président Alpha Condé. Un tête-à-tête qui a duré près d’une heure et demie. Dans son communiqué le Quai d’Orsay affirmait que l’entretien entre Alpha et hôte « va permettre de faire le point sur les relations bilatérales très denses et sur les questions régionales’’.

A l’hôpital national Ignace Deen, au service pneumo-phtisiologie, médecins et patients sont préoccupés, on ne trouve pas de médicaments antituberculeux pour soigner les malades. Il n’y en aurait pas même pour une journée. Alors qu’à la fin de la semaine dernière, ils étaient 25 malades pris en charge au sein du service. Selon une source proche du service, on voyait venir la pénurie, mais les responsables du programme national de lutte antituberculeux ont minimisé la demande. Pis, à la Pharmacie centrale de Guinée également, on faisait était de mauvaise répartition de gros lots ont été distribués au centre de santé, a rapporté l’hebdomadaire La Lance.

Plus loin, le journal La Lance titre également ‘’Ressources intérieures : l’Etat veut renflouer ses caisses’’. Le jeudi 10 novembre, le Président Alpha Condé a présidé l’ouverture du Forum international de mobilisation et d’utilisation efficace des ressources intérieures’’, à Conakry. Une initiative des ministères du Budget, de l’Economie et des Finances, du Plan et de la Coopération internationale. La Guinée manquerait-elle de ressources financières, elle qui vient de boucler, pour la première fois dans son histoire, un programme avec le FMI ? Et les retombées de dix jours de séjour présidentiel en Chine ? Condé a rappelé que pour boucher les nids de poule de nos routes défoncées et faire face à d’autres projets de ‘’développement’’, un pays doit savoir mobiliser ses propres ressources, réduire sa dépendance vis-à-vis de l’aide, pour d’autres financements extérieurs, a-t-il noté.

‘’Commerce : Promouvoir la mangue de Guinée’’, titre le journal hebdo La Lance. La Guinée peine à rendre compétitive sa mangue sur les marchés africains et international. Aussi, le ministère du Commerce à travers le projet de développement de la filière mangue a-t-il commandé une étude sur la compétitivité à l’exportation de la mangue de Guinée. Etude menée par le Centre du commerce international.  Ce mois de novembre à Conakry, ils ont procédé à un atelier de restitution et de validation des résultats de l’étude avec les acteurs de la filière : producteurs, transformateurs, commerçants et exportateurs pour en sortir, les solutions pour mettre à niveau, la filière mangue en Guinée.

Quant à l’hebdomadaire d’informations La Nouvelle Elite, il nous parle du transport urbain à la Une. ‘’L’Express de Conakry ne siffle plus’’, s’exclame le journal. L’histoire du ‘’Conakry-Express’’ est digne d’un conte de fée. Durant deux décennies, le ‘’Comité militaire de redressement national’’ au pouvoir depuis lors ne répondait plus aux attentes des Guinéens. La corruption érigée en mode de gouvernance avait rongé le peu de crédibilité dont il jouissait et toutes les déclarations d’intention et autres professions de foi à la disparition du ‘’Grand Syli’’. Décembre 2008, le Chef de la junte, Lansana Conté disparait et une autre junte prend la relève et essaie de s’atteler à corriger les insuffisances de la première… D’où l’idée d’un train de banlieue, qui desservirait toute la presqu’île de Kaloum, dans une ligne Nord-Sud, qui partirait de Dubréka et aboutirait au port de Conakry… L’Express de Conakry était depuis six ans rentré dans les mœurs de milliers d’usagers qui exigent que le train qui les a tant soulagés, reprenne service. Depuis quelques semaines, il est à l’arrêt pour dit-on, une facture salée qui s’élevait au début à la somme rondelette de 85 millions de dollars US. Mais dit-on encore, ce ne serait que 45 millions de dollars US. Une misère pour un Etat aussi riche que la Guinée, qui tarde à être versée afin de soulager nos misères quotidiennes !

La ministre de l’Economie et des Finances revient sur les multiples voyages du Président Alpha Condé à l’étranger qui suscitent assez de commentaires au pays, lit-on dans le journal La Nouvelle Elite.  « La Chine est un pays qui dispose d’un savoir technologique important pour nous. Il y a également les possibilités de collaborer sur un certain nombre de projets. Vous avez tous suivi dans le cadre du grand projet Simandou, le transfert des actions de Rio Tinto à Chinalco. Donc, c’est quand même quelque chose d’important, puisque ça nous permettra de réaliser ce projet au bénéfice de toute la Guinée. Je dirais que nous avons eu aussi des discussions sur l’annulation des dettes que nous avons bénéficiées. Et puis, une subvention non remboursable pour des projets clés des secteurs dont celui de la Santé’’, a indiqué Mme Kaba Maladho.

Parlons à présent de l’environnement avec la tenue de la COP 22 à Marrakech. Le Journal La Nouvelle Elite nous informe que la ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts y était avec des cadres des départements stratégiques concernés par les questions de changement climatique. Conformément aux engagements de la COP 21, cette 22ème rencontre se veut beaucoup plus concrète par la matérialisation des engagements précédents pris par plus de 190 représentants du monde entier. Ces engagements consistaient entre autres à la limitation du réchauffement de 2 à 1,5 pour cent. Ainsi, la ministre Christine Sagno Kourouma a rappelé que la Guinée respectera ses engagements en mettant en place, toutes les stratégies de lutte contre le changement climatique. Dans cette lutte, la Guinée semble bien partie dira Madame Kourouma en citant l’engagement de la Guinée à planter deux millions d’hectares du sol seront reboisés sur l’ensemble de l’étendue du territoire national d’ici 2030.

L’Agence Guinéenne de Presse (AGP) nous fait savoir que le président de l’Assemblée nationale de la Guinée, Claude Kory Kondiano a présidé, lundi, 21 novembre 2016, au Palais du peuple à Conakry, la célébration des anniversaires des 70 ans du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et les 27 ans de la Convention relative aux Droits de l’Enfant (CDE). Cette célébration a été mise à profit par le Parlement des Enfants de Guinée (PEG) pour une journée de plaidoyer organisée autour du thème, « Ensemble levons les freins qui entravent le plein accomplissement des Droits de l’enfant en Guinée ». La rencontre a connu la participation du premier ministre, Mamady Youla et des partenaires techniques et financiers de la Guinée. Dans son intervention, la présidente du PEG, Mlle Idrissa Bah a fait savoir, que 27 ans après l’adoption de la Convention relative aux Droits de l’Enfant (CDE) par les Nations Unies, la République de Guinée a ratifié ce traité universel en 1990 comme 14ème Etat membres. Et quant au président de l’Assemblée nationale, il a indiqué :

« Je plaiderai pour que, dans la mesure du possible, on puisse prévoir une enveloppe à loger dans le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (MASPE), et je suis sûr que le PEG serait mieux servi», a plaidé le président de l’AN, qui se dit très satisfait du PEG.

‘’Un fait, des Hommes et l’histoire’’, nous rappelle l’AGP en cette date historique du 22 novembre, marquant la date anniversaire de l’agression impérialo-portugaise face aux attaques des puissances coloniales et surtout face à la désintégration de leurs colonies à travers le monde. Notamment, la France et le Portugal, les deux pays parrains de cette agression en terre guinéenne en ce dimanche 22 novembre 1970, si nous tenons compte des mémoires de Jacques Faucard – le Monsieur Afrique de l’Elysée, et d’autres documents sur ces évènements. Aussi, rappelons qu’en fondant la Vème République française en 1958, la France a perdu la Guinée, le seul territoire de sa large possession en Afrique à dire ‘’NON’’. D’où la naissance de graves rancœurs contre le jeune Etat guinéen, qui selon la vision française de l’époque, devait servir d’exemple en revenant prier la puissance coloniale pour se faire pardonner, sans quoi, jamais il n’y aurait la paix et le développement sur cette ancienne colonie française. Ce fut la promesse du discours-réponse de De Gaulle à la volonté de la Guinée de dire NON au Référendum du 28 Septembre…

Un mot de sport. La 2ème journée de la phase de groupes de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) féminine de football 2016 débute ce mardi, 22 novembre 2016, au Cameroun, apprend-on de l’AGP. Après son succès face à l’Egypte (2-0), le Cameroun, pays-hôte, tentera de se qualifier pour les demi-finales en battant l’Afrique du Sud. Dans l’autre groupe, le Ghana et le Nigeria, vainqueurs de leurs premiers matchs respectifs, joueront mercredi, 23 novembre. Le Kenya et le Mali s’affronteront, quant à eux, lors du match de la dernière chance.

Sport toujours avec cette fois-ci, l’hebdo L’Indépendant qui nous parle de la retransmission du match Guinée-Congo. ‘’Les louvoiements de Fodé Tass Sylla’’, titre-t-il. Un match qui s’est achevé sur un score de 2-1 en faveur du Congo au stade du 28 septembre. La télévision nationale n’a pas pu transmettre ce match en direct en raison de non- paiement des droits de retransmission à la CAF, selon le directeur général adjoint de la télévision nationale, Fodé Tass Sylla.  C’était sur le plateau de la télévision, lors de l’édition du JT de 20h 30 de la RTG qu’il a tenté de trouver une justification au fait que les téléspectateurs n’ont pas eu droit à la retransmission du match sur leur petit écran. Sans convaincre, estime le journal L’Indépendant.

Aussi, le chroniqueur sportif est revenu sur les limites de l’entraineur du Syli national, lit-on dans les colonnes du journal L’Indépendant. Thierno Saïdou Diakité reconnait que le coach du Syli national Lappé Bangoura est limité, ce malgré sa volonté…  « J’ai apprécié la démarche du ministre. Effectivement, hier (lundi 14 novembre, ndlr), une réunion d’urgence a été convoquée au cabinet du ministre. Tous les cadres du cabinet étaient présents, le comité de normalisation et l’entraineur. A cette occasion, un avertissement a été adressé à l’entraineur du Syli, on lui a rappelé que c’est un contrat objectif qui le lie à la fédération et au ministère. Et par conséquent, l’objectif qui lui a été assigné, c’est la qualification aux phases finales de la Coupe du monde.

Autres nouvelles. ‘’Coopération : La Guinée dans la ligne de mire de l’Union Européenne’’, titre le journal L’Indépendant. Le Représentant de l’Union Européenne en Guinée, M. Gerardus Gilen et Mme la ministre des Affaires Etrangères, Makalé Camara ont échangé en début de semaine sur la tenue d’un dialogue pour le 24 novembre entre la Guinée et l’institution européenne, dans le cadre de la rencontre périodique autour d’un dialogue politique global, instituée selon les dispositions prévues par l’accord de Cotonou, signé entre les pays de l’Union Européenne et les Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Une rencontre qui va aborder le point portant sur le ‘’viol de l’accord de Cotonou et l’inculpation de cinq (5) hauts cadres guinéens dans le dossier du 28 septembre 2009’’, selon un communiqué publié à cet effet par le gouvernement guinéen. Les deux parties ont également échangé sur ‘’la nécessité de l’ouverture d’un nouveau chapitre de dialogue politique avec notre pays, après celui du dialogue inter-guinéen qui a abouti à la signature d’un protocole d’accord entre la mouvance et l’opposition », a-t-on appris.

Rentrée judiciaire avec le journal hebdomadaire Le Standard. ‘’Pr Alpha Condé dit tout sur les comportements malsains de certains magistrats guinéens’’, lit-on à la Une. Le vendredi 11 novembre, dans la salle d’audience de la Cour Suprême de Guinée, le président Alpha a présidé la cérémonie solennelle de la rentrée judiciaire des cours et tribunaux. Plusieurs questions étaient à l’ordre du jour. Ont pris part à cette rencontre, entre autres les représentants des institutions accréditées en Guinée, des cadres du ministère de la justice, des magistrats et auxiliaires de justice. Dans son discours de circonstance, Aly Touré, procureur de la République par intérim près le Tribunal de Mafanco a fait une présentation sur le thème ‘’Pour une justice indépendante, impartiale et intègre’’. Une manière de montrer la spécificité de cette rentrée, qui est différente des autres. Prenant la parole, le président de la Magistrature, Pr Alpha Condé a soutenu que l’indépendance, l’impartialité et l’intégrité de la justice dépendent des magistrats. « Nous avons des problèmes dans notre pays. Comment voulez-vous que les étrangers nous fassent confiance lorsque vous prenez des crédits à la banque, vous ne payez pas et si l’intéressé porte plainte, la justice ne sera jamais rendue. Comment voulez-vous que le pays se développe, si les juges veulent remplir leurs poches à travers l’argent volé par des gens qui se confient à eux. Il faut la justice pour que les investisseurs viennent investir dans le pays… »

A l’Assemblée du Parti de l’Unité et le Progrès (PUP), le 12 novembre 2016, le Pr Alpha Condé était au centre de vives critiques. Des leaders tels que Papa Koly Kourouma, président du GRUP, Alhousseine Makanéra Kaké, Sékou Ahmed Traoré, Diabaty Doré ainsi que d’autres leaders, se présentant tous comme des fruits de feu Lansana Conté, sont venus apporter leur soutien à Fodé Bangoura et exprimé leur colère à la suite, disent-ils, des propos tenus par le président Alpha à l’occasion d’un discours tenu en Chine. Selon eux, si le régime de feu Lansana Condé est attaqué, ils se sentent attaqués eux aussi, y compris tous les cadres ayant servi le régime Lansana Conté. Pour rappel, le président Alpha Condé, dans son discours incriminé, après avoir rendu hommage à feu Ahmed Sékou Touré, aurait traité le régime de feu général Lansana Conté de catastrophe nationale…

Ainsi s’achève cette édition et à la semaine prochaine !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici