Revue de presse: promulgation du code électoral révisé, relance du train Conakry Express, résultats du Bac, manifs de l’opposition, affaire 3ème mandat…

01 août 2017 11:11:12
0

Les journaux de la place nous font le condensé des nouvelles qui ont marqué la semaine écoulée. Il s’agit entre autres des informations sur la révision du code électoral, la réquisition du train Conakry Express, les résultats du baccalauréat unique session 2017, les manifestations politiques, l’affaire du troisième mandat d’Alpha Condé ou encore la journée de prières pour que le président Buhari recouvre la santé. Bonne lecture chers internautes !

‘’Alpha et le Foutah : Je t’aime, moi non plus’’, s’exclame le journal satirique Le Lynx. Devinette : Qui a dit que les Peulhs sont des cafards, des punaises, des rats et autres tortues ? Le PRG a fini par croire s’être offert le Foutah à travers un vieillard corrompu et soupçonné d’avoir volé en Mauritanie, dont on ne sait pas ce qu’il a reçu ou ce qu’on lui a promis. Prétendant appartenir à la Nomenklatura de Timbi, il a bien vendu ce qu’il pense être une marchandise, le Fouta Djallon. Décidément, après les politiciens bizarres qui se superposent au FAD et se composent d’un kleptomane et de tordus, le Grimpeur vient de s’offrir une autre pourriture. A croire qu’il les collectionne ! Aux oubliettes la promesse grimpante d’une usine à Timbi. Ce vieux mec, tout de mauvaise foi qu’il est, sait combien il est difficile de quitter son coin pour se rendre à Pita, Labé ou Télimélé. Sans oublier les mensonges de Mali, la fausseté de Télimélé… Les enfants du Foutah régulièrement massacrés sur l’Axe Bambéto-Cosa et que le Pouvoir et ses laquais diabolisent à qui mieux-mieux. Sans oublier la volonté de casser le Foutah à travers le Manden Djallon et autre Roundé Men, estime Le Lynx.

‘’Code électoral : Entre cauris, Condéfilis et Sall tour’’, lit-on dans le journal Le Lynx. Le Prési Alpha Grimpeur a promulgué jeudi soir 27 juillet, le nouveau Code électoral révisant l’ancien, servi par le Conseil national de la transition. Comme l’accord politique du 12 octobre 2016, cela suscite des critiques tant juridiques que politiques, comme pour dire que les Condéfilis sont loin de finir. CENI… tête ni queue. Peut-être une marmite sociopolitique bouillante, garnie de manifs anti-troisième mandat, vie chère et ville salle (entre autres). Ponctuées d’interpellations. Le Prési Alpha Grimpeur a trouvé opportun de promulguer un Code électoral déjà impopulaire. Le machin censé contribuer à désamorcer la crise en rajoute plutôt aux polémiques. Comme celles relatives au point deux de l’accord politique, désormais devenu loi, donc contraignante.

Le 28 juillet à la Maison de la presse, l’Organisation guinéenne des droits de l’Homme (OGDH) a soufflé sur la braise avec ses partenaires FIDH, AVIPA, MDT concernant l’affaire 28 septembre 2009, nous informe le satirique Le Lynx. Abdoul Gadiry Diallo, prési de l’OGDH a fait savoir qu’ils ont rencontré le ministre de la Justice, celui de l’Unité et de la Citoyenneté, les diplomates guinéens et africains en Guinée sur le dossier du 28 septembre. Tout le monde est unanime qu’il faut aller à un procès. Florent Geel, responsable du bureau Afrique de la FIDH (Fédération internationale des droits de l’Homme) dit que le 28 septembre est une épine dans le pied de la Guinée qu’il faut retirer. Après sept ans d’instruction, les victimes exigent le procès : ‘’Nous avons la conviction qu’il faut fermer l’instruction et renvoyer devant un tribunal, pour juger de la culpabilité ou de l’innocence des 14 personnes accusées dans ce dossier dont Dadis Camara. Les victimes ont unanimement demandé que le 8ème anniversaire du 28 septembre soit une date historique : clôture de l’enquête et ouverture d’un procès. Nous exigeons des autorités judiciaires en respect de leur indépendance de clôturer cette affaire et commencer un procès’’.

Le journal L’Indépendant nous donne des précisions sur les résultats du baccalauréat session 2017. ‘’Il y a 23.656 admis sur 87.125 candidats’’, titre le journal. Comme promis, deux semaines après les épreuves du baccalauréat unique session 2017, les autorités de l’éducation pré-universitaire ont proclamé les résultats ce mercredi, 26 juillet dans la soirée. En sciences expérimentales, ce sont 3.299 candidats dont 1.021 filles qui ont obtenu leurs moyennes. Quant aux sciences mathématiques, 5.618 dont 1.462 filles ont été déclarés admis. Pour les sciences sociales, ils sont 14.250 dont 3.298 filles à avoir décroché le baccalauréat. Dans la catégorie sciences expérimentales franco-arabe, il n’y a eu que : 50 dont 14 filles sur toute l’étendue du territoire national à passer le cap de cet examen. En sciences sociales, 439 dont 51 filles ont réussi à ces épreuves. D’après le département du MEPUA, 23.656 dont 6.246 filles ont raflé le baccalauréat unique session 2017, avec un taux de réussite globale de 27, 15 pour cent.

‘’Il n’y a pas de raison de manifester le 2 août’’, a fait savoir Tibou Kamara, Conseiller personnel du président Alpha Condé dans le journal L’Indépendant. Selon lui, l’opposition devrait privilégiée le dialogue, au lieu de battre le pavé. Par ailleurs, le ministre estime que le débat sur un éventuel troisième mandat d’Alpha Condé n’est pas d’actualité. L’opposition républicaine a au cours d’une plénière qu’elle a tenue le mardi dernier, réitéré son engagement à battre le pavé le 2 août prochain. Tibou Kamara lui ne voit pas de raison à une telle initiative. Car plusieurs points de l’accord du 12 octobre 2016 sont en train d’être appliqués, dont entre autres l’adoption du nouveau code électoral, l’indemnisation des victimes, estime le ministre Conseiller du président.

De l’autre côté, l’opposition républicaine ne veut pas renoncer à ses manifestations prévues pour le mois d’août. Ce, malgré des voix qui s’élèvent pour dénoncer cette démarche au moment où le comité de suivi du dialogue inter guinéen connait des avancées dans ses travaux. Ainsi lors d’une plénière qui s’est déroulée mardi dernier, les opposants ont décliné leur chronogramme pour cette série de manifestations. Cellou Dalein Diallo et ses pairs ont décidé d’organiser un dernier meeting le 31 juillet à Kagbélen, pour « couronner » la série des meetings destinés à mobiliser les militants, apprend-on dans l’hebdo L’Indépendant.

‘’Affaire 3ème mandat : ces artistes qui disent « Non »’’, lit-on dans les colonnes du journal L’Indépendant. L’artiste Takana Zion devra en découdre avec la justice après son interpellation mardi dernier lors d’un carnaval, qui avait pour objectif de protester contre des velléités d’un troisième mandat. Tout comme Elie Kamano, Takana et bien d’autres artistes sont désormais à l’avant-garde du combat contre la mal gouvernance et la présidence à vie, après l’échec de la société civile ‘’classique’’. Takana Zion a été arrêté par les services de maintien d’ordre le 25 juillet dernier en pleine rue à Kaloum, alors qu’il était à la tête d’un carnaval organisé par des artistes pour s’opposer à l’idée d’un troisième mandat qui est en train de germer dans l’esprit de certains thuriféraires du régime. Takana et ses collègues ont également dénoncé la corruption et la mal gouvernance lors de cette manifestation publique.

‘’Maladie de Buhari : journée de prières à Conakry pour le président nigérian’’, rapporte le journal hebdomadaire Nouvelle Elite. Le président de l’Etat fédéral du Nigéria, Muhammadu Buhari est malade. Il a été admis à plusieurs reprises dans les hôpitaux londoniens depuis le début de l’année. Son état de santé se dégrade selon des sources bien informées. Son homologue guinéen, le président Alpha Condé est loin d’être insensible à cette situation. C’est sans doute pourquoi le chef de l’Etat a sollicité des religieux qu’ils prient dans toutes les mosquées de Conakry, la capitale guinéenne ce vendredi 21 juillet dernier pour le rétablissement du président Buhari. C’est lors du conseil des ministres du jeudi 20 juillet que cet appel a été fait. Pour rappel, n’eût-été ce cas de maladie, le président nigérian aurait pu effectuer, il y a de cela plus de quatre mois, une visite d’Etat et de travail en Guinée.

La 5ème session de la commission intergouvernemental russo-guinéenne de coopération économique, scientifique, technique et commerciale s’est tenue à Conakry du 18 au 19 juillet 2017, en présence de plusieurs membres du gouvernement et une forte délégation de la Fédération Russe, a constaté le journal Nouvelle Elite. Pour le ministre d’Etat à la présidence chargé des investissements publics et privés, Ibrahima Kassory Fofana, Co-président de la commission intergouvernementale a souligné que la coopération entre la Fédération de Russie et la République de Guinée est riche de la diversité des secteurs qu’elle brasse. Elle est aussi riche de la consistance des programmes et projets qui les caractérisent. « Notre coopération couvre en effet les secteurs des mines et de la géologie, de la santé, de l’enseignement et de la recherche scientifique, de la défense pour ne citer que ceux-là. Je suis heureux de noter que nous sommes sur le point d’en élargir la base juridique par l’adoption de nouveaux instruments juridiques », a-t-il ajouté.

‘’EDG : Bientôt un centre pour améliorer l’approvisionnement en électricité’’, lit-on dans le journal Nouvelle Elite. Le jeudi 20 juillet à Simbaya dans la commune de Matoto, le président de la République, Pr Alpha Cnodé a lancé les travaux de réalisation d’un centre de dispatching électrique national pour améliorer l’approvisionnement en électricité à travers le pays. Financé par le fond d’Abu Dhabi pour le développement, environ 13 millions d’euros, ce centre qui sera géré par la société Electricité de Guinée (EDG) a été développé pour améliorer l’approvisionnement en électricité à travers le pays et améliorer la qualité de service en réduisant le nombre de pannes et d’enlèvement de charge sur le réseau guinéen. Le ministre Taliby a laissé entendre ceci : « le projet de dispatching national dont nous lançons aujourd’hui officiellement les travaux est une étape dans la révolution énergétique avec l’inauguration du barrage de Kaléta. En déployant tous ces efforts pour les moyens de transport, pour la production, la distribution, le gouvernement s’assure avant toute chose de la demande grandissante en électricité soit de mieux en mieux satisfaite… »

‘’Réquisition du train Conakry Express : L’Etat est vite allé trop vite en besogne’’, titre le journal hebdomadaire Le Populaire. Sans même attendre la publication du décret réquisitionnant le train Conakry Express, une équipe mixte de cadres et un huissier ont sommé dans la matinée du vendredi 14 juillet, les responsables de la société en charge de la gestion dudit train de fermer leurs locaux et de quitter les lieux. Ce qui fut fait durant les heures qui ont suivi. Il a fallu attendre la nuit pour que ce décret soit lu dans les médias publics. Une situation qui a laissé perplexe plus d’un. L’acte présidentiel qui ordonne la réquisition du train des mains de la société chinoise Guinea Development Corporation (GDC), le met à disposition de la société nationale des chemins de fer de Guinée. Une décision que l’entreprise chinoise dit ne pas comprendre. Parce qu’estimant que le nouveau repreneur n’a pas les compétences requises pour satisfaire la population.

’Aide budgétaire : la Banque mondiale annonce 500 millions de dollars à la Guinée’’, lit-on dans les colonnes du journal Le Populaire. La BM octroie de nouveau une aide budgétaire de l’ordre de 503 millions de dollars à la Guinée pour les trois prochaines années. Cette aide financière bénéficiera à une douzaine de projets de développement en matière de l’énergie, des mines, de l’agriculture et des infrastructures, dans le but de créer de l’emploi et des ressources pour des familles pauvres. Avec sa délégation, le vice-président de la Banque mondiale était venu en Guinée pour évaluer l’ensemble des projets financés par son institution dans les secteurs stratégiques du développement socio-économique du pays.

‘’Les efforts de Sansy Kaba Diakité magnifiés par l’ambassadeur Jean-Marc Grosgurin’’, nous informe le journal Le Populaire. L’Ambassadeur de France a inauguré une exposition dénommée ‘’Lire sur son smartphone’’ le vendredi 14 juillet 2017 au Musée national de Guinée. Le Club littéraire du CCFG a été remercié pour avoir conçu et préparé depuis plusieurs semaines cet événement, et Youssouf Ben Barry pour sa belle touche d’humour. Dans le même sillage, l’Institut français de Paris pour avoir mis à la disposition de la Guinée, la plus grande bibliothèque numérique francophone appelée Culturetech. Ce, de manière à ce que les lecteurs puissent accéder aux livres pour un montant très réduit de 25.000 gnf l’an, soit 2.083 gnf par mois. Pour terminer, l’Ambassadeur de France n’a pas tari d’éloges à l’endroit de l’initiateur du plus grand événement culturel du pays, les 72h du livre, par ailleurs Commissaire général de Conakry capitale mondiale du livre 2017.

Ainsi s’achève cette édition, à la semaine prochaine !

Mame Diallo