jeudi, 30 mars 2017, 02:35 GMT

A la Une des journaux de la place : la rencontre des membres du CA de l’IAER avec la venue de chefs d’Etat et Ségolène Royal, l’adoption du code électoral, la passation de service des ministres sortants (les frères Kourouma et Christine Sagno), l’affaire UFDG et Bah Oury ou encore l’arrivée de deux avions avec label Guinea Airlines. Bonne lecture !

 

‘’Adoption des projets pour la résolution de la crise d’énergie en Afrique : Idriss… Débris du Tchad est venu s’oxygéner’’, ironise le journal satirique Le Lynx à la Une. C’est peut-être le début de la résolution de crise d’électricité en Afrique. C’est du moins ce qu’on peut espérer avec l’adoption par le Conseil d’administration de l’IAER (Initiative de l’Afrique pour l’Energie Renouvelable) de 19 projets de production et de transport d’énergie en Afrique. Il a réuni, le 4 mars à  Conakry, Alpha Grimpeur, prési en exercice de l’UA, Idriss Débris Ethno du Tchad, Emmanuel Issoze Ngondet, le PM du Gabon, Représentant d’Ali Bongo Ondimba dont le pays préside le CAOSC (Comité des chefs d’Etat et de gouvernements africains sur le changement climatique), l’ancien PM d’Egypte, et la ministre française de l’Environnement et présidente de la COP 21, Ségolène Royal. Il y avait aussi des partenaires financiers comme l’UE et les partenaires techniques que sont l’OMVS, l’OMVG. Pour Alpha Condé, après cette adoption : « Nous allons demander à chaque partenaire de dire ce qu’il va donner dans les dix milliards promis à l’Afrique, lors de la COP 21. D’ici un ou deux mois, on passe à la signature pour que ce soit définitif ».

 

‘’Ségolène vraiment Royale’’, titre le journal Le Lynx. La ministre française de l’Environnement était du panel lors de la session spéciale de AREI et CAOSC. Elle a dit son honneur de participer à la rencontre historique de Conakry et a réitéré son propos. ‘’Sans le continent africain, sans l’engagement des chefs d’Etat et de gouvernement africain, il n’y aurait pas eu l’accord de Paris sur le climat… Il n’y a toujours pas d’argent sur la table, les décisions ne sont pas appliquées. Et l’Afrique n’aurait pas eu tort, mais l’Afrique est restée autour de la table et les dirigeants ont été les premiers à exiger des décisions opérationnelles à Paris’’.

 

Le 2 février, trois ministres du gouvernement Youla ont rendu le tablier. ‘’Ministère de l’Environnement : Kiki Sagno passe la main’’, lit-on dans Le Lynx. Le 2 février, la nouvelle ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Aïssatou Baldé a été installée. La cérémonie de passation de service a été écourtée. Elle a dû aller cueillir à l’aérohangar de Gbessia, son homologue française, Ségolène Royale. Christine Sagno, passe le témoin à sa cheffe de cabinet. Témoins de la cérémonie, cadres civils et militaires, politiques, amis, famille et connaissances. Le bilan de la sortante : l’organisation de la restitution de la COP 21, la célébration de la Journée mondiale de l’environnement avec la réalisation de trente hectares de reboisement à Dubréka, la révision de la politique forestière, le code forestier et le code de faune sauvage déposés au bureau du président de l’Assemblée nationale pour adoption, la célébration de la journée internationale de la forêt avec pour thème ‘’un village, une forêt’’, le lancement de la campagne de reboisement 2016 sur les berges du fleuve Niger et sur toute l’étendue du territoire national avec une superficie de 492 ha, le déclenchement du programme d’assainissement total, le lancement de formation de base de cinq cents cadres du ministère etc. Pour ça, Christine Sagno a reçu un satisfecit.

 

‘’Justice : Bah Oury versus UFDG, le Tribunal tranche’’, s’exclame Le Lynx.  Le vendredi 3 mars, le Tribunal de première instance de Dixinn a délibéré dans l’affaire UFDG et Bah Oury. C’était en présence d’une foule de militants et de sympathisants. La délibération avait été reportée à quatre reprises. Le tribunal a tranché en faveur d’Amadéus Oury Bah, le vice-président de l’UFDG, exclu du parti le 2 février 2016. A la décision du juge, les sympathisants de Bah Oury ont aussitôt laissé exploser leur joie. Me Thierno Amadou Oury Diallo, du collectif des avocats de défense de Bah Oury est aux anges. Chez l’autre camp, les avocats de l’UFDG affirment de prendre acte de la décision et compte faire recours.

 

Kory Kondiano, président de l’Assemblée nationale ‘’Ce code électoral nous permettra d’aller aux élections pour tranquilliser le pays’’, lit-on dans le journal hebdomadaire Nouvelle Elite. Du 9 au 23 février dernier, les députés de l’Assemblée nationale se sont à nouveau retrouvés en session extraordinaire pour l’examen et l’adoption des projets et propositions de textes de lois d’importance ‘’cruciale’’ pour le pays, dont trois lois organiques et trois lois ordinaires. Il s’agit des projets de loi organique portant code électoral et attributions, organisation et fonctionnement de la Cour Suprême. Mais également, la proposition de loi organique portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les projets de loi portant code des collectivités locales et celui relatif au Haut Conseil des Collectivités locales.

 

‘’Transport aérien : Du nouveau dans le ciel guinéen’’, titre le journal Nouvelle Elite. La nouvelle compagnie aérienne dénommée Guinea Airlines a commencé à planer dans le ciel guinéen et international à partir du samedi 25 février, date qui a consacré le lancement officiel de ses activités à l’aéroport international de Conakry-Gbessia. C’est le président Alpha Condé dont le rêve tant caressé de voir la Guinée dotée enfin d’une compagnie nationale, vient d’être réalisé, qui a présidé l’évènement. Décrivant l’appareil, Alain Rigourd, l’Administrateur général de Guinea Airlines l’a qualifié de dernière génération et adapté aux différentes missions contenues dans la feuille de route de la compagnie administratrice. L’appareil est composé d’un appareil biréacteur 145 de 50 places, destiné à l’international et d’un autre appareil de 64 passagers équipé de grandes suites destinées au réseau intérieur. Pour sa part, le président Alpha Condé s’est réjoui de la création de cette compagnie aérienne de droit guinéen qui créera de l’emploi pour les jeunes guinéens. Il y a 15 ans que la compagnie nationale Air Guinée s’est éteinte et 13 ans que la compagnie Air Guinée Express a disparue.

 

‘’Bauxite : La Guinée cible 60 millions de tonnes en 2020’’, nous informe le journal Nouvelle Elite. Le ministre guinéen des Mines, Abdoulaye Magassouba a déclaré à une agence de presse étrangère que le pays envisage de porter sa production de bauxite de 18 millions de tonnes en 2015 à 60 millions de tonnes en 2020, soit plus du triple. Comment procédera-t-on ? En effet, la Guinée a décidé d’investir massivement dans le secteur avec pour but de répondre à la forte demande en provenance de la Chine. Sans être beaucoup plus disert à ce sujet, M. Magassouba a néanmoins souligné qu’en 2016, 2 milliards de dollars ont été investis dans le secteur de bauxite, utilisée pour fabriquer l’aluminium.

 

Dans l’hebdomadaire La Lance, Faya Millimono affirme ‘’Il est clair qu’il y a eu des pressions sur les députés…’’. « Nous sommes déçus de l’adoption du code électoral en l’état. Il y a des gens qui semblent ne pas comprendre le sens du combat pour la construction d’un Etat de droit. Il y a une Loi qui régit le fonctionnement de l’Assemblée. En son article 83, il dispose qu’à la demande de quinze députés au moins présents, le vote peut se faire à bulletin secret ou à main levée. Le président de l’Assemblée nationale a bafoué cette disposition. Il a refusé qu’on procède à l’appel nominal des dix-neuf députés qui étaient en faveur d’un vote à bulletin secret. Peu importe qu’on adopte la loi, pourvu que les gens soient convaincus que nous sommes dans la dynamique de construire l’Etat de droit, du respect de la procédure. Ce qui ne saurait en être le cas lorsqu’on juge la loi encombrante, toutes les fois qu’elle ne nous arrange pas », lit-on dans les colonnes du journal.

 

Quant au RPG, il savoure l’adoption du nouveau code électoral, apprend-on dans le journal La Lance. Le 25 février, le secrétaire général de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel, Bany Sangaré, a présidé l’assemblée générale hebdomadaire du parti. Il a répondu point par point aux propos des détracteurs du point 2 de l’accord politique du 12 octobre dans le nouveau code électoral adopté le 23 février par l’Assemblée nationale. Ce nouveau code électoral est contesté et combattu par quelques partis politiques et partie de la société civile. N’empêche, il a été adopté par une majorité écrasante : quatre-vingt-dix députés sur cent treize. Il y a eu violation de la Constitution et le déni de droit des citoyens d’élire librement leurs dirigeants locaux ? « Je crois qu’il faut être aveugle politique pour ne pas comprendre. Le nouveau code électoral a été adopté, et la Constitution n’a pas été violée. Nulle part n’est écrit que la Constitution a été violée. Ils ne savent pas lire entre les lignes », affirme Bany Sangaré.

 

‘’Manifs de rues : Les jeunes de l’axe pour la non-violence’’, s’exclame le journal La Lance. La plateforme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie (PJDD) a organisé une rencontre d’information et de sensibilisation sur la non-violence le 26 février à Koloma 2 dans la commune de Ratoma. C’était en présence des responsables du quartier, des sages des femmes et des jeunes de la localité. Le président de PJDD, Ibrahima Aminata Diallo, a souligné : « la PJDD condamne cette violence avec la dernière énergie et demande au gouvernement, l’ouverture effective et immédiate d’enquêtes en vue d’identifier les auteurs des crimes commis et les traduire sans délai devant la justice ». Les responsables de jeunes, de sages et de femmes de Koloma ont tous apprécié l’initiative, condamné la violence des forces de l’ordre et demandent aussi aux jeunes manifestants à faire preuve de retenue pour donner désormais une bonne image de l’axe. PJDD se compose de plusieurs jeunes qui œuvrent pour le développement de l’axe et travaille avec le projet de la Baïonnette intelligente fruit de la coopération guinéo-allemande et l’OGDH.

 

Les nouvelles de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP). Le président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé et le président tchadien, Idriss Deby Itno ont coprésidé, samedi, 04 mars 2017, à Conakry, les travaux de la deuxième Session du Conseil d’Administration (CA) de l’Initiative de l’Afrique sur les Energies Renouvelables (IERA ou AREI), a suivi l’AGP.

A l’occasion, les participants ont adopté à l’unanimité 19 projets d’électrification en énergie renouvelable, parmi lesquels le programme intégré d’électrification rurale à partir de micro-hydroélectricité en Guinée, qui prévoit la réalisation de 10 mégawatts, répartis en 04 projets situés en Basse Guinée, Moyenne Guinée, Haute Guinée et en Guinée Forestière. Pour ce faire, les représentants des dix (10) partenaires internationaux de l’AREI ont réitéré leur engagement à mobiliser près de 10 milliards de dollars américains, pour accélérer le démarrage des différents projets. Dans son discours de clôture, le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a rappelé la nécessité d’accélérer la mise en œuvre des projets adoptés lors de cette 2ème Session du CA de l’AREI. «Nous avons demandé à chaque partenaire de dire exactement quel est le montant qu'il met à disposition. D'ici deux mois on va passer à la signature pour que tout soit définitif. Désormais, tous les projets doivent être sélectionnés par l'AREI parce que l'AREI est une affaire de toute l'Afrique ». Son homologue tchadien, Idris Deby Itno a, pour sa part, expliqué que les 19 projets coûteront 04 milliards d'euros pour une puissance 1,75 gigawatts. «Ils font parties des 440 projets enregistrés au niveau de l'AREI. D'ici 2020, nous devrions atteindre les 10 gigawatts par rapport aux engagements de tous les partenaires européens», a noté le président tchadien.

 

A Kissidougou, les planteurs d’anacarde de la préfecture dotés d’un bureau de 17 membres, nous apprend l’AGP. Les délégués des 6053 planteurs d’anacarde de Kissidougou, recensés à la Direction Préfectorale de l’Agriculture (DPA), ont mis en place, par voix démocratique, leur bureau, jeudi, 02 mars 2017, en présence du secrétaire générale chargé des Collectivités décentralisé de la préfecture, Mamady Sangaré. C’est un bureau de 17 membres présidé par El hadj Fodé Bangaly Sangaré. Il est  composé de planteurs, rien que des planteurs crédibles et engagés. D’entrée, le chef de l’Agence Nationale de Promotion et de Conseil Agricole (ANPROCA), Tassy Traoré, service technique chargé de la promotion de la culture de l’anacarde au sein de la DPA, a rappelé que l’intensification de la culture de cette plante en République de Guinée est belle et bien une initiative du président de la République, Pr Alpha Condé. «En visionneur, le président entend par cette activité génératrice de revenu, tirer le guinéen de la pauvreté», a souligné le chef de l’ANPROCA. Vu l’importance que le chef de l’Etat accorde à l’agriculture en générale, et à la culture de l’anacarde à grande échèle en particulier, Tassy Traoré a lancé un appel aux 6053 planteurs, à travers les 79 délégués venus d’Albadaria, Manfrat, Gbangbadou, Sangardo et la Commune Urbaine (CU), de «prendre à bras-le-corps les activités qui, a coup sûr, est une aubaine offerte au peuple de Guinée».

 

Après trois ans de formations intenses, les étudiants de la 43ème promotion du Centre de Formation Professionnelles (CFP) de Boké ont reçu, samedi, 04 mars 2017, leurs diplômes de Brevet de Technicien Supérieur en Mécanique d’Engins Lourds (BTS/MEC) et en Concours d’Aptitude Professionnelle Opérateurs Miniers (CAP-OM), rapporte l’AGP. Au nombre de cinq cent cinq (505) étudiants, dont 96 filles, la promotion en question porte le nom de feu Mohamed Lamine Camara, alias ‘’FOREC’’, ex- directeur de l’Ecole Nationale des Professeurs d’Enseignement Technique (ENPET) de Matoto-Conakry. La cérémonie de remise de Diplômes a été présidée par le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail (ETFP-ET), Albert Damantang Camara. C’était en présence des représentants des autorités locales, des Organisations de la Société Civile (OSC), cadres des services publics, parents d’élèves et des leaders des confessions religieuses. De son côté, le directeur du Centre, Abdoul Karim Condé a indiqué, que le choix de FOREC est un témoignage de la reconnaissance du mérite de leur collègue qui, selon lui, a consenti de multiples sacrifices dans la grande bataille engagée pour le développement des infrastructures, des équipements et la qualification de l’enseignement apprentissage en République de Guinée. Dans sa communication de circonstance, le ministre de l’ETFP-ET, Albert  Damantang Camara a félicité et remercié les étudiants qui ont choisi d’apprendre un métier pour leur consécration dans la vie active. Saluant les efforts du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé en faveur de la jeunesse guinéenne, le ministre a invité les 505 étudiants à aller vers la perfection, la compétence, la qualification et la performance, pour être compétitifs et employables dans les grandes firmes minières évoluant à travers le pays.

 

A bientôt !

 

Mame Diallo

Conakry, Guinée

Mame Diallo