jeudi, 30 mars 2017, 02:36 GMT

Les infos à la Une : les promesses d’Alpha Condé tenues à Kankan, la commémoration du meurtre du journaliste El hadj Mohamed Koula, la rencontre Alpha Condé et syndicats des enseignants, l’alliance UDG-UFDG (Mamadou Sylla-Cellou Dalein Diallo), le 28ème Sommet de l’Union Africaine ou encore la colère des élèves ce lundi matin.

 

 

‘’Alpha Condé à Kankan : Encore des promesses’’, s’exclame le journal hebdomadaire La Lance. Le 5 février, le Président Alpha Condé était l’hôte des populations de la région de Kankan-Nabaya après sa désignation à la tête de l’Union Africaine. Le chef de l’Etat a été accueilli par la Première Dame native de Kankan, du Premier ministre Mamady Youla, des ministres, des députés, des gouverneurs de région, des préfets, sous-préfets et élus locaux. Le Gouverneur de Kankan, le Général de police Mohamed Garé, a ouvert le bal des discours. De la clandestinité à l’éclosion officielle de la démocratie pluraliste, la Haute-Guinée, serait demeurée fidèle à son option en faveur du RPG. Visiblement galvanisé par cet accueil chaleureux, le Président Alpha Condé n’a pas tardé à fustiger ses détracteurs. A ceux qui s’agitent à Conakry, la Haute-Guinée est-là, vous avez donné une réponse cinglante. Vous avez fait une démonstration qui dépasse tout entendement… Et bonjour les promesses ! La défunte Air-Guinée va renaître de ces cendres au mois de mars prochain, le pouvoir serait entrain de transformer les richesses que Dieu a données à la Guinée, notamment l’or. ‘’La Guinée a beaucoup d’or, mais cet or a été mal exploité. C’est pourquoi nous allons maintenant organiser le secteur de l’or, nos orpailleurs et la production industrielle’’.

 

‘’Meurtre de Mohamed Koula : Les journalistes crient justice’’, nous fait savoir La Lance. Le 6 février, les journalistes ont commémoré l’an 1 de la mort du reporter El hadj Mohamed Koula Diallo. Ils ont fait une marche du siège de la HAC (Haute Autorité de la Communication) au ministère de la Justice en passant par le palais Sekhoutouréyah, la Banque centrale et le port autonome de Conakry. Des dizaines de journalistes, tous vêtus de blanc. Des slogans : ‘’Justice pour tous’’, ‘’Justice pour Koula Diallo’’, ‘’Un mort de plus’’… De la marche, Bah Oury, l’ex-vice président de l’UFDG, Baidy Aribot, député de Kaloum, Ibrahima Sory Diallo du BOC, Ahmed Sékou Traoré, ex du BPN du RPG, l’artiste Elie Kamano. Le ministère de la Justice, portes closes, personne pour recevoir les marcheurs. Mohamed Koula Diallo a été tué le 5 février 2016 aux abords du siège de l’UFDG. Il était là pour suivre Bah Oury qui forçait l’entrée du siège du parti. Une mêlée et une balle a mortellement fauché le journaliste. Plusieurs personnes sont arrêtées de la garde rapprochée du président Cellou Dalein Diallo. Beaucoup en seront relâchés. La justice cherche le coupable.

 

‘’Assemblée générale du RPG Arc-en-ciel : Alpha Ibrahima Keira s’attaque à l’opposition’’, titre le journal La Lance. Le 4 février, à son siège de Gbessia, a enregistré de nombreuses absences. Le déplacement du chef de l’Etat à Kankan le 5 et 6 février, en est la cause, dit-on. Qu’à cela ne tienne, Saloum Cissé, le Secrétaire général du parti, Alpha Ibrahima Keira et Madjou Barry, du bureau politique national ont dirigé la séance. Au menu, la nomination d’Alpha Condé à la tête de l’Union Africaine et les critiques de l’opposition vis-à-vis du gouvernement, évoqués par le transfuge du PUP (Parti de l’Unité et du Progrès), Alpha Ibrahima Keira. Le chef de l’Etat, Alpha Condé a été désigné président en exercice de l’UA pour 2017, à l’unanimité par ses pairs africains en remplacement du Tchadien, Idriss Déby Itno. En Guinée, cela divise la classe politique. Une partie de l’opposition dite radicale s’insurge contre cette désignation, au motif qu’elle coûterait assez d’argent et créerait des difficultés économiques à la Guinée. Suite aux manifestations spontanées dues au manque de carburant dans les essenceries, les délestages, la grève des enseignants…, Alpha Ibrahima Keira est catégorique : « C’est vrai que la démocratie, c’est la participation de tous, mais quand on est minoritaire, on ne fait pas de loi dans ce pays. Quelle que soit la bienveillance de la minorité à légiférer, si la majorité ne veut pas, il n’y aura pas de loi. Personne ne nous intimidera, car nous, on était dans la lutte pour le développement avant eux. Laissez-nous réaliser notre projet de société. Qu’il soit bon ou mauvais pour vous, le peuple l’approuve. Si nous avons des comptes à rendre, c’est au peuple de Guinée, pas à  un parti minuscule ou un groupe de leaders assoiffés de pouvoir. Les donneurs de leçons n’ont qu’à attendre leur tour », s’insurge-t-il contre les opposants.

 

‘’Bonne Gouvernance : Les jeunes doivent donner l’exemple’’, lit-on dans le journal hebdomadaire La Lance. Le 4 février, au Palais du peuple, le Parlement des jeunes leaders de la société civile guinéenne a organisé la rentrée parlementaire de ses membres. Mamadou Bilo Bah, président national du parlement, a fait part de sa volonté d’unir les jeunes de Guinée malgré les différences. Selon lui, l’institution se veut un cadre de concertation de tous les points de vue pour l’émergence de solutions et de compromis conformes à l’intérêt général. Le Parlement des jeunes leaders de la société civile guinéenne entend jouer un rôle essentiel, celui de faire des propositions concrètes permettant à la jeunesse de s’épanouir. Mme Makalé Traoré, Présidente de la Coalition des femmes et filles de Guinée a encouragé le parlement à persévérer car « si demain nous devons profiter du dividende démographique, ce sera à travers l’investissement sur les jeunes ». Egalement présent, Dr Faya Millimono, président du Bloc Libéral a estimé que la tolérance est la valeur qui manque à la société civile guinéenne, alors qu’un Etat de droit passe par la tolérance de la différence.

 

A la Une du journal L’Observateur, ‘’Après leur rencontre avec Alpha Condé, le syndicat persiste et signe « Nous n’allons pas reculer », lit-on. Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE) étaient face à leurs mandants ce samedi 11 février 2017. La démarche visait à rendre compte de leur rencontre du vendredi avec le Président Alpha Condé. « Ceux qui sont devant nous au niveau de la table des négociations ne peuvent pas prendre des décisions sans se référer. Nous sommes allés à la présidence de la République, le Président nous a dit : pas question d’augmentation de salaire, on peut faire toutes les gymnastiques à l’intérieur de la question de la grille salariale, mais il n’y aura pas d’augmentation de salaire »,  a rapport Ben Ariba Camara, Secrétaire général adjoint FSPE. Prenant la parole, le Secrétaire Général du SLECG, Dr Souleymane Sy Savané, a rappelé qu’ils ne sont pas débutants dans les négociations. « Nous avons négocié plus de dix ans, ce n’est pas facile et quelque soit la personne, elle ne peut nous induire en erreur. Dans nos écoutes, nous savons ce qu’il ne faut pas prendre. Nous avons été arrêtés, bastonnés, jetés en prisons, blessés, on a tout enduré. Ce n’est pas maintenant qu’on va nous prendre pour des enfants », a martelé Dr Sy.

 

‘’UFDG-UDG : Cellou Dalein et Mamadou Sylla lancent l’alliance pour la défense de l’alternance’’, titre le journal L’Observateur. L’Union Démocratique de Guinée a rejoint officiellement l’opposition guinéenne le jeudi, 9 février. L’annonce a été fait à Conakry lors de la cérémonie de signature du protocole d’accord entre l’UDG de Mamadou Sylla et l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo. « En signant cet accord politique fort, l’UDG s’allie à l’UFDG et rejoint en conséquence, la grande famille de l’opposition républicaine », a déclaré l’Honorable Dembo Sylla, vice-président de l’UDG. A cet effet, l’UDG s’engage à apporter à cette famille politique, tous les moyens à sa disposition pour réussir une alternance politique en 2020 à tous les niveaux du territoire national. Pour sa part, le président de l’UFDG a rendu un hommage au président de l’UDG, El hadj Mamadou Sylla, « puissant et redoutable », non pas à cause de l’argent, précise Cellou Dalein, mais « par sa fidélité et le respect de la parole donnée ».

 

De même, Alpha Condé perd un allié de taille. ‘’Dr Ousmane Kaba se relance avec le Parti des Démocrates pour l’Espoir’’, nous fait savoir L’Observateur. Honorable Dr. Ousmane Kaba, Fondateur du complexe scolaire et universitaire Kofi Annan de Guinée, ancien candidat à la présidentielle de 2010, député et ancien président de la commission Economie et Finances de l’Assemblée nationale se relance en politique. Mercredi, 8 février 2017, il a annoncé, dans un communiqué, qu’il dirige désormais le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES). Dans les motivations qui l’ont poussé à s’écarter du parti présidentiel, Dr Ousmane n’a pas oublié de rappeler les propos ethnocentriques du président Alpha Condé et la réaction qui n’avait pas tardé. Sans doute un candidat de taille pour les futures élections, notamment les présidentielles de 2020.

 

Le Journal Nouvelle Elite revient sur le 28ème Sommet de l’Union Africaine. ‘’La Guinée était à Addis-Abeba’’, titre l’hebdomadaire. La Guinée y était et a fait son come-back de la plus belle manière pour citer un de ses diplomates qui avait fait le déplacement. Du 22 au 31 janvier dernier, des cadres guinéens ont rallié la capitale éthiopienne venant de différents horizons du globe. Ils étaient des fonctionnaires d’Etat mais aussi du secteur privé ou des ONG. Et pour une organisation pour la naissance de laquelle, elle a dû avoir des nuits blanches, devrait prendre les rênes de l’UA pour l’année 2017. Le thème : ‘’Comment exploiter le dividende démographique par l’investissement dans la jeunesse’’ et des sous-thèmes : ‘’Autonomisation des jeunes, Autonomisation des jeunes-femmes’’. La Guinée y a pris part à travers certaines organisations. Aussi, dont le ministre guinéen des NTIC, Moustapha Diaby, accompagné de certains de ces cadres. Ce projet de l’UA vise à former les jeunes aux nouvelles technologies de l’information en vue de leur permettre l’accès aux marchés via NTIC. Makalé Camara, ministre des Affaires Etrangères réunissait à l’Ambassade de Guinée à Addis-Abeba, une bonne brochette de cadres de son département y compris les ambassadeurs de Guinée à Abuja, à Genève, en Afrique du Sud et à Addis-Abeba pour du travail qui aura été visiblement acharné. Il s’agissait pour ces derniers de préparer l’arrivée du Pr Condé à l’UA, mais de continuer le lobbying pour notre compatriote Mme Bah Kadiatou Baldé, ancienne ministre candidate au poste de commissaire de l’UA chargé des infrastructures et de l’Energie.

 

Sur place, le journal Nouvelle Elite a recueillie des réactions de plusieurs personnalités guinéennes et étrangères. Hadja Saran Daraba Kaba, Ancienne ministre et Secrétaire générale de la Mano River Union ‘’La présidence de l’UA par la Guinée doit laisser une marque dans l’histoire’’. Mohamed Béavogui, sous-secrétaire général de l’ONU et Haut fonctionnaire de l’UA en Afrique du Sud ‘’Les présidents africains ont voulu avoir un homme qui aiderait à la transformation de l’Union africaine’’. Fatoumata Morgan, Coordinatrice du réseau REFMAP en Guinée ‘’le président doit se pencher sur la question de l’immigration des jeunes’’ ou encore Albert Bourgi, Professeur d’université en France ‘’Alpha n’a jamais véritablement pas fléchi sur le fait que c’était l’Union africaine qu’il fallait absolument protéger’’. Francis Kpatindé, Journaliste et professeur d’université ‘’Maintenant Alpha va mettre ses idées, ses relations, parce qu’il a un carnet d’adresse très important, au service de l’Afrique’’…

 

‘’Hôpital Ignace Deen : Dr Awada fente la flèche de la presse’’, lit-on dans le journal hebdomadaire Nouvelle Elite. Le Directeur général de l’Hôpital Ignace Deen ne mesurait certainement pas la gravité de son acte lorsqu’il faisait interpeller et détenir brièvement le 1er février dernier, notre consœur Mariam Kouyaté de la radio Lynx FM, à la Direction de la police judiciaire. En tous cas, cette question, les associations des femmes journalistes ne se pas fait prier pour décocher des flèches à l’endroit du directeur général du CHU de Conakry. Dans une déclaration commune, les amazones des médias auront tout à la fois, dénoncé et condamné la mésaventure de leur consœur. Exigeant des excuses et des explications publiques de la direction du CHU Ignace Deen, elles ont déploré de même le silence (assourdissant) de la Haute Autorité de la Communication (HAC). 

 

Les nouvelles de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP). A Kankan, un district en déficit de routes et d’enseignants. La localité de Batè-Gbenso, un des districts de la sous-préfecture de Balandou, situé à 65Km du chef-lieu de la préfecture de Kankan, exprime un besoin d’une 2ème école primaire, d’enseignants, d’une mosquée et d’une route, rapporte l’AGP. Composé de 10 secteurs, le district de Batè-Gbenso est une agglomération de 7.300 habitants, à vocation agropastorale. «Nos problèmes sont énormes, mais les priorités sont, entre autres, les écoles (une deuxième école primaire), les routes, besoin d’une Mosquée, d’enseignants,
de personnel pour le poste de santé (créé en 2004 par le PACV), et sa rénovation (manque de salle d’hospitalisation). Nous manquons également de Maison des Jeunes, insuffisance de forage (quatre forages, dont deux (02) en panne pour une population de 7.300 habitants)», ont énuméré les autorités de ce district.

 

A Conakry, les élèves des établissements public et privé de la commune de Matoto à Conakry étaient dans la rue tôt lundi matin, 13 février 2017, pour «exiger la reprise des cours», a constaté l’AGP. Ils étaient visibles au carrefour Tannerie, armés de projectiles qu’ils lançaient dans toutes les directions. Interrogé par l’AGP, un des élèves manifestants a indiqué : «Nous réclamons la présence de nos enseignants dans les classes pour la reprise correcte des cours. Nous n’abandonnerons ces manifestations sauf après satisfaction». A signaler, que des dispositifs de sécurité étaient également visibles dans les environs de certaines écoles de la capitale guinéenne.

 

A bientôt !

 

 

Mame Diallo

Conakry, Guinée

Mame Diallo