Revue de presse: les manifs projetées par l’opposition, les élections locales, la coopération entre la Guinée et la Chine et le hadj 2017

19 septembre 2017 11:11:03
0

Les nouvelles  manifestations projetées par l’opposition,  les élections locales de 2017, la coopération entre la Guinée et la Chine et  le hadj 2017 son entre autres sujets qui ont fait les Unes des journaux de la semaine dernière.

‘’20 milliards de dollars en grises Mines ! ‘’, c’est le tire à la grande Une de l’hebdomadaire satirique Le Lynx avec des caricatures présentant le président Alpha Condé assis sur des ressources minières serrant la main au président chinois assis lui, sur des liasses de dollars. ‘’La vente de nos grises mines aux Chine toques continue’’, ironise notre confrère à la page intérieure.

Parlant des avantages à tirer de cet accord, Le Lynx revient sur les déclarations de ‘’Cas-Sorry, ministre des Tas des investissements publics et du partenariat public-privé’’ qui a indiqué que ‘’Les entreprises chinoises qui se verront attribuer des permis et des conventions minières aideront à rembourser ce grand programme de financement pour la Guinée’’. Parmi les projets prévus,  notre confrère cite : une raffinerie de China Power Inventent Corp et deux mines de bauxite pour Aluminium Corp offre China  (Chinalco) et China Henan International Coordination Groupe.

Parlant du programme de financement, ‘’le Cas-Sorry indique qu’il prévoit, pour 2017 et 2018, une misère de 3 milliards de dollars constitués de prêts et de dons. Les sous, souligne notre confrère, devraient financer la reconstruction de la piste Coyah-Kindia-Mamou-Dabola d’un coût de 1,2 milliards ; la réhabilitation des voiries et de l’assainissement de ‘’Cona-cris’’ pour 200 millions de dollars ; le démarrage de la reconstruction de quatre universités  (dans les capitales des régions naturelles) pour plus de 300 millions de dollars. Il est également prévu, mentionne Le Lynx, l’interconnexion de la Haute Guinée au réseau électrique, à partir de Mamou. Une autre enveloppe sera destinée à la construction  du siège du Parlement guinéen ainsi que l’extension de l’hosto de l’hôpital Sino-guinéen, a annoncé notre confrère, pour reprendre les propos du ministre Kassory Fofana.

Pour conclure, l’hebdomadaire satirique indique que ‘’ L’appetit des Chine toques pour les guinéens ne semble pas s’arrêter en si bon chemin. L’ami chinois s’attache aussi au fer pour lequel les causeries continuent entre les deux pays sur le Simandou, l’un des plus grandes réserves du monde avec une teneur qui atteint les 90% de fer… et 100% de palabres.

Autre sujet abordé par le journal satirique, c’est les nouvelles manifestations projetées par l’opposition dite républicaine. ‘’Opposition : Revoilà les manifestants !’’, titre notre confrère qui revient sur l’annonce faite par l’opposition le 6 septembre de sortir de nouveau dans la rue pour demander le respect de l’accord du 12 octobre.

‘’La reprise des manifestations risque, annonce Le Lynx, de ramifier sur l’ensemble du territoire. Des manifestations qui,  poursuit le journal, se dérouleront le 20 septembre du carrefour Cosa à l’esplanade du stade du 28 septembre. Le 27 septembre, sur l’autoroute, de laTannerie à l’esplanade du stade du 28 septembre.

L’hebdomadaire La Lance, s’est intéressé pour sa part aux élections locales de 2017. « L’impossible opération’’, c’est le titre à la Une de La Lance qui revient sur la revue à la baisse du budget de ces élections par la CENI. ‘’Après l’élimination des élections des conseils de quartier et de district par le nouveau code électoral, la Commission Électorale Nationale indépendante  (CENI) a revu à la baisse son budget électoral : 360 milliards de francs guinéens. Pour notre confrère ‘’La volonté politique du pouvoir d’Alpha Condé fait défaut’’. Pour preuve, le journal indique que le gouvernement n’a prévu que 115 milliards de francs guinéens.

Sur les raisons qui ne militent pas en faveur de la tenue des élections locales en 2017, La Lance rappelle que la CENI doit trouver 245 milliards de francs guinéens  (plus des 2/3) du budget prévisionnel’’. L’autre raison’ poursuit notre confrère, l’institution électorale a besoin de 120 jours,  soit quatre mois, le temps nécessaire pour préparer et organiser des élections susceptibles d’être acceptées par toutes les parties prenantes.

‘’L’année 2018 devient ainsi une année cruciale pour les Guinéens. La CENI aura à organiser deux élections : les communales et les communautaires ainsi que les législatives. Sous réserve encore de la volonté politique du ouvrir d’Alpha Condé ‘’., conclu La Lance.

Pour l’hebdomadaire Le Populaire, ‘’ Il ne fallait pas une grande intelligence pour comprendre que les élections communales ne pouvaient pas avoir lieu cette année. Le manque de volonté politique d’une part, de diversion et de naïveté de l’autre constituent les principales causes’’.

Notre confrère aborde l’accord-cadre avec la Chine et les événements de Boké. Il reprend, à propos, quelques propos du président Alpha Condé lors de sa dernière conférence de presse tenue le week-end dernier à  Conakry : « On raconte que nous avons donné toutes nos ressources minières à la Chine. Il y en a même qui affirment qu’on a vendu toute la Guinée à la Chine. (…) Quand j’ai été élu président (en décembre 2010) j’ai trouvé un document qui donnait toutes nos ressources minières et pétrolières à une société chinoise pour 10 milliards de dollars. J’ai considéré que cela n’engage pas le gouvernement guinéen. (…) J’ai dit à tout le monde ‘‘attendez qu’on ait un nouveau Code minier et vous aurez des concessions à partir de ce nouveau Code’’. (…) Les concessions qui seront attribuées aux entreprises chinoises, les royalties vont être exclusivement réservées au remboursement des financements des infra. (…) Nous avons pu obtenir ce contrat parce que nous avons pu établir aujourd’hui des rapports exceptionnels avec la Chine. Donc, au lieu de fantasmer, tout patriote doit être fier de cet accord. Parce que c’est la première fois. Et pendant 20 ans, la Guinée aura des fonds qui seront consacrés aux infrastructures, aux routes, aux ponts…’’.

L’hebdomadaire Le Diplomate, s’est intéressé pour sa part du hadj 2017 annonçant que 490 785 personnes ont été refoulées et 101 fausses agences décelées. Notre confrère révèle que ces personnes ont été refoulées pour avoir voulu rentrer à la Mecque sans visa d’autorisation du hadj.

‘’93 écoles menacées de fermeture à Conakry’’, c’est l’autre titre du journal Le Diplomate qui annonce que l’équipe du ministre Kalil Konate a décidé de fermer toutes les écoles privées du pays évoluant dans l’illégalité. A propos, notre confrère annonce un total de 2145 écoles privées répertoriées  sur l’ensemble du territoire national dont 1100 à Conakry. ‘’Espérons que le gouvernement prendra toutes les dispositions pour éviter le débordement suite à la fermeture de ces 93 écoles’’, prévient Le Diplomate.

L’observateur sort du politique pour s’intéresser à la protection des espèces fauniques avec la nouvelle de l’arrestation d’un présumé trafiquant de trophées d’espèces animales protégées à Ratoma. Une arrestation qui, selon notre confrère, a pu réussir avec les agents du BCN-INTERPOL en collaboration avec le Corps des Conservateurs de la Nature grâce au soutien du projet Eagle-Guinée, qui ont procédé le mardi 29 août 2017 à une opération d’arrestation d’un homme aux abords de l’hôpital Sino-guinéen situé à Kipé dans la commune de Ratoma. ‘’Alpha Alimou Doumbouya présumé auteur de ce crime faunique, a été pris en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation d’une peau entière de panthère et deux peaux tannées de crocodiles, espèces animales intégralement protégées en Guinée et par la Convention de Washington’’, précise le journal. Précisant que c’est suite aux investigations menées que le présumé trafiquant Alpha Alimou Doumbouya, cordonnier de profession et âgé de 45 ans a été suspecté d’être impliqué dans le trafic de trophées ou de dépouilles d’espèces animales intégralement protégées par la loi nationale que par la CITES (Convention internationale sur le commerce des espèces de la faune et de la flore sauvage menacées d’extinction)’’.

  1. Doumbouya risque des peines d’emprisonnement ferme car, ces faits sont prévus et punis par les articles 47, 48, 126 et 164 du code de faune et réglementation de la chasse en Guinée, souligne Observateur.

Bonne lecture !