Revue de presse : l’audition de Tibou Kamara, les couacs du hadj 2017, les sorts d’Elie Kamano et de Takana, célébration de la journée de la femme africaine…

15 août 2017 10:10:56
0

A la Une des journaux de la place : l’audition de Tibou Kamara, la célébration de la journée de la femme africaine, les couacs du hadj 2017, les réformes annoncées au sein de l’éducation guinéenne, le sort d’Elie Kamano et de Takana Zion, l’arrêt de la Cour Constitutionnelle par rapport à la crise de la CENI et page noire avec le décès de l’épouse d’un confrère qui a donné naissance à un triplé. Bonne lecture !

‘’Massacres du 28 septembre 2009 : Audition jusqu’au… P’tibou’’, s’exclame le journal satirique Le Lynx.  Le ministre d’Etat Conseiller personnel d’Alpha Condé, Tibou Kamara a été entendu par la justice guinéenne ce jeudi 10 août en qualité de témoin dans le massacre du 28 septembre 2009 qui avait fait 157 morts au stade du même nom. Ce qui a alimenté les dégâts. Celui qui fut ministre chargé de la Communication de El Dadis et El Tigre au moment du massacre du 28 septembre 2009 était convoqué en qualité de témoin. Et durant deux heurs, M. Kamara s’est fait tâter le pool par les trois robins chargés d’instruire l’éternel dossier judiciaire depuis 2010. Dans la sérénité et le bonheur de répondre à la justice de son pays. Avant de ressortir du bureau situé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry, costume noir, chemise en main pour faire face à l’interrogatoire de la presse. « La démocratie exige la transparence et l’autorité de la justice c’est la vérité, rappelle le Petit Bout. J’avais dit que si je recevais une convocation de la justice de mon pays, je répondrais sans hésitation. C’est ce que j’ai fait. L’audition s’est bien passée, dans la courtoisie et le respect. Mais vous comprendrez bien que je ne peux violer le secret de l’instruction en vous disant ce qui s’est passé entre les juges et moi ». Dura lex sed lex (La loi est dure mais c’est la loi).

‘’Hadj 2017 : Des couacs déjà’’, titre le satirique Le Lynx. Le premier convoi des pèlerins a quitté Conakry le mercredi 9 août en début de soirée. Tradition respectée, les candidats ont souffert le martyr avant le départ. Comme l’an passé, notre bled a eu droit à 7.000 pèlerins. Les agences de voyage privées se partagent 5.200 places, le reste est au compte de l’Etat. Turkish Airlines est la compagnie aérienne chargée de convoyer les pèlerins. A l’inscription, ils ont craché 40 millions et poussière de francs glissants. Une misère au propre comm au figuré. Lundi, 7 août, les pèlerins ont été appelés à se faire vacciner. La salle dite polyvalente du Centre islamique a abrité l’opération. Une sacrée pagaille, pas de listes, pas de rangées, aucune gestion de la file d’attente. Des personnes âgées, des nounous surtout, à la merci de la pluie. Il fallait faire parler les muscles ou avoir une connaissance parmi les (dés)organisateurs. Ibrahima Bah, des policiers l’ont gentiment écarté sous prétexte qu’il y a rupture de vaccin. Las d’attendre, les frustrés ont explosé de colère. Une sainte bousculade s’engage…

Le journal hebdo Le Lynx nous parle également de la Journée de la femme africaine. Il y a plus de 50 ans, était instituée la journée internationale de la femme africaine. Les femmes d’Afrique au lendemain de l’indépendance des pays africains décidaient de s’unir, former une seule association afin de mieux se connaitre, d’échanger leurs expériences, de conjuguer leurs efforts pour l’émancipation de la femme sur le continent africain. Ainsi, le 31 juillet 1962, l’OUA promulguait cette journée. Malheureusement la célébration de cette journée demeure banalisée et réduite à quelques déclarations des organisations internationales, sans écho auprès des peuples africains, notamment des femmes. L’opinion de certaines Guinéennes impliquées dans le développement du continent. Moussa Yéro Bah, journaliste et présidente de l’Ong Femmes, développement et droits humains « l’implication des femmes pour le développement du continent passera forcément par leur autonomisation… » ; Asmaou Bah Doukouré, syndicaliste et présidente du réseau africain des travailleurs domestiques « Pour que la femme participe au développement du continent et impulse un changement sur le continent, elle doit d’abord être libérée de certaines pratiques coutumières et traditionnelles qui entravent son développement personnel… » Adama Sow, bloggeuse « les femmes africaines en dehors de son rôle d’éducatrice sont des actrices du développement. Leurs implications passent nécessairement par une gestion communautaire des problématiques de développement notamment dans les structures associatives et à travers des activités génératrices de revenus… »

‘’Le ministre Abdoulaye Yéro Baldé innove’’, apprend-on dans les colonnes du journal Le Diplomate. En marge du conseil de cabinet élargi qui s’est tenu les 4 et 5 août 2017 à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé d’importantes réformes dans son département. Pour l’année académique 2017-2018, le chef de département entend mettre en œuvre dans le cadre de la gouvernance financière et organisationnelle. Annonçant les subventions pour les enseignants chercheurs, le ministre Yéro Baldé a avertit : « les subventions ne sont pas de l’argent à distribuer. Mais c’est pour des objectifs bien précis. Désormais, toute dépense doit être justifiée. Chaque institution doit rendre compte de sa gestion. Il faut mettre en place les conseils d’administrations et des manuels de procédures pour la gestion de la chaîne des dépenses dans toutes les institutions d’enseignement supérieur. Il est nécessaire de mettre en place un service audit et contrôle interne… Les fonds se distribueront en fonction des programmes pédagogiques ». Avant d’annoncer que « toutes les universités seront en réseau pour plus de transparence dans la gestion des fonds. Il ne doit pas y avoir une université sans centre de recherche. Les enseignants doivent être des chercheurs comme c’est le cas partout ailleurs », a-t-il ajouté.

Education toujours avec cette fois-ci le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté. ‘’Ce que compte faire le ministre Konaté’’, titre le journal Le Diplomate. Décidemment rien ne peut arrêter le ministre dans son élan de réforme à apporter à son ministère. Du moins, à l’analyse de ses déclarations tenues le 4 août dernier chez nos confrères de Sabari fm. En homme déterminé, le ministre Konaté a promis de poursuivre pour le bien de l’éducation nationale qualifiée de ‘’malade’’ même par le président. « Notre programme d’enseignement à part les mathématiques et physique sont vieux de 32 ans alors qu’un programme c’est 10 ans de vie. Le programme guinéen est obsolète. C’est pourquoi déjà mise en place une commission pour revisiter le contenu de ces programmes, ressortir sa caducité et prendre des contacts dans la sous-région pour que la Guinée soit à jour dans ce domaine », dit-il.

Le ministre Me Cheick Sako nous en dit plus sur des dossiers judiciaires. S’agissant du concours des greffiers et auditeurs de justice, le journal Le Diplomate nous apprend que le ministre a indiqué qu’il s’agit pour le ministère de donner un nouvel élan dans la prestation des institutions judiciaires du pays. Une action inscrite dans l’agenda du ministère et qui matérialise son engagement pris lors de sa prise de fonction concernant la formation initiale et continue des fonctionnaires de justice. Quant au sort d’Elie et de Takana Zion, il a tranché en disant que les deux sont des citoyens  comme tous les autres guinéens. Par ailleurs, il a déclaré avoir donné des instructions afin que les deux leaders du reggae guinéens soient libérés et placées sous contrôle judicaire. Les autorités ont tout de même annoncé qu’ils seront jugés pour les fautes commises. Sur la question relative à la traite des êtres humains, le ministre reste ferme et promet que la justice sera impitoyable. Il a déclaré avoir instruit les deux parquets généraux pour un suivi constant des différents cas.

‘’La CENI et son nouveau président intérimaire exubérant : conséquence d’un arrêt incompris’’, lit-on dans l’hebdomadaire L’Indépendant. La Cour Constitutionnelle a ordonné le lundi, 7 août 2017, la suspension de la passation de service à la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Une passation, il faut le rappeler devait voir l’élu de la majorité des commissaires, Me Amadou Salifou Kébé, présider officiellement aux destinées de l’institution au détriment de celui qui revendique toujours le poste en dépit de tout, Bakary Fofana. La plus haute juridiction du pays a alors décidé, dans le souci de mettre fin au blocage en choisissant un 3ème larron pour assurer l’intérim. Il s’agit d’Aziz Kader, l’ancien responsable de la commission des démembrements, un autre panier à crabes qui crache des ennuis et des préoccupations. Des constitutionnalistes rencontrés à cet effet, conviennent tous que les prérogatives de Kader Aziz sont calées exclusivement à l’évacuation des dossiers courants et à un rôle protocolaire.

Dans le journal L’Indépendant, Marc Yombouno, ministre du Commerce revient sur la cherté des prix des denrées, la chambre du commerce et il réplique aux allégations du président du GOHA. « …Il y a eu des fluctuations à la hausse pour certains produits de première nécessité mais il faut reconnaitre que nous avons aussi des situations ou le constat va plutôt à la base de certains produits de consommation. Il faut noter que nous sommes à la saison des pluies. Une saison où nous constatons une forte dégradation de nos routes et les frais liés au transport étant un facteur déterminant de la structure des prix », explique le ministre. Parlant de la Chambre du Commerce, il a laissé entendre ceci : « tant qu’on n’aura pas mis en place un outil d’intermédiation qui est la chambre nationale du commerce, d’industrie et d’artisanat, on n’aura pas satisfait notre mission régalienne au sein du département du Commerce. C’est pourquoi depuis 2014, nous avons procédé à la mise en place des instances à la base et c’est ce qui nous a amené à mettre en place 33 bureaux préfectoraux au niveau des préfectures à travers l’installation des chambres et 7 bureaux régionaux dans les sept régions administratives du pays. A ce jour, il ne reste que la région spéciale de Conakry et le bureau national exécutif ». Et concernant le président du GOHA, il dira ceci : « Est-ce qu’il est d’abord candidat ? Il y a des élections dans les 33 préfectures on ne l’a pas vu. Il y a eu des élections dans les régions administratives, il ne s’est pas présenté. Dans les 5 communes de Conakry où il réside, les élections sont déjà réalisées, les bureaux sont en place. Quel est l’acte du ministre du Commerce qui a piétiné sa candidature ? Je vous dis tout simplement c’est lorsqu’on a enclenché la réalisation de ses élections en2015 que M. Abdallah est venu prendre sa carte de commerçant. J’ai ordonné de lui délibérer cette carte, il n’avait même pas de carte de membre consulaire… »

Les nouvelles de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP). A Coyah, un journaliste guinéen heureux père d’un triplé perd son épouse après l’accouchement, nous informe l’AGP. Une mère est décédée le mardi, 8 août 2017, des suites d’une anémie sévère, après avoir donné naissance à des triplés dont deux garçons, à l’hôpital préfectoral de Coyah. Le mari veuf, Aboubacar Naby Camara, est animateur à la radio communautaire « Bambou FM » de Coyah et correspondant d’une radio privée basée à Conakry. La garde des triplés, depuis la mort de leur mère, est assurée par une de leurs tantes qui « n’arrivent pas à nourrir convenablement ces enfants faute de moyens financiers surtout que le lait prescrit par le médecin est hors de leur portée », a déclaré cette dame. A noter que la défunte laisse derrière elle six enfants vivant dont ces triplés qui doivent, dans les prochains jours, être référés à la Nutrition du CHU de Donka, à Conakry.

‘’303 agents de police élevés aux grades de lieutenants après formation’’, titre l’AGP. Après 10 mois de formations, militaire et professionnelles à l’école nationale de police et de protection civile de Kagbélen de Dubréka, 303 officiers de police dont 26 femmes ont récemment reçu leurs diplômes et grades  de « Lieutenant » à l’occasion d’une cérémonie organisée à cet effet. Ces officiers issus du contingent des 4.015 fonctionnaires du ministère de Sécurité et de la protection civile recrutés en 2011, ont bénéficié d’abord de 03 mois de formation initiale pour rompre avec leur état de  pseudo policiers avec des épreuves d’enduras physique, nerveuse, psychologique et disciplinaires. Et par la suite, 07 mois d’enseignement de discipline professionnelle en droit pénal, procédure pénale, secourisme, élaboration du procès verbal, informatique, etc. des modules dispensés par des magistrats, des médecins légistes, expatriés, militaires et officiers de police. Le grade lieutenant de ces nouveaux officiers s’inscrit dans les principes de la réforme engagée depuis 2011 au sein des forces de défense et de sécurité en Guinée. Une reforme qui supprime désormais le grade d’inspecteur général au sein de la police.

A Kankan, l’érudit, El hadj Karamo Souleymane Sidibé poursuit sa tournée de sensibilisation sur la paix et la concorde nationale, nous apprend l’AGP. Le président fondateur de l’Association Nour-Dine Islam, ambassadeur de l’Unesco pour la paix, Elhadj Karamo Souleymane Sidibé poursuit sa  tournée de sensibilisation sur la paix et la concorde nationale dans les districts et communes de la préfecture de Kankan. Après le district de Diankana en passant par la commune rurale de Karifamoryah,  l’érudit a conféré jeudi, 10 août 2017  avec  les fidèles musulmans du quartier Senkénfara, dans la commune urbaine de Kankan. A Diankana tout comme à Foussein, Karafomoryah et au quartier Seinkénfara, il a axé son intervention sur les vertus cardinales de la paix, préalable à l’épanouissement de l’être humain dans tous les domaines de la vie.

Pour l’érudit de Kankan, l’islam est la religion de la paix, de la tolérance et du pardon. Pour ces raisons, la paix constitue la clé du développement, le soubassement de l’union, de l’unité nationale et la cohésion sociale dans un pays sans aucune discrimination raciale, ethnique ou religieuse. A noter que l’Ambassadeur de l’UNESCO pour la paix promet sillonner toutes  les préfectures du pays pour boucler sa tournée dans la capitale Conakry.

 Sports. Les équipes de judo de l’Association sportive des forces armées de Guinée (ASFAG) en série masculine et le celle du Horoya AC en série féminine ont remporté, samedi, 12 août 2017 le trophée de la 17ème édition de la coupe de l’Ambassadeur de Japon en Guinée, Hisanubu Hasana, au Palais des sports du stade du 28 septembre, a suivi l’AGP. Cette rencontre sportive organisée par ce diplomate en collaboration avec la Fédération guinéenne de Judo (FGJ) s’inscrit non seulement dans le cadre de la redynamisation de cette discipline mais aussi dans celui du renforcement de la coopération entre la Guinée et le Japon. En série féminine, le Horoya a battu son homologue de la Bluezone sur un score de 3 buts à 1 et tandis qu’en série masculine,  l’ASFAG s’est imposée sur son homologue de Fria judo club par un score de 4 buts à 1.

 Au mondial 20216, le Maroc qui a officiellement présenté vendredi, 11 août 2017 sa candidature  pour l’organisation du Mondial 2026, peut compter sur le soutien entier de la Confédération africaine de Football (CAF), rapporte l’AGP. Après le trio Etats-Unis-Canada-Mexique, le Maroc est devenu le 2ème pays à déclarer officiellement sa candidature pour accueillir le Mondial 2026. Pour cette première édition à 48 équipes, le Royaume a décidé de candidater seul. Le président de la CAF, Ahmad Ahmad qui  « prend acte de cette décision et appelle toutes les Associations nationales africaines à unir leur efforts pour un soutien franc et massif à cette candidature », indique un communiqué de cette instance. Aussi, il faut signaler que le président de la FIFA Gianni Infantino a lui-même reconnu que « le Maroc était en mesure d’accueillir une telle compétition ». Voilà autant de motifs d’optimisme, même si le trio américain part avec la faveur des pronostics pour l’attribution qui aura lieu le 13 juin 2018 lors du 68ème congrès de la FIFA.

A bientôt !