Revue de presse : Eboulement de la décharge de Dar-Es Salam, remaniement partiel du gouvernement, condamnation de Mahmoud Thiam, CENI, audit de la FEGUIFOOT

30 août 2017 11:11:07
0

A la Une des journaux : Eboulement à la décharge de Dar-Es-Salam, mini-remaniement gouvernemental, sept ans de prison pour Mahmoud Thiam, passation de service à la CENI, l’audit à la Fédération guinéenne de football, des présumés bandits arrêtés à Conakry et le retour de l’artiste Bangoura Batafong sur la scène musicale après douze ans d’absence. Bonne lecture !

‘’Décharge de Dar-Es-Salam : les ordures engloutissent les riverains’’, nous informe le journal satirique Le Lynx. Le 22 août à Dar-Es-Salam 1, commune de Ratoma, une partie de la décharge s’est effondrée sur trois habitations voisines de la montagne d’ordures. Bilan, dix morts et 8 blessés. Il ne fallait que cela pour rendre le quartier tristement célèbre en un record de temps. Il n’avait rien à envier au marché Avaria un jour d’avant-fête. C’est la Petite Cellule Dalein de l’UFDG qui y est arrivé comme secouriste dès l’annonce du drame. Le Sid de l’UFR lui a emboîté le pas vers 14 heures et demi. Et enfin, Alpha Grimpeur qui, à son arrivée sur les lieux du drame à 16 heures, a été hué par certains jeunes engagés à cause du temps mis avant l’arrivée de la machine des secouristes. Le drame est survenu à 10 heures, c’est seulement à 15 heures que le génie militaire ‘’a dépêché’’ une machine (Poclain) pour dégager les gravats. Soit 5 heures d’attente dans les odeurs et les horreurs. Un temps suffisant pour qu’un être humain périsse sous les décombres.

‘’Etats-Unis, sept ans de gnouf pour le Mammouth’’, titre le journal Le Lynx. Le 25 août, Mahmoud Thiam, ancien ministre de nos grises Mines et de la Géologie sous la transition en Guinée a été condamné à 7 ans de prison aux Etats-Unis. Selon RFI, il a été reconnu coupable au mois de mai dernier de corruption et de blanchiment d’argent. L’ancien ministre des Mines avait reçu 8500 millions de dollars d’un conglomérat chinetoques (China Sonangol et China International Fund) pour influencer l’obtention d’un juteux contrat minier. Cet argent dérobé en Guinée et versé dans un compte bancaire à Hong Kong a servi à financer les études de ses enfants aux Etats-Unis, s’offrir des sejours dans des hôtels de luxe, acheter des bijoux, une maison à 3,75 millions de dollars ricains près de New-York. Après la transition, Mahmoud Thiam a décidé d’aller vivre dans son deuxième pays aux Etats-Unis pour profiter des sous piqués en Guinée où plus de la moitié du populo est dans la dèche.

‘’Mini-remaniement gouvernemental : Alpha Grimpeur et secoue le cocotier’’, lit-on dans le journal satirique Le Lynx. Le 22 et 23 août, le Prési Grimpeur a remanié son équipe. Au compte-gouttes. Le jeu de chaises musicales a surpris tant le progrès de l’écrevisse était remarquable : un pas en avant, dix pas en arrière. Le 22 août, la Makalé Camara des Affaires Etrangères a été débarquée. Remplacée par l’Ambassadeur de la Guinée auprès des Nations Unies, Mamadi Touré. Au ministère de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime, un Loua en chasse un autre. Frédéric Loua-Loua jusque là directeur de la Caisse de prévoyance sociale chasse André. On attend de Frédéric au tournant de la rareté et cherté du poisson pour l’économie de nos marmites. Le 23 août, Alpha Grimpeur a continué à secouer son équipe. Trois nouveaux ministres ont été nommés dont deux vrais faux anciens manitous. L’ancien patron du ministère de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Ibou Kourouma revient  pour le département de la Ville, de l’Habitat et de l’Urbanisation. Sanoussy Bantama Sow ancien ministre des Guinéens de l’Etranger dans l’équipe de Saïd Fofana, actuel ministre conseiller à la Présidence remplace Siaka Barry qui coiffait depuis 20 mois, le Département de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique. Sûr que Bantama, après temps et temps au show à Sékoutouréya revient avec un moteur révisé. Mais le cousinage à plaisanterie auquel s’est livré le Grimpeur n’est pas perçu par tout le monde.

Eboulement à Dar-Es-Salam, le gouvernement a déploré l’acte dans un communiqué. L’éboulement survenu ce mardi dernier dans la décharge de Comboss a causé la mort de huit personnes et une dizaine de blessés selon un bilan provisoire des autorités communales. Des opérations de secours se sont déroulées en présence du Président de la République Alpha Condé et de certains membres du gouvernement, apprend-on de l’hebdo Nouvelle Elite.

‘’Passation de témoin à la CENI : Le choc des discours…’’, titre le journal hebdomadaire Nouvelle Elite. Après moult quiproquos entre les deux hommes autour du fauteuil présidentiel de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Bakary Fofana a finalement passé le témoin jeudi 17 août à Me Amadou Salifou Kébé, nouveau ‘’maître’’ des lieux. C’est le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Général Bouréma Condé qui a présidé la cérémonie solennelle installant Me Salifou Kébé dans ses nouvelles fonctions de président de l’institution électorale au siège de celle-ci. De nombreuses personnalités politiques et autres de la société civile auront été des témoins oculaires de ce changement de dirigeant à la tête de la commission électorale. Me Amadou Salifou Kébé a pris la parole pour tout d’abord rappeler qu’il y a encore quelques jours, lui et ses collaborateurs auront osé ensemble poser le 4 juillet 2017 un acte souverain. Qui est dit-il, celui d’organiser une assemblée plénière élective en utilisant les dispositions légales.

‘’Démissionner plutôt d’être dirigé’’, lit-on dans les colonnes du journal Nouvelle Elite. A la tête de la CENI depuis 2012, Bakary Fofana a démissionné de l’institution quelques jours seulement après avoir passé les charges de la présidence à Me Amadou Salifou, président élu par une écrasante majorité des commissaires. Bakary Fofana qui ne voulait plus être un simple membre de la commission électorale qu’il a dirigée durant plusieurs années, a fini par jeter l’éponge.

« Laissons le président faire son mandat et à le terminer, aidons-le à le faire au mieux qu’on peut, cela n’enlève pas le fait que je porte mes propres ambitions », dixit Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines (UFR). Il a constaté ce samedi, 19 août, que « l’adhésion qu’il y a eu ces derniers temps dans notre parti, jusqu’à présent ça ne s’est pas fait. Ils ont commencé à avoir de l’esprit, ceux qui ne voyaient pas commencent à voir. Ceux qui ne comprenaient pas l’attitude de notre parti qui est dans le rassemblement pour permettre à notre pays d’aller de l’avant, aujourd’hui vous allez dans n’importe quelle fédération de la ville de Conakry ou d’ailleurs la première chose qu’on énonce dans les réunions, ce sont les adhésions massives. Nous continuons à offrir l’alternative d’une Guinée rassemblée ». Sur la question de ses déplacements, il explique : « je ne savais pas qu’étant haut représentant du chef de l’Etat, mais n’émargeant pas au budget de la République de Guinée, je ne suis ni salarié, je ne détiens pas le budget donc je suis libre de mes déplacements. Et quand je me déplace, je le fais à mes frais. Je ne savais pas qu’à chaque foi que je voyageais, il fallait que j’explique pourquoi je voyage… », lit-on dans les colonnes du journal Nouvelle Elite.

Les Nouvelles de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP). Le Secrétariat général à la Présidence de la République chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé et l’Office de répression des délits économiques et financiers ont présenté sept présumés bandits à la presse, vendredi, 25 août 2017, à Conakry, rapporte le correspondant de l’AGP à Kaloum. Ces présumés bandits, dont trois jeunes filles, interpellés mardi, 15 août dernier à Sonfonia-gare dans la commune de Ratoma et à Kountia dans la préfecture de Coyah, sont poursuivis pour vol à mains armées et détention illégale d’armes de guerre. Il s’agit des sieurs Abdourahamane Barry alias Original, récidiviste supposé être en détention à la Prison civile de Kindia pour des faits de vol de motos et assassinat, libéré il y a de cela deux semaines, Aboubacar Barry alias Kess, Moustapha Bah alias Mousto, et des demoiselles Simbè Diallo, Mariame Barry et Rouguiatou Barry. Selon ces services spécialisés, ce groupe a reconnu avoir volé dans une boutique à Lambangni et à Koloma-marché (Ratoma), où ils ont attaqué une boutique d’Orange money en pleine journée aux environs de 15 heures TU, emportant une somme de 40.000.000 GNF, des téléphones et des ordinateurs portables. A Boké, ils ont volé la somme de 700.000.000 GNF dans une boutique. Au moment de leur interpellation, ils s’apprêtaient à effectuer une autre opération dans la préfecture de Kouroussa où ils devaient braquer un orpailleur devant se rendre à Conakry.

Deux présumés malfrats dont un voleur, Akenna Asunwa (22 ans), et un trafiquant, Ibrahima Sankon (46 ans), ont été présentés à la presse, vendredi, 25 août 2017, à Conakry, par le Secrétariat général à la Présidence de la République, chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, a suivi l’AGP. Le premier, Akenna Asunwa de nationalité nigériane, est spécialiste de vol de voitures par effraction. Le second, Ibrahima Sankon, de nationalité sierra-léonaise est impliqué dans un trafic d’êtres humains vers le Koweït, a-t-on précisé. Dans ses explications, le secrétaire général à la Présidence de la République, chargé des Services spéciaux, de la Lutte contre la Drogue et le Crime Organisé, colonel Moussa Thiégboro Camara a précisé, que le nommé Akenna Asunwa est spécialisé dans le vol des voitures par effraction, à l’aide d’objets pointus qu’il a fabriqué pour commettre sa forfaiture. Selon lui, Akenna Asunwa a été interpellé à Coléah dans la commune de Matam, en flagrant délit de vol par effraction de la voiture de Souleymane Sidibé (victime) dans laquelle il a volé des objets, deux (2) ordinateurs portatifs et une somme de 10.000.000GNF. Concernant la traite d’êtres humains vers le Koweït, Colonel Moussa Thiégboro Camara a mentionné que le nommé Sankon Ibrahima, de nationalité sierra-léonaise, est un chef recruteur d’un 6ème réseau de trafic d’êtres humains vers les pays du Moyen Orient (Koweït). Qu’à son actif, 20 filles sont déjà parties au Koweït. L’accusé n’a reconnu que 08 cas.

 Après douze ans d’absence du podium, l’artiste comédien, compositeur, musicien, Mamadouba Bangoura de la Troupe Batafong de Boké sera bientôt sur le marché de disques guinéen avec son 3ème album «Baya» qui compte sept morceaux, rapporte le correspondant de l’AGP dans la Région. Selon l’auteur, l’album Baya est le symbole du dialogue sincère entre lui et les femmes. Pourquoi ce fossé entre le 2ème et le 3ème album, l’artiste explique : «Si vous voyez un artiste, griot et historien moderne garder le silence pendant 12 ans, c’est qu’il souffre à l’interne. Durant tout ce temps, je ne disposais pas de moyens logistiques et financiers pour être régulier sur le marché. C’est pourquoi, je lance un appel pressant aux autorités compétentes, partenaires et personnes de bonne volonté…». Pour l’heure, l’artiste comédien est souvent sollicité par des promoteurs miniers pour la sensibilisation des communautés riveraines. Né en 1948 dans la sous-préfecture de Kanfrandé, préfecture de Boké, Mamadouba Bangoura, produit de la Révolution est marié et père de huit enfants, dont six filles. Il a commencé sa carrière musicale en 1966 dans la Troupe PRL du quartier Baralandé avant de fédérer sa troupe privée ‘’Batafong’’ après le dernier festival national en 1982.

Le président de la Fédération Guinéenne de Football (FGF), Mamadou Antonio Souaré a déclaré samedi, 26 août 2017 à Conakry que les résultats de l’audit de son institution seront publiés très prochainement, apprend-on de l’AGP. Les résultats de l’audit mené sur la gestion de la FGF de 2013 à 2015 risquent de faire un grand ravage. Cette enquête qui vise principalement la gestion de l’ancien président, Salifou Camara ‘’Super V’’, battu aux urnes en février dernier, incriminerait certains dirigeants actuels du football guinéen. Sur ces résultats, des avis sont partagés. Pour l’actuel comité exécutif, dirigé par Antonio Souaré, cette action s’inscrit dans le cadre de la gestion transparente qu’il a promis. De l’autre côté, le clan Super V y voit un simple règlement de comptes. Après avoir transmis le rapport final de l’audit à la FIFA, la FFG promet de publier le document dans les prochains jours. Dans cette affaire, Mamadou Antonio Souaré a averti, qu’il engagera des poursuites contre les personnes incriminées.

‘’Le journaliste Ibra s’en est allé’, nous informe le journal Le Populaire.Ibrahima Sylla, Ibra pour les intimes, s’est éteint des suites d’une courte maladie dans la nuit du vendredi à samedi 26 août 2017 à l’hôpital de l’amitié sino-guinéen de Conakry. Journaliste à la radio nationale, Ibra avait été de 2008 à 2012, chef du bureau de presse du Conseil national de la communication, actuel HAC. Par la suite, il a travaillé en qualité de correspondant d’Africalog.com avant d’être approché par Fodé Tass Sylla à la Coordination nationale de lutte contre Ebola devenue Agence nationale de sécurité sanitaire. A son décès, Ibra était le chef du département Communication et mobilisation sociale de cette agence.

A bientôt !