Revue de presse : célébration de la journée mondiale de la presse, les félicitations d’Alpha à Macron, le drame de Dubréka, bisbilles à la CENI

0

Célébration de la journée internationale de la presse, les félicitations d’Alpha Condé à Macron, l’accident mortel à Dubréka, les bisbilles au sein de la CENI ou encore les minuteries en Côte d’Ivoire… sont entre autres les sujets débattus dans la presse guinéenne au cours de la semaine écoulée.

 ‘’Vainqueur de l’élection française : Alpha Condé félicite Macron, le nouvel élu’’, titre Nouvelle Elite dans son numéro 202 paru le 9 mai dernier. Le Président de la République de Guinée, le professeur Alpha Condé, président en exercice félicite le Président Emmanuel Macron suite à son élection à la magistrature suprême de la République française, a indiqué le chef d’Etat guinéen via un communiqué estampillé présidence de la République. Il s’est dit enfin convaincu que ces relations de coopération iront en se renforçant sous le magistère du Président Macron.

Toujours dans les colonnes du journal hebdomadaire Nouvelle Elite, on apprend qu’un accident de la route a fait au moins 21 morts dans la collision entre un camion et un minibus près de Dubréka, au nord de Conakry. Un minibus bondé écrasé par un camion dont la benne était remplie de sable. « Le bilan de l’accident mortel est d’au moins 21 morts dont 12 femmes », a annoncé dimanche dernier le directeur central de la police routière, le Commissaire Babacar Sarr, faisant également état de 33 blessés. Selon le Dr Sékouba Bakayoko, « son établissement a accueilli plusieurs blessés graves parmi lesquels il y a assez de trauma, des cas de fracture grave ».

Plus loin, on apprend par le même journal Nouvelle Elite que « les autorités compétentes, à cet effet, mènent des investigations dans le but d’élucider les circonstances de cet accident et situer les responsabilités », promet le gouvernement guinéen qui n’a pas manqué d’exprimer sa solidarité et sa compassion aux familles de victimes tout en rappelant aux usagers de la route, l’impérieuse nécessité d’observer les règles élémentaires de sécurité routière.

‘’Nous demandons à la CENI de faire respecter les dispositions de la loi 016’’, a indiqué Dr Dansa Kourouma, président du CNOSCG dans le journal Nouvelle Elite. De la flopée de réactions au sujet de la crise qui secoue la Commission électorale nationale indépendante (CENI) celle du président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG), Dr Dansa Kourouma. Lequel, n’aura eu besoin de prendre de gants pour aborder ce sujet qui occupe la tête de l’actualité. « Ce qui est tout à fait regrettable, c’est qu’au moment où l’institution est en perte de crédibilité, elle s’aventure dans les crises internes qui ne feront que confirmer le dédain de la classe politique sur le fonctionnement de cette institution », a indiqué le patron du CNOSCG. « La CENI technique serait une solution pas mal mais le problème de fond des institutions est global. C’est le manque d’indépendance intellectuelle de la part des personnes ou des institutions d’une manière globale. A l’exception de quelques-unes qui ont la grandeur de s’affranchir de ces affiliations et influences politico-ethniques. Même si vous mettez en place une CENI technique, si les conditions de désignation ne sont pas transparentes et indépendantes, les mêmes causes reproduiront les mêmes effets », explique-t-il.

A la Une du quotidien Horoya, le journal revient sur la célébration de la journée internationale de la presse. « La presse doit nourrir la démocratie au lieu d’enfoncer le pays dans la division », a indiqué le ministre de la Communication, Rachid N’Diaye. A l’instar des autres pays du monde, la Guinée a célébré le mercredi 3 mai, la fête internationale de la presse. A cette occasion, le ministère de la Communication a organisé une cérémonie à la Bluezone de Kaloum, à laquelle ont participé plusieurs membres du gouvernement et d’autres personnalités du monde de la presse. Le thème de cette journée ‘’Liberté et responsabilité du journaliste dans l’environnement numérique’’ a été ponctué par plusieurs discours des Hommes de la presse. De son côté, le ministre de la Justice, Me Cheick Sako a lancé des diatribes à l’encontre de certains journalistes « alimentaires » qui font fi à l’éthique et la loi. Pour Martine Condé, le thème de cette année est d’  « une importance capitale tant il est vrai que dans le traitement de l’information, les journalistes ne font pas toujours preuve de discernement. Très souvent, la recherche de scoop l’emporte sur toute autre considération ».

Tibou Kamara quant à lui, estime que : « Très bientôt la presse guinéenne sera différente, parce qu’elle sera meilleure ». C’était lors de la soirée des médias organisée par la structure Wassolon Agency Communication, le 3 mai dernier, apprend-on dans le journal quotidien Horoya. Selon le directeur de cette agence, Aboubacar Diallo : « Si le 3 mai de chaque année est la journée consacrée à la cause de la liberté de la presse, l’occasion s’offre à nous professionnels des médias mais aussi à vous gouvernement, à vous classe politique, société civile, ONG et à vous citoyens tout court, de poser le débat aussi bien sur la question de la liberté de la presse dans notre pays, que sur les conditions d’exercice du métier, les risques liés à celui-ci. Mais aussi et surtout les conditions de vie qui sont les nôtres ainsi que le fonctionnement des médias dans lesquels nous travaillons ». Quant au représentant du chef de l’Etat, le ministre d’Etat, conseiller personnel du président de la République, Tibou Kamara a pris l’engagement solennelle que je prends au nom du chef de l’Etat, c’est que très bientôt la presse guinéenne sera différente parce qu’elle sera meilleure, a-t-il dit.

‘’Le panier de la ménagère reste toujours vide’’, nous informe le quotidien national Horoya. Depuis que la taxe sur les produits de première nécessité a augmenté, le couple M. et Mme Traoré ne conjuguent plus le même verbe autour de la dépense journalière qui, habituellement est de 30.000 gnf pour une famille de six membres. Depuis environ deux mois, Mme exige à la hausse ce montant pour le porter à 50.000 gnf. « Une fois au marché, je me demande vraiment par quoi commencer mes achats », explique Mme Traoré qui vit à l’image de nombreux autres foyers à Conakry. Pendant ce temps, les prix des denrées de première nécessité montent chaque jour un peu plus.

L’Agence Guinéenne de Presse (AGP) nous informe également dans ses éditions que ‘’le président en exercice de l’Union Africaine appelle les soldats à regagner leurs casernes’’.  Pr Alpha Condé, président de la République de Guinée, invite les soldats de la République de Côte d’Ivoire à regagner leurs casernes et à mettre fin à une situation qui ne peut être que préjudiciable à leur pays. Cette invite du président en exercice de l’UA fait suite à la situation qui prévaut en Côte d’Ivoire ces derniers moments. Il reste convaincu que le président Alassane Ouattara saura trouver les solutions qui mettront un terme définitif à une situation porteuse de tous les dangers pour la Côte d’Ivoire.

A Conakry, les chefs d’Etats et de gouvernements de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) effectueront à compter du mardi, 16 mai 2017, une visite de travail à Conakry en République de Guinée. Il s’agit de Macky Sall de la République du Sénégal, Ibrahim Boubacar Keita de la République du Mali, et Mohamed Ould Abdel Aziz de la République Islamique de Mauritanie. Ils viennent prendre part à la XVIIème Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation, nous rapporte l’AGP. Cette visite de travail se situe dans le cadre du renforcement des liens d’amitié et de fraternité existant entre les pays de la sous-région. Les délégations de ces pays sont attendues à partir de 16heures TU, à l’Aéroport International de Conakry-Gbessia.

Autre nouvelle. La République de Guinée a célébré la Journée internationale de la Famille, lundi, 15 mai 2017, dans sous la sous-préfecture de Kaback, préfecture de Forécariah, sous le signe de la solidarité aux familles victimes des accidents de la circulation survenus à Yorokoguiya Kagbélén- Village et à la Cimenterie. Cette commémoration s’inscrit dans le cadre d’apporter le soutien du gouvernement aux familles endeuillées. Au cours de la cérémonie, pleine d’émotion, la ministre de l’ASPFE a traduit toute la compassion du gouvernement et du peuple de Guinée aux familles éplorées. Elle a ensuite appelé les familles à plus de responsabilité, de rigueur dans l’éducation des enfants. A noter, que le gouvernement guinéen, à travers son Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (MASPFE), a apporté 80 sacs de riz, de la viande et une enveloppe symbolique aux familles des victimes de ces accidents de la route, qui ont récemment fait une trentaine de morts. A rappeler, que la célébration de la Journée internationale de la Famille est le fruit de la Résolution 47/237 adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 septembre 1993. Elle est célébrée le 15 mai de chaque année.

‘’Transport urbain : la population de Conakry peinée dans ses déplacements’’, titre l’AGP. La population de la ville de Conakry éprouve d’énormes difficultés pour son déplacement vers les lieux de travail concentrés en grande partie dans les communes de Matam, abritant le grand marché de la capitale, et Kaloum, centre administratif du pays, a constaté un reporter de l’AGP. Les difficultés se situent à plusieurs niveaux, notamment le transport urbain qui, de par son fonctionnement, cause assez de problèmes aux usagers. Faute de transport public à Conakry. Le problème de véhicules se pose. Seuls les particuliers (privés) assurent le transport sur toute l’étendue du territoire de la République de Guinée. Une des conséquences de cet état de fait, les passagers sont confrontés à des bousculades et sont souvent victimes de vol au moment des embarquements dans les quelques bus, minibus et taxis à Conakry, plus précisément. Egalement les interminables embouteillages au niveau des grands carrefours des deux principaux axes routiers de Conakry, l’Autoroute Fidel Castro Ruz et la Route Le Prince. La route du Niger étant abandonnée aux caprices des marchands et autres étalagistes du marché Mbalia communément appelé marché Madina…

Dans le journal L’Indépendant, on apprend que ‘’Bakary Fofana en mauvaise posture’’, lit-on. A la CENI, les commissaires n’arrivent pas à accorder leur violon autour d’une solution de sortie de crise. Lors d’une plénière qui s’est déroulée mardi dernier, ils se sont quittés en queue de poisson. La question du maintien ou non du président Bakary Fofana à la tête de la structure continue donc de diviser, et bien d’observateurs se demandent jusqu’à quand.

Plus loin, on peut également lire dans le journal hebdomadaire L’Indépendant, ‘’Amadou Damaro favorable à un 3ème mandat pour Alpha Condé. On peut bien modifier la Constitution’’, titre le journal L’Indépendant. « Cellou sait maintenant que Kerouané n’est pas son fief ! C’est très différent de Labé, de Lélouma et de Dalaba. Cela se sent malgré toute notre hospitalité et toute l’amabilité qu’on lui accorde, il se rend compte qu’il n’est pas dans son fief… ». C’est chez lui, dans la préfecture de Kérouané que le chef de la majorité présidentielle, Honorable Amadou Damaro a parlé de l’impact de cette tournée avant d’aborder la vie du parti au pouvoir. Concernant le troisième mandat, il indique : « moi, je suis constitutionnaliste. Jusqu’à preuve de contraire, on n’a pas demandé encore de changer la Constitution et même si on veut changer la Constitution, seul le peuple est souverain pour la changer… Il n’y a aucune Constitution à laquelle le peuple n’exerce pas sa souveraineté là-dessus ! Il n’y en a pas… Toutes les constitutions relèvent de la souveraineté du peuple

Merci de l’attention et à la semaine prochaine pour une autre édition !

Mame Diallo