Respect du quota des 30%: des femmes députés à la rencontre des femmes leaders de Kouroussa

12 juillet 2017 12:12:57
0
????????????????????????????????????

Une  délégation du Forum des femmes parlementaires de Guinée (FOFPAG), conduite par l’honorable Djènè Saran Camara et Mme Tinguiano Fatoumata Cissoko,  a rencontré l’Association des femmes leaders de Kouroussa et des  groupements.

C’est la salle de  réunion de la Mairie qui a servi de cadre à cette rencontre, en présence de plusieurs associations de femmes et de jeunes. Les femmes parlementaires entendent par là faire un plaidoyer, un lobbying  en vue d’une meilleure participation  des femmes aux prochaines élections locales, tout en les impliquant dans la mise en œuvre des politiques et programmes.  La création de ce Réseau des femmes est  un cadre de partage d’expérience, de renforcement des capacités et d’information.

 L’honorable Djènè Saran Camara, dans son intervention, a rappelé ce qui a concouru à la création du FOFPAG, avant de donner l’objectif de cette présente tournée à l’intérieur du pays. « Nous sommes le Forum parlementaire des femmes de Guinée. Nous sommes venues  en Haute Guinée pour un plaidoyer  en vue d’une meilleure participation des femmes aux élections. Vous savez, les femmes sont à la base de tout. Donc, c’est pourquoi, nous avons jugé nécessaire d’organiser une   tournée, pas seulement en  Haute Guinée, parce qu’en ce moment même, il y a une délégation qui est partie  en Moyenne Guinée, en Guinée forestière et en Basse Guinée. 

Mais l’objectif général, c’est une meilleure prise en compte des femmes  dans le processus électoral, en tout cas sur les listes de candidatures. C’est pour cela, nous sommes  venues sensibiliser les femmes mais surtout les hommes. C’est très important. Donc, nous voulons avoir le soutien des hommes pour que les femmes puissent être positionnées sur les listes de candidatures.   Mon constat à Kouroussa ou ailleurs, c’est que les femmes sont sous-représentées.

C’est un cas général, un problème entier. C’est pourquoi, nous sommes passées par tous les moyens pour leur expliquer un peu ce qu’elles doivent faire. Mais nous   voulons, à vrai dire,  convertir le poids démographique et le crédit social des femmes  en dividende politique, en leadership et force de négociation. C’est indispensable. Nous sommes au-delà  de 50% de femmes en République de Guinée. Il n’y a pas  de raison que nous ne soyons pas à peu près proches de la parité ou même pourquoi pas la parité un  homme et une femme…», a-t-elle dit.