Réhabilitation du pont Lola : Le directeur des TP de N’zérékoré, précise !

26 septembre 2017 11:11:38
0

Les travaux de réhabilitation du pont qui a cédé entre Lola et N’zérékoré ont effectivement démarré ce lundi 25 septembre 2017, a constaté sur place la rédaction régionale de Guinéenews©.

Une semaine après la grande pluie qui s’est abattue sur la ville de N’zérékoré et qui a coupé la roule nationale N’zérékoré-Lola, le ministère en charge des travaux publics a finalement ordonné à la société SATOM de procéder à la réhabilitation de cette voie qui mène également à la République sœur de Côte d’Ivoire.

Rencontré par votre quotidien électronique Guinéenews©, Koulako Kanté, le directeur préfectorale des travaux publics de N’zérékoré, précise : « C’est dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 septembre 2017 avec la forte pluie qui est tombée sur N’zérékoré, une pluie jamais vue selon les natifs de la ville, qui a effondré ce dalot. Il s’agit de deux (2) buses de 2,8 mètres sur la nationale N°2, dans la préfecture de N’zérékoré. J’ai été alerté et je suis venu constaté les choses et immédiatement j’ai informé madame le ministre et tous les directeurs. Aussi, j’ai informé toutes les autorités locales. »

A la question de savoir pourquoi avoir pris une semaine pour pouvoir démarrer les travaux, notre interlocuteur répond : « Moi je ne pouvais qu’informer mes supérieurs. J’ai dit à madame le ministre de prendre des dispositions urgentes et elle m’a demandé quelles dispositions on pouvait prendre. Après elle m’a dit que s’il y a une entreprise locale qui pouvait s’occuper de ça. J’ai répondu en disant que seule SATOM pouvait le faire parce qu’ils sont à côté et ils ont tout le matériel sur place notamment des buses préfabriquées. Ainsi dit, ainsi fait et c’est à l’issue de tout ça que vous êtes en train de voir SATOM travailler. »

Le pont de Bellevue datait de 1998 et à N’zérékoré, beaucoup de personnes pointent du doigt, la mauvaise qualité de l’ouvrage. Mais pour le directeur préfectoral des TP, ce pont ne souffrait d’aucun problème. Selon lui, il s’agit d’un phénomène naturel que nul ne peut empêcher. « Les buses n’avaient aucun signe de défectuosité », persiste-t-il tout en accusant la population qui a transformé les lits des cours d’eau en dépotoir d’ordure.

Enfin, sur la durée que prendra les travaux de réhabilitation, le patron des travaux publics de N’zérékoré est plutôt prudent : « C’est une urgence et les travaux ont déjà commencé. Je ne peux pas vous donner exactement la date de finition. »