Réfection de l’axe Matoto-Kissosso: un véritable enfer pour les usagers

12 juillet 2017 13:13:26
0

Les travaux de réhabilitation de l’axe Matoto-Kissosso sont entamés depuis quelques jours. Conséquence, la circulation excessivement engorgée sur l’autoroute Fidel Castro est devenue un véritable enfer pour les usagers. De longues files de véhicules se forment partout et à n’importe quel moment. Une situation qui a même provoqué une certaine hausse des prix du transport en raison d’un découpage anarchique des tronchons par des chauffeurs cupides. Devant cette  énorme souffrance, certains usagers ont fait part au micro de Guinéenews leur absolu désarroi.

« Les déplacements nous fatiguent parce qu’à l’heure actuelle, le transport coûte très cher surtout les motos taxi. Pour une distance de rien  du tout, je viens de payer 5 mille francs guinéens. Il faut que le gouvernement nous aide à réhabiliter les routes et très vite sinon nous souffrons énormément», se lamente une citoyenne qui s’est exprimée sous le couvert de l’anonymat.

Pour sa part, cet autre usager dénonce la mauvaise foi des chauffeurs qui n’hésitent pas à faire des découpages sur les tronchons afin de booster leurs recettes: « les chauffeurs découpent actuellement les tronchons comme ils veulent. De l’aéroport, ils chargent pour Yimbaya, de Yimbaya pour Tanerie ainsi de suite. Vraiment, cela nous fatigue et nous cause beaucoup de problèmes en ce qui concerne le transport et les déplacements.»

En dépit du calvaire lié aux embouteillages et à la difficulté de trouver des taxis pour Tannerie et Sangoya,  Zoumana Sidibé salue les travaux entamés par l’État.

«Pour cette fois-ci,  je crois bien qu’ils font un bon travail car, ils sont en train d’enlever d’abord la terre qui est là et par la suite remplir les trous par une autre avant de mettre le goudron. J’espère que les travaux entamés vont aboutir à une solution durable », a-t-il souhaité.

Sivanasse Bangoura, quant à lui, exhorte le ministère des Travaux Publics à faire un travail sérieux en ce qui concerne la réhabilitation de ces routes. «Je demande au gouvernement de prendre tout son temps pour bien faire les routes. C’est mieux que de faire un travail bâclé pour y revenir l’année prochaine aussi, ce serait un gaspillage d’argent. Mais si l’État se sacrifie et refait convenablement les routes, c’est la meilleure solution pour tout le monde », estime-t-il.

Conscient des difficultés auxquelles sont confrontés les usagers de cet axe en ce moment, le directeur central de la sécurité routière annonce de nouveaux dispositifs de circulation qui entérinent ceux pris par le ministère des Travaux Publics. Des mesures qui visent à soulager la souffrance  des citoyens en attendant la fin des travaux de cette réhabilitation.

De son côté, le Directeur central de la Police routière, le commissaire Hamidou Babacar Sarr  annonce qu’en attendant le sens inverse sera supprimé à partir de ce mardi pour que les gens utilisent le sens normal de la circulation pour la traversée de Matoto.  Pour ce faire, il invite les usagers à respecter les nouveaux schémas de circulation routière. Parce que, selon lui, il y a un nombre important de véhicules qui  descend vers la ville.

C’est pourquoi, indique le commissaire Sarr, des dispositions sont prises en amont comme en aval pour pouvoir fluidifier la circulation pour les usagers.

Les délais d’exécution de ces travaux s’étendront sur deux mois. Mais avec les aléas de la saison pluvieuse, il est difficile de parier sur la tenue de ce délai annoncé.

Il faut souligner que la réfection du tronçon Matoto-Kissosso n’est pas à sa première depuis l’avènement des nouvelles autorités. Des fonds sont à chaque fois débloqués  en faveur des mêmes travaux dont la bonne exécution souffre terriblement d’un suivi adéquat.