dimanche, 26 mars 2017, 17:04 GMT

La Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale (CPRN) a bouclé ce mardi 14 mars sa  campagne de vulgarisation et dissémination de ses recommandations issues des consultations nationales. Ce sont les partenaires techniques et financiers de la Guinée qui ont été les derniers après les associations des victimes, les représentants de l’administration des sept régions du pays, ceux de la société civile, des artistes ainsi que des médias, a-t-on constaté sur place.

 

Devant les partenaires techniques et financiers, le Co-président de la CPRN, Mgr. Vincent Koulibaly a rappelé que son institution a remis son rapport au chef de l’Etat depuis le 29 juin 2016 pour une appropriation par toutes les parties prenantes au processus de réconciliation nationale. «Ces conclusions et recommandations sont fondées sur les éléments structurants d’un processus de réconciliation, à savoir : le droit à la vérité, le droit à la réparation, le droit à la justice et les garanties de non répétition», a-t-il expliqué.

 Conformément à leur mandat, Mgr. Vincent Koulibaly a indiqué que son institution a recueilli des avis des populations guinéennes et même celles de la diaspora. « Pour que le processus de renonciation réussisse, il faut que la volonté politique soit plus dynamisée et qu’elle serve de levier à la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre des recommandations», a estimé l’archevêque de Conakry.

Après son exposé sur les résultats des recommandations faites par les citoyens guinéens, Dr. Marc Pépé Krovogui, l’un des conseillers des co-présidents de la CPRN, a affirmé que l’objectif visé est la mise en place d’un futur mécanisme qui va traiter nos passés douloureux afin que l’ensemble des Guinéens se donnent la main pour un meilleur avenir.

Au sortir de la salle, l’Ambassadeur Santo Gangemi, archevêque tit de Umbriantico, Nonce Apostolique, très satisfait, n’a pas manqué de reconnaître la qualité du travail abattu par la CPRN.

Plus loin, Mgr. Santo a fait comprendre que la commission a mis des points très intéressants au centre des recommandations qui sont, la justice et le pardon. «Il nous a été précisé que ces recommandations ne viennent pas de la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale mais plutôt des populations elles-mêmes. Ces recommandations peuvent être enrichies car, l’œuvre humaine n’est jamais parfaite. Je pense qu’ils ont fait un excellent boulot. S’il est appliqué, les Guinéens pourraient se réconcilier», a-t-il dit.

Sékou Sanoh

Conakry, Guinée 224-664-35-11-21

Sékou Sanoh