Promotion de l’excellence : des meilleurs étudiants primés par la société Guinée Industries

22 novembre 2017 18:18:40
0

Dix meilleurs étudiants ont été primés lundi 20 novembre 2017 par l’entreprise Guinée Industries Ciments (GIC). Il s’agit des étudiants des Universités Gamal Abdel Nasser de Conakry, Koffi Annan et Général Lansana Conté de Lambanyi. C‘est l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry qui a servi de cadre pour la remise des prix aux lauréats.

Très ravi pour le choix porté sur son institution, Dr. Doussou Lancinè Traoré, Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, a déclaré  que la société GIC a montré sa préoccupation pour la bonne formation des étudiants en entreprenant une série d’activités dans le sens d’épauler les dirigeants du système éducatif.

Prenant la parole, Mohamed Nabé, Directeur Commercial de GIC a rappelé que son entreprise a décidé de consacrer l’essentiel de son budget concernant la responsabilité sociétale au secteur éducatif.

Pour cause, M. Nabé a expliqué  que la meilleure façon d’accompagner le secteur éducatif, est d’encourager l’excellence. «C’est pourquoi, nous avons donné des bourses mais aussi, des matériels afin d’améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants».

Dans la foulée, Mohamed Nabé a fait savoir que les universités Gamal Abdel Nasser de Conakry, Général Lansana Conté de Lambanyi et Koffi Annan de Guinée n’ont pas été choisies au hasard. Elles sont les trois meilleures universités dans les domaines du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP), Génie Civil et Architecture.

Hadja Fatoumata Konaté étudiante en Eau et Environnement, Moussa Sako (Pont et Chaussée) et Bakary Diakité (Bâtiment), tous étudiants à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, ont primés chacun d’un ordinateur de dernière génération et une enveloppe symbolique qui va servir de l’achat des logiciels.

Quant aux trois lauréats de l’Université Koffi Annan, ils ont tous bénéficié non seulement des ordinateurs mais aussi, une bourse de 14 520 000 fg chacun, équivalent à la scolarité d’une année.

S’agissant des lauréats l’université Général Lansana Conté de Lambanyi. Ce sont Abdourahmane Barry Génie civile, Seydouba Soumah du département Mines et Géologie et Mama Aissata Damba, filière architecture, ont empoché chacun un ordinateur de dernière génération et une enveloppe symbolique pour les frais de logiciels. Sur ce point, M. Nabé a souligné que c’est loin d’une ségrégation car, ils sont tous heureusement ou malheureusement des boursiers de l’Etat.  Tout comme les autres, Ankilidine Abdoul Mazid étudiant en architecture à l’Institut Supérieur d’Architecture a reçu aussi son ordinateur de dernière génération et une enveloppe pour faire face à l’achat des logiciels.

Plus loin, Mohamed Nabé a annoncé que le coût total s’élève à 120 millions de francs guinéens avant d’ajouter que la société est entrain d’étudier la possibilité d‘équiper les laboratoires de ces établissements d’enseignement supérieur. «Nous allons octroyer des bourses d’études dans les années à venir mais bien avant cela, nous allons organiser des visites guidées mais aussi donner des stages aux meilleurs étudiants», a-t-il dit.

Pour le principal bénéficiaire, Siné Diakité, chef de département de Génie Civil Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, cette remise de bourses aux étudiants est une expression éloquente de stimulation et de la promotion de la culture d’excellence prônée par le chef de l’Etat.

«Elle est un véritable instrument de cautionnement pour les étudiants qui trainent les pas dans leur études pour se hisser au niveau des meilleurs», a-t-il rappelé avant de reconnaitre que ce sera aussi un symbole de motivation non seulement pour les autres entreprises évoluant dans d’autres secteurs socioprofessionnels mais aussi, pour les enseignants et les enseignants-chercheurs du système éducatif guinéen.

Très émue pour le prix, Hadja Fatoumata Konaté étudiante en Génie Civil, Concentration Eau et Environnement à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, a lancé une invite aux autres entreprises de la place d’emboîter le pas.