Procureur de N’zérékoré : «Ceux qui veulent se substituer à la justice, nous trouveront sur leur chemin»

04 décembre 2017 12:12:26
0

Lors de l’atelier de formation sur l’appropriation des innovations du code de procédure pénale et la lutte contre l’impunité, notre reporter de Kissidougou a rencontré le Procureur, Mamadou Dian Bora Diallo qui s’est exprimé sur certaines situations judiciaires dans la région de N’Zérékoré.

Guinéenews© : Vous avez parlé de l’impunité pendant la formation, nous constatons parfois dans la plupart des tribunaux que se sont les cadres du parti au pouvoir et les riches hommes d’affaires qui influencent la justice dans la prise de certains décisions, est ce que c’est le même cas à N’Zérékoré?

Mamadou Dian Bora Diallo : Je vous remercie de me donner la parole. Maintenant pour revenir à votre question, j’avoue que ce ne sont pas seulement les cadres du parti au pouvoir et les hommes d’affaires. Les magistrats et les officiers de police judiciaire subissent les pressions venant de partout. Parfois familiales, amicales et mêmes professionnelles. Mais, il revient aux magistrats, et ce n’est pas seulement à Kankan ou à N’Zérékoré, mais sur toute l’étendue du territoire national de privilégier le respect scrupuleux de la loi. Je le dis et je le répète, l’impunité ne doit pas persister. Il n’est de l’intérêt de personne de favoriser l’impunité dans ce pays. Donc, il est important de faire en sorte que dans le respect de la loi, dans le respect des règles de procédure, l’on fasse tout sauf favoriser l’impunité.

Guinéenews© : M. le procureur, on assiste régulièrement à des scènes de vindictes populaires à l’endroit de certains présumés voleurs. Que se passe-t-il. Est-ce un manque de confiance entre la population et la justice?

Mamadou Dian Bora Diallo : En fait, ce n’est pas une question de confiance. Mais, il fut un temps où il y avait beaucoup de problèmes par rapport à toute la chaîne. Que se soit au niveau de la Police Judiciaire ou de la justice et même ailleurs, les populations ont estimé à tort ou à raison, qu’interpeller son voleur  et le mettre à la disposition de la justice était inutile. Parce que vous retrouverez l’intéressé en liberté le lendemain ou les jours suivants. C’est pourquoi qu’au niveau du parquet de N’Zérékoré, le ministre de la Justice Garde des sceaux, a décidé de procéder à un changement des procureurs. D’où ma présence  à la tête de ce tribunal. Et quand je suis arrivé, j’ai été clair et ferme. J’ai rassuré les populations en leur demandant de faire confiance à la justice. C’est ainsi que j’ai prôné la « tolérance Zéro  » par rapport aux vols, aux viols et autres crimes. C’est pour vous dire maintenant que quand votre voleur est interpellé, soyez sûr qu’il finira devant la barre. Il n’ya plus de liberté provisoire, plus de négociation, le trafic d’influence ne marchera plus. Rien ne peut désormais libérer les criminels,… C’est pourquoi, depuis que je suis venu à N’Zérékoré, je continue à aller vers les médias pour informer les populations du changement qui est en train de s’opérer. Les criminels sont jugés. Nous condamnons des gens à des peines de perpétuité, à des peines allant de 20 ans à 30ans voire plus. C’est pour vous dire que l’impunité est terminée… L’impunité ne doit plus persister dans ce pays. A N’Zérékoré aujourd’hui, que vous soyez simple citoyen, que vous soyez politicien ou haut cadre de l’administration publique, riche homme d’affaires, quiconque commet un délit, fera face aux conséquences juridiques qui en découlent.

Guinéenews© : Parlant des droits de l’homme, on constate aujourd’hui beaucoup d’exactions  et de violations en Guinée, quel est votre point de vue ?

Mamadou Dian Bora Diallo : Ces exactions sont souvent dues au manque de formation. A N’Zérékoré, j’ai l’ai dit publiquement… Parce que j’ai constaté que les officiers de Police Judiciaire, c’est-à-dire  les personnes habilitées à convoquer un citoyen, à l’auditionner, à le placer en garde à vue et à le déférer au parquet. Ne jouent pas leur rôle… Alors j’ai décidé de revoir la chaîne. Elle sera améliorée. On va proposer pour 2018 une nouvelle génération d’officier police Judiciaire qui auront comme crédo et  obligation, le respect des droits des personnes qui se présenteront devant eux. C’est une promesse que j’ai faite à la population de la Guinée Forestière.

Guinéenews© : Quels sont réellement les problèmes que vous rencontrez dans votre collaboration avec les officiers de la police judiciaire ?

Mamadou Dian Bora Diallo : J’avoue que les problèmes sont divers. Certains d’entre eux ont des habitudes qui ne vont pas avec le respect du code de procédure pénale. Je ne pense pas continuer avec ces policiers pareils. C’est pourquoi, on est en train de faire un tri. Et rassurez vous que toutes les brebis galeuses, au niveau de la région Forestière ne seront pas habilités pour 2018. Nous allons les rayer de nos effectifs. C’est vrai, ce n’est pas tout le monde. Il y a beaucoup qui sont compétents… Mais, ceux-là qui refusent de se soumettre au code de procédure pénale, qui refusent de respecter la déontologie, seront affectés ailleurs. Et pas en qualité d’officiers de la Police Judiciaire dans la région Forestière.

Guinéenews© : La région de la Guinée Forestière (N’Zérékoré, Beyla, Lola et Yomou) est le plus souvent théâtre des affrontements intercommunautaires, quelles dispositions avez vous prises pour appliquer le droit dans cette zone?  

Mamadou Dian Bora Diallo : Vous l’avez  certainement constaté vous même. Vous parlez de Lola, Beyla, Yomou. Face aux affrontements, aux problèmes qu’ont connus ces villes, la Justice est restée ferme… Les personnes ont été interpellées, jugées, condamnées. C’est pour vous  dire que nous promettons à la population, de prendre nos responsables. Mais ceux-là  qui veulent se substituer, se rendre justice, nous trouveront sur leur chemin. Il n’est pas question que la loi soit violée.

Guinéenews© : M. le procureur, que pensez-vous des coordinations régionales qui traitent des litiges… qui jouent le rôle de la Justice?

Mamadou Dian Bora Diallo : En fait, elles ont cru vouloir jouer le rôle de la Justice parce que la justice les laisse faire. Quand une coordination de telle ou telle, s’autosaisit des problèmes juridiques, c’est parce que la justice ne fait pas son travail. Quand je suis venus à N’Zérékoré, mon premier travail était de rendre une visite de courtoisie à toutes ces coordinations pour les rappeler de leurs prérogatives qui sont liées à leurs actions. Le rôle dévolu à ces coordinations est très important, mais qui ne doit pas s’immiscer dans les affaires judiciaires. L’affaire de justice, relève de la Justice. Les coordinations sont très importantes et sont des partenaires incontournables pour apaiser les choses, mais elles ne doivent pas juger. Ce n’est pas leur prérogative. Il faut un dialogue, il faut les rappeler et quand vous voyez qu’elles veulent passer outre, vous tapez du point sur la table. Parce qu’une chose reste claire, le respect scrupuleux de la loi est non négociable

Guinéenews© : Votre dernier mot?

Mamadou Dian Bora Diallo : bon ! c’est un sentiment d’espoir. J’espère que les choses vont changer dans ce pays. Vous avez vu, il y a une volonté politique pour finir avec l’impunité, la corruption pour que la force puisse rester à la loi.

Entretien réalisé par Souleymane Taïré Diallo, correspondant de Guinéenews© à Kissidougou.