Procès UFDG vs Bantama : pourquoi les avocats de la partie civile désespèrent-ils ?

20 novembre 2017 17:17:32
0

Le procès opposant l’Union des Forces Démocratiques de Guinée au ministre Bantama Sow a été ouvert ce lundi au tribunal de Mafanco. Mais dès l’appel de l’affaire, la parole a été donnée au ministère public qui a déclaré que la juridiction saisie est incompétente. Parce que, a-t-il argué, Bantama Sow est un ministre de la République. Ceci étant, estime le Procureur, il devrait donc être jugé par la Haute Cour de justice qui n’est pas encore, il faut le souligner, mise en place pour le moment.

Un argumentaire qui a provoqué l’ire de la partie civile qui a parlé d’une violation de la loi. Selon Me Paul Yomba, l’audience de ce lundi aurait pu être consacrée à la fixation des cautions « mais baignant dans un amalgame, le Procureur a tout de suite soulevé l’exception d’incompétence de la juridiction saisie».

Les avocats pensent déjà qu’il y a une main noire derrière cette affaire. « Le procureur supposé être le gardien de la loi, gardien des droits et des libertés publics, vient lui-même offenser cette loi et s’ériger en avocat. Cela nous fait savoir qu’il y a une main noire derrière cette affaire pour soustraire cet homme des poursuites dont il fait objet », a fait remarquer l’avocat.

Me Paul Yomba rappelle que les faits remontent au moment où Bantama Sow était encore un citoyen ordinaire, donc souligne-t-il, il devrait y répondre. Mais poursuit Me Yomba, « le Procureur de la République qui devait faire ménage avec nous, s’est malheureusement soustrait avec parfois des propos très discourtois. »

Devant cette situation, l’avocat de l’UFDG ne se fait plus l’ombre d’aucun doute possible sur l’issue de  cette bataille judiciaire qu’il voit déjà biaisée.

 «La personne mise en cause est un agent de l’administration publique doublé de militant du parti RPG Arc-en-ciel.  Il nous serait donc très difficile d’espérer un procès juste et équitable dans cette affaire dès lors que la présidente du tribunal joignant l’exception à la réalité, a mis l’affaire en délibéré pour statuer sur l’irrecevabilité soulevée et sur le paiement de la caution. A moins qu’elle ne fasse preuve de beaucoup de courage, au dépend même de sa carrière, il n’est pas sûr que cette affaire puisse prospérer », dira en substance Me Yomba.

Le procès est renvoyé au 04 décembre prochain. A rappeler que le parti du chef de file de l’opposition a porté plainte contre Bantama Sow pour ‘’diffamation.’’