Primes des équipes nationales : et si Alpha Condé faisait comme Buhari ?

04 septembre 2017 18:18:36
0

Parce que le Syli national a battu la Libye sur le champ de patates du stade du 28 septembre de Conakry (3-2), joueurs et dirigeants se sont transportés au palais Sékhoutoureya. Après les selfies, les « héros » ont eu 50 mille dollars. Un geste du Chef.

Pendant ce temps, le Syli masculin de Basketball se démerde pour rallier Tunis où il prendra part à l’Afrobasket masculin 2017, qui sera co-organisé du 8 au 16 septembre à Tunis et à Dakar. A quatre jours du coup d’envoi du tournoi, le problème de nos basketteurs, ce ne sont pas les primes, mais plutôt les bonnes conditions de travail.

Si on lui remontait la bonne information, le président Alpha Condé pourrait imiter son homologue du Nigéria, Muhammed Buhari ou encore celui du Sénégal voisin, Macky Sall, en terme de récompenses des équipes nationales. Cinquante mille dollars, c’est beaucoup pour nos équipes de basket ou de handball.

Au Nigéria, par exemple, après le sacre de l’équipe féminine à l’Afrobasket 2017, le président Buhari a exprimé sa satisfaction envers les « héroïnes » de Bamako en leur donnant à chacune un million de Naira contre 500 000 Naira pour chaque membre de l’encadrement technique. Ce montant s’ajoute aux primes de la fédération et des sponsors.

Au Sénégal aussi, malgré leur défaite contre le Nigéria en finale, les lionnes ont eu des primes. Selon la presse locale, chacune des joueuses a empoché 8 millions de francs CFA. Soit 800 000 F CFA pour la présélection, 700 000 F CFA pour la prime de participation, 1,5 million de F CFA pour la qualification en quart de finale, deux millions pour la qualification en demi-finale et trois millions pour la grande finale.

En Guinée, par contre, vainqueur de la Libye (3-2), le président Alpha Condé a tenu à encourager le Syli A en lui offrant 50 000 dollars. Un tel geste d’encouragement, c’est bien pour la troupe, surtout si l’équipe était sur une bonne lancée.

Mais à ce stade de la compétition, la qualification de la Guinée au mondial 2018 n’est pas impossible, certes, mais relèverait du miracle. Puisque l’équipe n’ayant plus son destin en main. Pour aller en Russie, il doit impérativement gagner ses trois derniers matches et espérer autant de défaites pour la Tunisie et la RDC. A défaut, les joueurs doivent regarder les matches, soit en restant sur les gradins en Russie ou devant la télé.

Pour preuve, en trois journées, la Guinée totalise trois points, alors que la Tunisie a 9 points et la RDC, six. Il reste trois matches, dont l’une contre la Tunisie à Conakry et le dernier à Kinshasa.